•   
  •   

Monde Le chef du Pentagone signe à Tunis un accord de coopération militaire

01:40  01 octobre  2020
01:40  01 octobre  2020 Source:   msn.com

Pierre Troisgros : Mort de l'immense chef à 92 ans

  Pierre Troisgros : Mort de l'immense chef à 92 ans Pierre Troisgros n'est plus. Le légendaire chef, triplement étoilé, est mort à l'âge de 92 ans, comme le rapportent plusieurs médias locaux, le mercredi 23 septembre 2020. Il était le cofondateur de l'institution Les Frères Troisgros.Le 9 novembre 1988- Pierre Troigros et d'autres grands chefs lors d'un évènement cullinaire à Aston.

Le chef du Pentagone Mark Esper se rend cette semaine au Maghreb pour réaffirmer l’engagement des Etats-Unis dans la région et renforcer la coopération avec l’Algérie, où il sera le premier ministre américain de la défense à se rendre depuis près de quinze ans.

Le chef du Pentagone prévoit aussi de se rendre au cimetière militaire américain de Carthage, près de Tunis , où sont enterrés les soldats américains Sa mission : approfondir la coopération sur les questions de sécurité régionale. Là aussi, il sera reçu par le président, Abdlemadjid Tebboune, une

Le chef du pentagone Mark Esper (gauche) et son homologue tunisien Ibrahim Bartagi signent un accord de coopération militaire, à Tunis, le 30 septembre 2020 © Sylvie LANTEAUME Le chef du pentagone Mark Esper (gauche) et son homologue tunisien Ibrahim Bartagi signent un accord de coopération militaire, à Tunis, le 30 septembre 2020

Le chef du Pentagone Mark Esper a signé mercredi, lors de sa première visite sur le continent africain, un accord de coopération militaire sur dix ans avec la Tunisie, saluant un rapprochement pour faire face à la dégradation de la sécurité en Libye.

Le rôle des Etats-Unis auprès de l'armée tunisienne s'est développé ces dernières années, notamment dans les domaines de la formation et de l'équipement pour la lutte antiterroriste mais aussi dans le renforcement de la sécurité à la frontière avec la Libye voisine.

Un ancien conseiller militaire de Trump appelle à voter Biden

  Un ancien conseiller militaire de Trump appelle à voter Biden Un ancien conseiller militaire de Trump appelle à voter Biden © Reuters/Jonathan Ernst UN ANCIEN CONSEILLER MILITAIRE DE TRUMP APPELLE À VOTER BIDEN par Phil Stewart WASHINGTON (Reuters) - Le général américain à la retraite Paul Selva, ex-conseiller militaire de Donald Trump, a rejoint un groupe d'anciens responsables du Pentagone qui appellent à voter pour Joe Biden lors de l'élection présidentielle du 3 novembre, selon une lettre que Reuters a pu consulter.

Lors de cette visite du chef du Pentagone , il sera question de renforcer la coopération avec l’Algérie, où il sera le premier ministre américain de la Défense à Les responsables militaires américains se rendent fréquemment en Tunisie et au Maroc, où la coopération de défense avec les Etats-Unis est

Selon diverses sources américaines, le chef du Pentagone rencontrera le président Abdelmadjid Tebboune. La discussion devrait porter sur la coopération en matière de sécurité et les menaces Les rencontres entre les chefs militaires algériens et américains n’ont d’ailleurs pas été nombreuses.

"Nous nous réjouissons d'approfondir cette relation afin d'aider la Tunisie à protéger ses ports et ses frontières et à faire reculer le terrorisme", a déclaré M. Esper après avoir rencontré le président tunisien Kais Saied.

L'objectif est de faire face "aux extrémistes violents qui représentent une menace" mais aussi "à nos concurrents stratégiques la Chine et la Russie", a-t-il ajouté devant les tombes de soldats américains tombés en Afrique du Nord.

La Tunisie, considérée depuis 2015 par Washington comme un allié "majeur" dans la région, a été un appui discret mais crucial dans le dossier libyen. Ce pays est miné depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 par des conflits exacerbés par la présence de jihadistes internationaux et l'ingérence de pays étrangers.

Le Pentagone aurait utilisé 1 milliard de dollars de l'argent des contribuables pour financer la fabrication de moteurs à réaction et de gilets pare-balles au lieu de matériel médical

 Le Pentagone aurait utilisé 1 milliard de dollars de l'argent des contribuables pour financer la fabrication de moteurs à réaction et de gilets pare-balles au lieu de matériel médical © Reuters Le secrétaire américain à la Défense Esper et le président des Joint Chiefs Milley tiennent une conférence de presse au Pentagone à Arlington, en Virginie Reuters A Le fonds de 1 milliard de dollars en argent des contribuables qui a été donné au Pentagone par le Congrès en mars a été alloué à un but différent de celui auquel il était destiné.

