•   
  •   

Monde Nagorny-Karabakh. Poutine, Macron et Trump appellent ensemble à un cessez-le-feu immédiat

19:35  01 octobre  2020
19:35  01 octobre  2020 Source:   ouest-france.fr

Combats au Karabakh : l'UE appelle au « retour immédiat des négociations »

  Combats au Karabakh : l'UE appelle au « retour immédiat des négociations » Ce dimanche 27 septembre, des combats ont éclaté entre les forces azerbaïdjanaises et la région séparatiste du Nagorny-Karabakh soutenue par Erevan. Les belligérants ont fait état de victimes militaires et civiles. Selon la partie arménienne, une femme et un enfant ont été tués. L'Azerbaïdjan a annoncé avoir conquis une demi-douzaine de villages sous contrôle arménien lors de combats le long de la ligne de front, informations démenties par son ennemi arménien.

Un homme montrant les restes d’un missile retrouvé lors des combats (photo d’illustration) © AFP Un homme montrant les restes d’un missile retrouvé lors des combats (photo d’illustration)

France, Russie et États-Unis ont signé un communiqué en commun jeudi pour demander la fin des combats qui ont repris récemment dans le Haut-Karabakh, territoire que l’Arménie et l’Azerbaïdjan se disputent depuis plusieurs années.

Les présidents russe Vladimir Poutine, français Emmanuel Macron et américain Donald Trump appellent jeudi 1er octobre dans un communiqué commun à la cessation immédiate des hostilités au Haut-Karabakh, territoire azerbaïdjanais séparatiste soutenu par l’Arménie.

Haut-Karabakh : Arméniens et Azerbaïdjanais poursuivent les combats malgré les appels internationaux

  Haut-Karabakh : Arméniens et Azerbaïdjanais poursuivent les combats malgré les appels internationaux Les affrontements se poursuivaient mercredi alors que Moscou et Paris ont appelé dans la soirée à un arrêt "complet" des combats. La communauté internationale craint une internationalisation du conflit qui risquerait de déstabiliser la région. L'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont montrés déterminés à poursuivre les combats, mercredi 30 septembre, au quatrième jour d'affrontements meurtriers au Haut-Karabakh, un territoire azerbaïdjanais séparatiste soutenu par Erevan, ignorant les appels internationaux au cessez-le-feu.Stepanakert, la capitale de cette république autoproclamée, était largement plongée dans le noir mercredi soir.

En tant que dirigeants des trois pays du groupe de Minsk, formé en 1992 pour jouer le médiateur sur ce dossier, les trois présidents appellent les dirigeants de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan à s’engager sans délai à reprendre les négociations de fond sous l’égide de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Nous condamnons dans les termes les plus forts l’escalade de la violence récente sur la ligne de contact dans la zone de conflit du Haut-Karabakh, ajoutent les dirigeants des trois pays, qui coordonnent ainsi leurs efforts diplomatiques pour faire cesser le conflit après s’être chacun déjà exprimé en ce sens ces derniers jours, en ordre dispersé.

Des combattants syriens djihadistes au Karabakh selon Macron

En arrivant jeudi à Bruxelles où se tient un sommet européen, le Président français a révélé qu’il dispose d’informations aujourd’hui de manière certaine qui indiquent que des combattants syriens de groupes djihadistes ont quitté le théâtre d’opérations en transitant par Gaziantep pour rejoindre ce théâtre d’opérations du Haut-Karabakh.

Karabakh : Plusieurs centaines de membres de la communauté arménienne manifestent à Lyon

  Karabakh : Plusieurs centaines de membres de la communauté arménienne manifestent à Lyon Ils se sont rassemblés à Lyon pour dire « stop » à la guerre dans le Caucase © PHILIPPE DESMAZES / AFP Une manifestation pro-arménienne a eu lieu vendredi à Lyon. GUERRE - Ils se sont rassemblés à Lyon pour dire « stop » à la guerre dans le Caucase Sur fond d’escalade des combats entre Azerbaïdjanais et Arméniens dans l’enclave du Nagorny-Karabakh, des centaines de membres de la communauté d’origine arménienne se sont rassemblés à Lyon pour dire « stop » à la guerre dans le Caucase et dénoncer le rôle de la Turquie.

