•   
  •   

Monde Brexit : un « no-deal » pénaliserait les services de renseignements européens

01:05  30 septembre  2020
01:05  30 septembre  2020 Source:   lepoint.fr

Brexit : pour ménager la finance, l’UE fait un geste pour les marchés européens

  Brexit : pour ménager la finance, l’UE fait un geste pour les marchés européens Les banques et établissements financiers de l'UE pourront faire appel aux chambres de compensation de la City pendant 18 mois à partir du 1er janvier 2021, quand le Royaume-Uni cessera d'appliquer les règles européennes. Bonne nouvelle pour la finance européenne, menacée par l'aléa du Brexit. Afin d'éviter des perturbations, les marchés financiers européens pourront continuer à utiliser temporairement les chambres de compensation de Londres, au delà de la de la période de transition post-Brexit, a décidé Bruxelles.

Plus que 7 semaines avant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne , le Brexit . Ne sachant pas encore si la date sera finalement reportée, la Commission européenne demande tout de même "à toutes les parties prenantes de l’Union à 27 de se préparer à une sortie sans accord.".

Faisant du même coup tomber le tabou du « no deal ». Après le traditionnel point d'étape de Michel Barnier, Jean-Claude Juncker a pris la parole pour «C'est la première fois, confie un bon connaisseur du Brexit , qu'une importance est donnée à ces préparatifs dans le cadre d'un dîner des Vingt-Sept.»

Royaume-Uni, Brexit, sécurité © Fournis par Le Point Royaume-Uni, Brexit, sécurité

Est-ce une conséquence possible d'un Brexit sans accord qui a été sous-estimée ? Le signal d'alarme a été tiré lors d'un événement organisé par le Royal United Services Institute, un groupe de réflexion britannique sur la défense, à Londres mardi, relaye The Guardian. Si aucun accord ne devait intervenir entre le Royaume-Uni et l'Union européenne pour le Brexit, les services de renseignements britanniques et des pays membres s'en retrouveraient fortement pénalisés, a estimé Julian King, ancien commissaire européen chargé de l'Union de la sécurité.

« Fini de jouer ». L’Union européenne demande à Londres de renoncer à revenir sur l’accord du Brexit

  « Fini de jouer ». L’Union européenne demande à Londres de renoncer à revenir sur l’accord du Brexit Jugé inacceptable par les institutions européennes, le projet de loi remettant en cause l’accord trouvé sur le Brexit doit être retiré par le gouvernement de Boris Johnson, a demandé mardi la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. Michel Barnier, le négociateur européen, se rend à Londres mercredi. Les Européens ont prié mardi 22 septembre 2020 le Royaume-Uni de retirer son projet de loi inacceptable remettant en cause certains de ses engagements sur le Brexit, arguant que le temps presse pour s’entendre sur un accord commercial avant la fin de l’année.

Le scénario d' un « No Deal », qui, pourtant, par deux fois, a été rejeté à la Chambre des Communes, pourrait donc advenir, non par un choix volontaire, mais par défaut. D'autant que, même s'il n'y a pas de majorité à la Chambre en faveur d'un tel scénario, «le centre de gravité du Parti conservateur se

"L'hypothèse du ' no deal ' est devenu probable", analyse Nicolai von Ondarza, professeur de Au vue de cette impasse, "le scénario d' un ‘ no deal ’ est à 50/60 % probable", estime quant à elle Elvire Fabry, spécialiste du Brexit à l'institut Jacques Delors, un think-thank de réflexion sur l'Europe basé à Paris.

Selon lui, les données des services de renseignement britanniques seraient tout simplement supprimées des systèmes européens. Cela aurait un "impact immédiat" dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité à travers l'Europe, a-t-il ajouté. John Scarlett, ancien patron du MI6, les services secrets britanniques, a renchéri en expliquant que le partage de données entre le Royaume-Uni et les États membres de l'UE s'est "considérablement développé" ces dernières années et qu'il était essentiel pour lutter contre le terrorisme et le trafic de drogue dans le pays.

Négociations en vue

"S'il y a un affaiblissement de la capacité de données et de la capacité d'échange de données et par la suite de la capacité d'enquête dans l'UE et/ou au Royaume-Uni, alors cela va clairement?. potentiellement affaiblir notre capacité à répondre à la menace du djihad islamique", a assuré John Scarlet, selon des propos relayés par le Financial Times. En sortant de l'UE, le Royaume-uni devrait de son côté être privé d'un accès au Système d'information Schengen II, qui a "pour objet de permettre aux Etats membres de l'espace Schengen de mettre en place une politique commune de contrôle des entrées dans l'espace Schengen et, ainsi, de faciliter la libre circulation de leurs ressortissants tout en préservant l'ordre et la sécurité publics" selon la description qui est faite par la Commission nationale de l'informatique et des libertés.

Brexit. Jusqu’à 7 000 camions bloqués et deux jours de retard en cas de « no-deal »

  Brexit. Jusqu’à 7 000 camions bloqués et deux jours de retard en cas de « no-deal » Si le Royaume-Uni et l’Union européenne ne parviennent pas à un accord commercial d’ici le 31 décembre, le gouvernement britannique affirme qu’il y aura des milliers de camions bloqués en Angleterre à cause des « nouvelles normes européennes » auxquelles les entreprises n’auront pas eu le temps de se préparer. Le gouvernement britannique a estimé ce mercredi 22 septembre que jusqu’à 7 000 camions pourraient se retrouver bloqués dans le Kent avec jusqu’à deux jours d’attente pour traverser la Manche au 1er janvier si Londres et Bruxelles ne parviennent à conclure un accord de libre-échange.

à l'éventualité d'un Brexit sans accord, les pays membres de l'Union européenne sont d'ores et déjà obligés de Voici un tour d'horizon des mesures déjà prises par quelques pays européens pour limiter la La France serait directement impactée par un " no deal " et le rétablissement de frontières. des services ferroviaires et de bus transfrontaliers, et le maintien de l’accès des citoyens aux services

La perspective d’un Brexit sans accord pousse de grandes entreprises à limiter leurs investissements au Royaume-Uni voire à envisager de Depuis la prise de fonction de Boris Johnson au 10 Downing Street, le 23 juillet, les entreprises s’alarment - de nouveau - des conséquences d’ un « no deal », un

Lire aussi Luc de Barochez ? Le Royaume-Uni, État voyou ?

Le pays pourrait aussi ne plus avoir accès aux services européens d'information sur les casiers judiciaires, qui partagent des données sur les condamnations antérieures dans tous les pays de l'UE. Autant de points qui devraient être à nouveau évoqués lors des négociations sur le Brexit, qui ont repris cette semaine. Boris Johnson, le Premier ministre britannique, a fixé la date du 15 octobre pour un accord global. Bruxelles est prêt à attendre fin octobre pour éviter le "no-deal", alors que le Brexit sera pleinement effectif le 1er janvier prochain.

UK met en garde contre une ligne de 7 000 camions dans le pire scénario du Brexit .
Jouez à notre jeu sur le Brexit: les difficultés des échanges dans le Royaume-Uni post-Brexit «La principale cause potentielle de perturbation est que les commerçants ne sont pas prêts pour les contrôles mis en œuvre par les États membres de l'UE le 1er janvier 2021 », a écrit Gove dans une lettre datée de mardi, vue par Bloomberg News. «Il est essentiel que les commerçants agissent maintenant et se préparent à de nouvelles formalités.» La préparation des contrôles douaniers sur le commerce ave

usr: 3
C'est intéressant!