•   
  •   

Monde Liban demande à Interpol d'arrêter deux Russes suite à l'explosion de Beyrouth

00:41  02 octobre  2020
00:41  02 octobre  2020 Source:   aljazeera.com

Explosion d'un dépôt d'armes du Hezbollah dans le sud du Liban

  Explosion d'un dépôt d'armes du Hezbollah dans le sud du Liban Explosion d'un dépôt d'armes du Hezbollah dans le sud du Liban © Reuters/STRINGER EXPLOSION D'UN DÉPÔT D'ARMES DU BEYROUTH (Reuters) - Une cache d'armes appartenant au Hezbollah a été détruite par une explosion à la suite d'une erreur de manipulation mardi dans un village du sud du Liban, a-t-on appris auprès d'une source au sein des services de sécurité. Des membres de la milice chiite libanaise ont installé un cordon de sécurité autour du site touché, dans le village d'Ain Qana, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Beyrouth.

Seize fonctionnaires du port de Beyrouth et des autorités douanières ont été placés en détention, sans que l'on sache la date exacte de leur arrestation Le bateau chargé de nitrate arrivé en 2013 et jamais reparti. Cette enquête internationale demandée par le chef de l'État passera sans doute par Chypre.

Au moins 100 personnes ont été tuées et 4000 blessées par la double explosion survenue dans le port de Beyrouth , au Liban , mardi 4 août. Le Premier ministre

L'enquêteur principal sur l'explosion d'août au port de Beyrouth qui a tué près de 200 personnes et en a blessé des milliers a émis des mandats d'arrêt contre le capitaine et le propriétaire d'un navire transportant des milliers de tonnes de nitrate d'ammonium à Beyrouth il y a sept ans, a déclaré l'Agence nationale de presse (ANI).

a factory next to a body of water: Nearly 2,700 tonnes of ammonium nitrate stored at Beirut’s port exploded on August 4, killing 193 people. [Mohamed Azakir/Reuters] © Près de 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans le port de Beyrouth ont explosé le 4 août, tuant 193 personnes ... Près de 2700 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans le port de Beyrouth ont explosé le 4 août, tuant 193 personnes. [Mohamed Azakir / Reuters]

Près de 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans le port de Beyrouth ont explosé le 4 août, faisant 193 morts, environ 6 500 blessés et laissant près de 300 000 personnes sans abri.

Au Liban, la communauté arménienne au secours de ses seniors après l'explosion

  Au Liban, la communauté arménienne au secours de ses seniors après l'explosion En prenant sa retraite, Vany Bandikian rêvait de voyages. Mais en plein chantier dans sa maison endommagée par l'explosion au port de Beyrouth, cette Libanaise d'origine arménienne doit d'abord réparer la demeure construite par son père, avec l'aide de sa communauté. Plus d'un mois après la tragédie du 4 août, les ouvriers vont et viennent dans le petit immeuble. Construit dans les années 1930 avec ses colonnades blanches et ses balcons en fer forgé, il sera rénové par une association arménienne.Dans les quartiers ravagés, nombreux sont les habitants du troisième âge attachés aux maisons qui les ont vu grandir.

Les lieux des explosions sur le port de Beyrouth au lendemain du drame. -Une cargaison de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium serait à l ’origine des deux explosions qui ont dévasté Beyrouth , la Une pétition publiée ce mercredi demande à Emmanuel Macron de «placer le Liban sous mandat

Les décombres du port de Beyrouth , le 1er septembre. Jean-claude coutausse pour Il a été saisi, en décembre 2013, à la suite de plaintes déposées au Liban par deux sociétés réclamant au propriétaire du Ce dernier a été identifié comme étant le Russe Igor Grechushkin, résident à Chypre.

Jeudi, le juge Fadi Sawwan a renvoyé l'affaire devant le parquet qui a demandé à Interpol de détenir les deux citoyens russes.

