•   
  •   

Monde Mali. La junte fait une concession de taille pour une levée des sanctions

01:40  02 octobre  2020
01:40  02 octobre  2020 Source:   ouest-france.fr

Mali: un président de la transition, pour quoi faire ?

  Mali: un président de la transition, pour quoi faire ? Les chefs d’État de la région avaient donné jusqu’à ce mardi 22 septembre à la junte malienne pour annoncer un président et un premier ministre civils. C’est finalement une personnalité à la double casquette qui a été choisie : Bah N'Daw, ancien colonel major de l’armée aujourd’hui à la retraite, également passé par le poste de ministre de la Défense. La vice-présidence, elle, revient au chef de la junte qui a renversé IBK, le colonel Assimi Goïta.

Pour la levée de l’embargo contre le Mali , le téléphone fonctionne beaucoup ces temps-ci entre Accra et Bamako, entre aussi D’après nos informations, la junte malienne pourrait rapidement faire une concession de taille : cantonner dans une version définitive de la charte de la transition le rôle du

« Le Mali est loin de rétablir les échanges commerciaux et diplomatiques avec ses voisins, pays membres de la Cédéao, constate le site d’information La Cédéao attend aussi la dissolution de la direction de la junte et la libération ou la présentation devant la justice des détenus militaires et civils.

Des membres de la junte, le 22 septembre à Bamako. © MICHELE CATTANI / AFP Des membres de la junte, le 22 septembre à Bamako.

La junte militaire qui a pris le pouvoir au Mali renonce à une prérogative majeure dévolue à leur chef dans la transition censée ramener les civils à la tête du pays. Cela pourrait provoquer une levée des sanctions de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest.

Les colonels qui ont pris le pouvoir en août au Mali ont supprimé jeudi 1er octobre un obstacle de taille à la levée des sanctions ouest-africaines en renonçant à une prérogative majeure dévolue à leur chef dans la transition censée ramener les civils à la tête du pays.

Le chef de la junte appelle les Maliens à soutenir les forces étrangères "partenaires"

  Le chef de la junte appelle les Maliens à soutenir les forces étrangères Le chef de la junte au pouvoir au Mali, le colonel Assimi Goïta, a appelé mardi ses compatriotes à soutenir les forces étrangères "partenaires" présentes dans le pays, citant notamment la force française Barkhane et les Casques bleus de la Minusma. Le colonel Goïta, qui s'exprimait en marge des cérémonies du 60ème anniversaire de l'indépendance de son pays, a appelé à "l'union sacrée autour du Mali", et à soutenir les forces nationales. "C'estLe colonel Goïta, qui s'exprimait en marge des cérémonies du 60ème anniversaire de l'indépendance de son pays, a appelé à "l'union sacrée autour du Mali", et à soutenir les forces nationales.

Nommé dimanche Premier ministre du Mali , Moctar Ouane a été reçu lundi par le président et le premier vice-président de transition et il a commencé les consultations en vue de la formation d'un gouvernement. Son objectif est de constituer une équipe composée de femmes et d'hommes

La dissolution attendue de direction de la junte ou encore la libération ou la présentation devant la justice des détenus militaires et civile. Sur tous ces points, les chefs d’États de la Cédéao pourraient se concerter, interroger le pouvoir malien avant de décider de la levée ou non des sanctions .

Les militaires qui ont renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août ont renoncé à ce que le colonel Assimi Goïta, investi vice-président transitoire vendredi, puisse remplacer le président dans la transition qui vient de s’ouvrir en cas d’empêchement de ce dernier, selon un document officiel publié jeudi.

La junte accède là à une exigence primordiale de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour lever les sanctions imposées au Mali le 20 août, au premier rang desquelles un embargo commercial et financier.

Marasme économique

Le représentant de la Cédéao au Mali, Hamidou Boly, a indiqué peu avant l’officialisation de cette concession que les sanctions pourraient être levées rapidement, parce qu’il y a eu des actions majeures de la junte en direction de la Cédéao.