Le directeur du service fédéral russe de la coopération technico- militaire est en visite ce mardi à Alger où il Cette visite intervient deux jours avant celle du chef du Pentagone . À deux jours de l’arrivée en Algérie du secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, dans le cadre d’une tournée dans les pays

Cet accord de défense a été validé en mars dernier par le Kremlin. D’après ce qui en avait été dit à l’époque, il serait question de formation de spécialistes militaires et de coopération dans les opérations de maintien de la paix et la lutte contre le terrorisme. Il fait suite à une visite faite à

Les Etats Unis, qui ont apporté un appui aérien à la coalition de l'OTAN ayant participé à faire tomber Kadhafi en 2011, sont depuis en retrait, se limitant essentiellement à des frappes contre des repaires jihadistes.

- Réticences de la population -

Signe des liens grandissants entre Tunis et Washington, les deux pays mènent régulièrement des exercices militaires conjoints.

Depuis la chute du dictateur Zine el Abidine Ben Ali en 2011, les Etats Unis ont en outre investi un milliard de dollars dans l'armée tunisienne, selon la défense américaine.

L'accord signé mercredi, une feuille de route dont le contenu n'a pas été détaillé, court sur dix ans afin d'établir une relation longue permettant d'assurer la formation et l'après-vente en cas de cession d'armement sophistiqué, indique-t-on dans l'entourage de M. Esper.

L'utilisation de l'espace aérien tunisien n'a pas été évoqué mercredi et le déploiement d'une base permanente n'est pas considéré comme acceptable par la Tunisie, a indiqué une autre source américaine.

Warren et Khanna demandent une enquête de l'IG sur l'utilisation par le Pentagone des fonds du coronavirus

 Warren et Khanna demandent une enquête de l'IG sur l'utilisation par le Pentagone des fonds du coronavirus Une paire de démocrates demande au chien de garde interne du Pentagone d'enquêter sur la façon dont le département a utilisé 1 milliard de dollars en fonds de secours pour les coronavirus. © Bonnie Cash Warren, Khanna demande une enquête de l'IG sur l'utilisation par le Pentagone des fonds du coronavirus Dans une lettre adressée vendredi à l'inspecteur général du Pentagone, la sénatrice Elizabeth Warren (D-Mass.) Et la représentante Ro Khanna (D-Calif.) Ont demandé le chien de garde pour "exami

Un accord sur le fond, mais la forme est à revoir, selon le chef du Hezbollah libanais. « Nous saluons toujours l’initiative française et sommes prêts au dialogue et à la coopération (…), mais la manière dont les choses ont été faites le mois écoulé, l’intimidation ayant eu lieu (…) ne doivent pas

Une affirmation qui contredit le discours officiel du Pentagone . «Sans surprise, ces régions ont également été le théâtre de nombreuses attaques de drones et de raids de commandos discrets au cours des dernières années», constate encore le magazine en ligne co -fondé par le journaliste Glenn

Face aux réticences de la population tunisienne, les autorités ont maintes fois démenti la présence de bases américaines en Tunisie.

Mais la présence d'un escadron américain chargé d'opérer des drones au sein d'une base tunisienne à Bizerte avait été confirmée lors d'un procès en cour martiale en 2017 aux Etats Unis, dont la presse spécialisée américaine s'était fait l'écho.

"Il y a eu un regain d'intérêt" des Etats-Unis pour la Tunisie et le Maroc, deux partenaires de longue date, "car la région est devenue plus stratégique ces dix dernières années" avec la montée en puissance des groupes jihadistes en Libye et dans le Sahel, indique le politologue tunisien Youssef Cherif.

"Mais la Tunisie ne semble pas avoir donné son aval (aux Etats-Unis) pour utiliser son espace aérien et son territoire afin de mener des attaques", affirme-t-il à l'AFP.

- Direction Alger puis Rabat -

En mai, le commandement américain pour l'Afrique avait dit envisager l'envoi de troupes supplémentaires en Tunisie au vu de la dégradation de la situation en Libye, déclenchant une levée de boucliers dans le pays.

L'Africom avait ensuite précisé que ces troupes seraient uniquement chargées de formations et non de combat.

A Tunis, M. Esper a également rencontré son homologue tunisien Ibrahim Bartagi, qui a souligné "l'importance du soutien des États-Unis dans le domaine de la sécurité des frontières" notamment grâce à la surveillance électronique, selon le ministère de la Défense.

Les deux hommes ont évoqué le rôle de la Tunisie au Mali, pays frappé par des attaques jihadistes où Tunis a déployé des troupes sous la bannière de l'ONU depuis l'an dernier.

M. Esper a souligné "l'importance d'une armée apolitique", à la veille de sa visite à Alger, la première visite d'un ministre américain de la Défense depuis 2006. En Algérie, le pouvoir appuyé par les militaires a fait face à une contestation inédite.

Le ministre américain achèvera sa tournée vendredi à Rabat, autre allié "majeur" dans la région.

sl-cnp/mdz

Le Maroc et les États-Unis signent un accord de coopération militaire .
Le secrétaire d'État américain à la Défense a terminé vendredi sa visite en Afrique du Nord. Mark Esper était au Maroc, après être passé par la Tunisie et l'Algérie dans la semaine. Cette tournée de trois jours avait pour objectif de renforcer la coopération militaire, la lutte contre le jihadisme et la sécurité dans la région. « Notre alliance est forte et faite pour durer » a déclaré le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, après avoir vu le secrétaire d’État américain à la Défense. Ce dernier a également rencontré le chef d’état-major et le ministre délégué à la défense marocains.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!