NNA n'a pas donné les noms des deux hommes mais Boris Prokoshev était le capitaine qui a fait naviguer le MV Rhosus de Turquie à Beyrouth en 2013. Igor Grechushkin, un homme d'affaires russe résidant sur l'île méditerranéenne de Chypre, a acheté le cargo en 2012 à Homme d'affaires chypriote Charalambos Manoli.

Grechushkin a été interrogé par la police à la demande du bureau d’Interpol au Liban en août.

Plus de deux douzaines de personnes, pour la plupart des fonctionnaires des ports et des douanes, ont été arrêtées depuis l'explosion qui est considérée comme l'une des plus grandes explosions non nucléaires jamais enregistrées.

Le Liban s’enfonce un peu plus dans la crise politique

  Le Liban s’enfonce un peu plus dans la crise politique Les partis politiques libanais s’étaient engagés début septembre auprès d’Emmanuel Macron à former un cabinet composé de ministres « compétents » et « indépendants » dans un délai de deux semaines. Le président français doit tenir en soirée à Paris une conférence de presse.Ce renoncement semble marquer l’échec de l’initiative lancée après la tragique explosion du 4 août au port de Beyrouth, par le président français Emmanuel Macron qui doit tenir en soirée à Paris une conférence de presse au sujet du Liban, pays en proie à la crise économique, sociale et politique la plus grave de son histoire.

L'ex-patron de Renault-Nissan a fui le Japon pour le Liban , où sonlieu de résidence reste inconnu. © Fournis par Franceinfo. Le Liban a reçu une demande d'arrestation d' Interpol visant Carlos Ghosn, a annoncé jeudi 2 janvier le ministre libanais de la Justice.

Et de préciser : «Les deux parties, Israël et le Liban , ont demandé aux Etats-Unis de jouer le rôle de médiateur et de facilitateur pour la délimitation des frontières maritimes, et ils sont prêts pour cela». Deux pays techniquement en guerre.

Le nitrate d'ammonium est arrivé au Liban en septembre 2013, à bord d'un cargo russe battant pavillon moldave. Le Rhosus, selon les informations du site de suivi des navires, Fleetmon, se dirigeait de la Géorgie vers le Mozambique.

La cargaison a ensuite été déchargée et placée dans le hangar 12 du port de Beyrouth, une grande structure grise faisant face à la principale autoroute nord-sud du pays à l’entrée principale de la capitale.

Le nitrate d'ammonium est resté à l'entrepôt jusqu'à ce qu'il explose. Le Rhosus n'a jamais quitté le port et y a coulé en février 2018, selon des documents officiels libanais.

L'explosion a encore secoué une nation aux prises avec sa pire crise depuis la guerre civile de 1975-1990.

L'économie s'effondre après des décennies de gaspillage de l'État, de corruption et de dette croissante. Les banques ont gelé les gens de leurs économies et la monnaie s'est effondrée.

Pendant ce temps, le Liban a également du mal à faire face à la propagation du nouveau coronavirus.

Les écoles n'ont pas encore rouvert après un pic de cas, qui ont augmenté à la suite de l'explosion à plus de 35 000 infections dont au moins 340 décès depuis le 9 février.

Au Liban, une année surréaliste pour pompiers et secouristes .
Feux de forêt ravageurs, drame dévastateur au port de Beyrouth et incendies de bâtiments à répétition: au Liban, pompiers et secouristes n'en reviennent toujours pas de l'année noire qu'ils viennent de vivre. - Pire qu'une guerre - Avant la tragédie, pompiers et secouristes avaient déjà travaillé sans relâche, mobilisés sur des feux de forêt au sud de Beyrouth ou dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. © ANWAR AMRO Deux pompiers de Beyrouth se préparent à une intervention, le 28 septembre 2020 "Nous n'avons jamais connu une année pareille", confie le lieutenant Ali Najm, engagé avec la brigade depuis près d'un quart de siècle,

usr: 1
C'est intéressant!