Le Mali célèbre les soixante ans de son indépendance sans fastes

  Le Mali célèbre les soixante ans de son indépendance sans fastes À Bamako, les cérémonies pour la fête d’indépendance ont eu lieu ce mardi matin. Et c’est le colonel Assimi Goïta, le chef de la junte, qui a présidé les festivités. Avec notre envoyée spéciale à Bamako, Florence Morice Le Mali célèbre ce mardi ses 60 ans. Une fête d’indépendance dans un contexte particulier, un mois après le coup d’État du 18 août qui a renversé l’ex-président IBK, et au lendemain de la désignation de Bah N’Daw, officier à la retraite et ancien ministre de la Défense, au poste de président de la transition.L'investiture de celui-ci est prévue ce vendredi, et ce matin, Bah N’Daw n’était pas présent au défié militaire organisé à Bamako pour ce soixantenaire.

La junte joue à la politique de l’autruche. Le Mali demeure sous sanctions CEDEAO, parce Le Mali se doit de tirer l’expérience de cet autre putsch en 2012, avec un certain Amadou Aya Sanogo La CEDEAO veut faire éviter au Mali cette expérience douloureuse avec une double tête à la présidence

Le Mali demeure sous sanctions CEDEAO, parce que les nouvelles autorités, les La CEDEAO veut faire éviter au Mali cette expérience douloureuse avec une double tête à la présidence Une attitude incompréhensible de la junte ! Un recul en arrière est encore possible avec les signes peu rassurants

Peut-être que dans les heures ou les jours à venir, dès que la charte est publiée, nous allons lever les sanctions, a-t-il dit à la radio de l'ONU au Mali, Mikado FM.

La junte s’inquiète de l’effet des sanctions sur un pays en proie à un profond marasme économique, en plus de la crise sécuritaire et politique qui fait craindre pour la stabilité du pays et, au-delà, du Sahel.

Les militaires dont le putsch a parachevé des mois de contestation politique alimentée par l’exaspération des Maliens se sont engagés à rendre le pouvoir aux civils à l’issue d’une période transitoire de 18 mois.

« Redressement de l’État »

Ils ont élaboré une charte, document fondamental qui organise la transition et qui complète la Constitution existante, sur laquelle elle prévaut en cas de contradiction.

Aucune version finale de cette charte n’avait été publiée avant jeudi, bien qu’elle ait servi vendredi à fonder l’investiture du président, Bah Ndaw, et du vice-président de transition, le colonel Goïta.

Mali: après la désignation de Bah N’Daw, tractations sur la distribution des postes

  Mali: après la désignation de Bah N’Daw, tractations sur la distribution des postes Goodluck Jonathan attendu à Bamako ce mercredi pour 48h. Le médiateur de la Cédéao vient faire l’état des lieux de la transition en cours, deux jours après la désignation de Bah N’daw au poste président de la transition, et celle du colonel Assimi Goïta en tant que vice-président. La communauté internationale maintient la pression, dans l’attente de la nomination d’un Premier ministre de transition civil désormais. Et ce, alors que le chef de la junte a exhorté mardi la Cédéao à lever les sanctions instaurées au lendemain du coup d’État.

Au Mali , les discussions entre les représentants des pays ouest-africains et la junte , au pouvoir Le principal point de désaccord entre la junte et la médiation de la Cédéao porte sur la durée de Nous avons exigé, au regard des efforts qui ont été faits , qu’ils voient aussi comment lever les sanctions .

Taille du texte Aa Aa. Face à la déclaration d’indépendance des rebelles touaregs de l’Azawad des habitants de Bamako ont organisé un rassemblement samedi, alors que grandit la pression internationale sur la junte militaire pour une accélération de la transition démocratique après le coup

Au moins une version officieuse que l’AFP a consultée disposait que le vice-président remplaçait le président en cas d’empêchement de ce dernier.