C’est un fait très grave nouveau, qui change la donne, a-t-il ajouté.

Au moins 128 morts depuis la reprise du conflit

Le groupe de Minsk n’a jamais réussi à mettre fin aux affrontements le long de la ligne de front. Le Nagorny Karabakh (ou Haut-Karabakh), en majorité peuplé d’Arméniens, a fait sécession de l’Azerbaïdjan à la fin de l’URSS, entraînant une guerre au début des années 1990 qui a fait 30 000 morts.

Des combats de grande ampleur entre forces azerbaïdjanais et séparatistes soutenus par Erevan ont repris dimanche et se poursuivaient jeudi. Selon des bilans partiels, ils ont fait au moins 128 morts.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron avaient appelé une fois de plus à une trêve.

La veille, à Riga, Emmanuel Macron s’était dit par ailleurs préoccupé par des déclarations guerrières de la Turquie, qui soutient Bakou. La Russie, qui entretient des relations cordiales avec les deux républiques ex-soviétiques, s’est elle aussi inquiétée du rôle de la Turquie, son concurrent géopolitique dans la région.

Nourriture, drapeaux et prières: à Erevan, l'aide s'organise pour le Karabakh

  Nourriture, drapeaux et prières: à Erevan, l'aide s'organise pour le Karabakh Entre deux terrasses à Erevan, des volontaires emballent soigneusement conserves et couvertures, sous un drapeau du Nagorny Karabakh. - "Prière nationale" - Autre signe de l'influence prégnante de la guerre au Nagorny Karabakh, les drapeaux, tant arméniens que ceux quasi identiques de la région séparatiste, sont désormais légion aux balcons et aux murs de Erevan, sur les coffres de voitures et les vitrines des magasins. De petits ateliers s'activent à les coudre en ville.

Erdogan veut un « retrait » total des Arméniens

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé jeudi qu’un cessez-le-feu au Nagorny Karabakh passait par un retrait des forces arméniennes de cette enclave séparatiste. « Un cessez-le-feu pérenne dans cette région est tributaire d’un retrait arménien de tout le territoire azerbaïdjanais », a déclaré le président turc lors d’un discours au parlement. Parlant peu avant la diffusion du communiqué commun France-Russie-États-Unis, Recep Tayyip Erdogan a accusé les membres du groupe dit de « Minsk » d’avoir « ignoré durant 30 ans » le problème de Nagorny Karabakh. « Leur quête à présent d’un cessez-le-feu est inacceptable », a-t-il ajouté.

La Turquie s’est dit mardi déterminé à aider l’Azerbaïdjan à « recouvrer ses terres occupées » dans le Nagorny Karabakh, théâtre de violents combats entre Bakou et des séparatistes soutenus par l’Arménie. Recep Tayyip Erdogan a ainsi appelé cette semaine à la fin de « l’occupation » arménienne du Nagorny Karabakh pour faire cesser les combats meurtriers.

Haut-Karabakh : Arménie et Azerbaïdjan s'accusent mutuellement de violer le cessez-le-feu .
Un accord de cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh est entré en vigueur samedi. Pourtant, Erevan et Bakou s'accusent mutuellement de violer cette trêve humanitaire, censée permettre d'échanger des prisonniers de guerre et les corps de victimes. Alors qu'un cessez-le-feu est entré en vigueur à midi (heure locale) dans le Haut-Karabakh, l'Arménie et l'Azerbaïdjan s'accusaient mutuellement, samedi 10 octobre, d'avoir violé le cessez-le-feu négocié avec Moscou.Après une matinée de combats, le calme n'a régné que brièvement à l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, avant que les deux camps ne s'accusent à nouveau.

usr: 1
C'est intéressant!