•   
  •   

Monde Biélorussie: Washington temporise sur d'éventuelles sanctions, attend l'UE

10:10  01 octobre  2020
10:10  01 octobre  2020 Source:   fr.reuters.com

Biélorussie : "Loukachenko doit partir", dit Macron avant une visite en Lituanie

  Biélorussie : Emmanuel Macron effectuera de lundi à mercredi sa première visite en Lituanie et en Lettonie, deux États baltes qui espèrent son appui face à la crise politique en Biélorussie et aux pressions russes. À la veille de son départ, il a défendu que le président contesté Alexandre "Loukachenko doit partir". Le président biélorusse Alexandre Loukachenko "doit partir", selon le président français. Emmanuel Macron l’a dit dimanche 27 septembre à la veille de sa première visite de lundi 28 à mercredi 30 septembre en Lituanie et en Lettonie, deux pays baltes centraux dans la crise politique en Biélorussie et qui espèrent l’appui de Paris.

La Biélorussie toujours secouée par des mobilisations (VIDEOS). La crise politique en Biélorussie se poursuit : ces derniers jours, des opposants ont Tandis que Moscou s'inquiète de l'implication des pays occidentaux dans la crise que traverse la Biélorussie , l ' UE prend fait et cause pour une lutte

L'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa est attendue , le 21 septembre à Bruxelles, pour rencontrer les ministres des Affaires étrangères de l ' UE , a annoncé, ce 17 septembre, le porte-parole du chef de la diplomatie européenne Peter Stano.

BIELORUSSIE-ELECTION-USA:Biélorussie: Washington temporise sur d'éventuelles sanctions, attend l'UE

BIÉLORUSSIE: WASHINGTON TEMPORISE SUR D'ÉVENTUELLES SANCTIONS, ATTEND L'UE © Reuters/ALEXANDER DRAGO BIÉLORUSSIE: WASHINGTON TEMPORISE SUR D'ÉVENTUELLES SANCTIONS, ATTEND L'UE

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis ont décidé de ne pas se joindre à la Grande-Bretagne et au Canada pour imposer des sanctions contre la Biélorussie, dans l'espoir que l'Union européenne surmonte des divisions internes pour avancer sur le dossier, ont déclaré mercredi quatre personnes au fait de la question.

Les États-Unis retiennent les sanctions contre la Biélorussie, espèrent une initiative conjointe avec l'UE - sources

 Les États-Unis retiennent les sanctions contre la Biélorussie, espèrent une initiative conjointe avec l'UE - sources Par Arshad Mohammed, Jonathan Landay et Matt Spetalnick © Reuters / BelTA Le président biélorusse Lukashenko assiste à une cérémonie d'inauguration à Minsk WASHINGTON (Reuters) - The United Les États ont hésité à se joindre à la Grande-Bretagne et au Canada pour imposer des sanctions à la Biélorussie dans l'espoir que l'Union européenne puisse surmonter un différend interne, ouvrant la voie à des sanctions américaines et européennes coordonnées, ont déclaré mercredi quatre sources.

Le procureur général de Biélorussie a annoncé l'ouverture d'une enquête pour «appels à des actions visant à porter atteinte à la sécurité nationale» Jacek Czaputowicz «a accueilli Valery et Veronika Tsepkalo, qui sont arrivés en Pologne» le 18 août, a tweeté le ministre, publiant aussi des photos du

Le département américain du Trésor a annoncé avoir adopté des sanctions contre plusieurs autres personnes physiques et morales syriennes dont le ministère du Tourisme.

La volonté de Washington de temporiser ouvre la voie à une action coordonnée avec Bruxelles, alors que Reuters avait appris au préalable que l'administration américaine prévoyait d'imposer en coordination avec Londres et Ottawa des sanctions contre des représentants biélorusses pour ce qu'elle considère comme un scrutin truqué et une répression excessive des manifestations.

L'Union européenne a promis en août de prendre des mesures contre la Biélorussie pour une présumée fraude électorale le 9 août, mais Chypre a bloqué ce projet du fait d'un litige distinct avec la Turquie.

Trois sources ont déclaré que les Etats-Unis temporisaient parce qu'ils anticipaient que l'UE parvienne à trouver un consensus lors du Conseil européen prévu cette semaine.

Macron durcit le ton face à Loukachenko

  Macron durcit le ton face à Loukachenko Le Président est en déplacement pour deux jours en Lituanie, où se trouve actuellement en exil la cheffe de l'opposition biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa, qui attend beaucoup de l'Union européenne dans son combat démocratique. «Il est clair que Loukachenko doit partir», a affirmé Emmanuel Macron ce week-end, au Journal du dimanche. Ce qui ne l’est pas, en revanche, c’est où, quand et comment. La stratégie envisagée par le Président, à la veille d’une visite officielle en Lituanie (où s’est réfugiée Svetlana Tikhanovskaïa, la cheffe de l’opposition biélorusse), semble de s’appuyer sur la bonne volonté de Vladimir Poutine, puisque «la Russie a une relation de très gr

L ' UE a adopté les actes légaux qui entraînent la levée de ses sanctions contre 170 personnalités bélarusses, dont le président Alexandre Loukachenko, conformément à une décision prise par ses 28 ministres des Affaires étrangères à la mi-février.

Des élus américains, notamment démocrates, ont déploré un «copier-coller de Forbes» qui «manque de sérieux». Le sénateur démocrate Ron Wyden a Face aux critiques, le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin a affirmé que des « sanctions supplémentaires» seraient prises «dans un futur proche»

Une source à Washington a indiqué à Reuters qu'un ensemble de sanctions américaines était quasiment prêt, mais que le calendrier de l'annonce demeurait incertain.

Sans expliquer directement la raison pour laquelle les Etats-Unis ne s'étaient pas joints à la Grande-Bretagne et au Canada dans l'imposition de sanctions, le département d'Etat a félicité cette démarche et relevé que des sanctions américaines visaient déjà 16 Biélorusses dont le président Alexander Loukachenko.

"Nous nous coordonnons étroitement avec nos partenaires européens pour promouvoir la responsabilité de deux impliqués dans des violations de droits de l'homme et la répression en Biélorussie", a dit un porte-parole de la diplomatie américaine, sous couvert d'anonymat.

(Arshad Mohammed, Jonathan Landay et Matt Spetalnick; version française Jean Terzian)

Le vote par correspondance `` fonctionnera très bien '', a déclaré le sénateur Scott, rejetant les craintes de Trump concernant des élections volées .
À retenir du RNC: Donald Trump Jr. dénonce `` les émeutes, le pillage et le vandalisme '', Tim Scott offre l'optimisme Démocrates ont dénoncé les affirmations de Trump et ont accusé l'administration d'avoir mis en œuvre des changements au service postal pour empêcher les électeurs de poster leurs bulletins de vote. Le ministre des Postes, Louis DeJoy, a vivement contesté ces allégations comme un "faux récit" lors d'une audience controversée de la Chambre , lundi, .

usr: 1
C'est intéressant!