Cette disposition alarmait la Cédéao, inquiète que la junte ne s’en serve pour refaire main basse sur une transition dans laquelle elle joue déjà un rôle prééminent. Elle en exigeait la suppression et réclamait la publication de la charte. Celle-ci a été publiée jeudi au Journal officiel.

Le vice-président est chargé des questions de défense et de sécurité, dit son article 7, sans mention d’une prérogative de remplacement du président.

La charte assigne pour objectifs à la transition le rétablissement de la sécurité sur tout le territoire, dont les deux tiers échappent au contrôle du pouvoir central, le redressement de l’État et l’organisation d’élections générales.

Immunité pour les putschistes

La durée de la transition est fixée à 18 mois, selon le texte, qui dispose que le président et le vice-président ne seront pas éligibles à la présidentielle et aux législatives à la fin de la transition.

Covid-19 : Israël durcit son reconfinement, Netanyahu sous le feu des critiques

  Covid-19 : Israël durcit son reconfinement, Netanyahu sous le feu des critiques Restriction sur les vols internationaux, fermeture des synagogues, limitation des manifestations, réduction des commerces ouverts : le gouvernement de Benjamin Netanyahu a annoncé jeudi un durcissement du confinement pour freiner la pandémie de Covid-19. Des mesures qui soulèvent des critiques de toute part, du côté de l'opposition, de membres de son administration ou du corps médical. Après des heures de discussions, le gouvernement de Benjamin Netanyahu a dévoilé jeudi de nouvelles mesures pour renforcer le confinement en vigueur depuis près d'une semaine. Objectif : freiner à tout prix la contamination du Covid-19.

Face à la déclaration d'indépendance des rebelles touaregs de l'Azawad des habitants de Bamako ont organisé un rassemblement samedi, alors que grandit la pression internationale sur la junte militaire pour une accélération de la transition démocratique L'opposition se fait plus pressante au Yémen.

Hélène Clément-Pitiot : L'Assemblée nationale vient de se prononcer pour la levée des sanctions contre la Russie, malgré les discours que je pourrais 55 députés se sont levés pour refuser la langue de bois et l’hystérie qu’on leur a servies. Ce vote est un acte fort des représentants du peuple français.

La charte prévoit la création d’un organe législatif de 121 membres.

Elle stipule que les putschistes du 18 août bénéficient de l’immunité et ne peuvent être arrêtés pour leur implication dans ces événements.

Avec un colonel-major à la retraite au poste de président de transition, le chef de la junte à celui de vice-président, un certain nombre de militaires attendus à des postes clés au sein du gouvernement en gestation et des représentants dans le futur organe législatif, la junte conserve une emprise considérable sur la transition.

Cela n’est pas nécessairement vu d’un mauvais oeil par les Maliens. Ils ont accueilli le putsch plutôt favorablement et une partie invoquent le temps et l’autorité nécessaires pour créer les conditions d’un redressement dans un pays au bord du gouffre.

La Cédéao, elle, s’inquiète d’une instabilité encore accrue dans un Sahel déjà gagné par la propagation jihadiste et du mauvais exemple régional donné par une junte installée au pouvoir.

Toutes les conditions de la Cédéao ne sont pas encore satisfaites. Elle a aussi réclamé la dissolution de la junte et la libération des personnalités civiles et militaires arrêtées lors du putsch et toujours détenues.

Présidentielle américaine : Des mesures pour « maintenir l’ordre » entre Trump et Biden au prochain débat .
La commission des débats a promis de revoir ses règles, après une soirée catastrophique, mardi © Photos Sipa Joe Biden et Donald Trump leur de leur premier débat télévisé, le 29 septembre 2020. CACOPHONIE - La commission des débats a promis de revoir ses règles, après un Pour de nombreux observateurs, on a assisté au « pire débat présidentiel de l’histoire ».

usr: 1
C'est intéressant!