•   
  •   

Monde Donald Trump Jr. a été en contact avec WikiLeaks

09:20  14 novembre  2017
09:20  14 novembre  2017 Source:   lemonde.fr

Clinton accusée d'avoir triché à la primaire... par des démocrates

  Clinton accusée d'avoir triché à la primaire... par des démocrates L'ancienne responsable du parti démocrate confirme, dans un livre à paraître, que la candidate contrôlait de facto le parti pendant les primaires. © afp.com/Josh Haner La patronne par intérim des démocrates confirme dans un livre que pendant les primaires, le parti n'a pas été l'arbitre neutre qu'il était censé être. Hillary Clinton et Bernie Sanders lors d'un débat télévisé à Las Vegas, en octobre 2015. Grand déballage au parti démocrate. Les révélations embarrassantes sur Hillary Clinton ne viennent pas cette fois de Donald Trump et de son entourage.

Remise de sa surprise, l’équipe de WikiLeaks reprend contact avec Donald Trump Jr . le 16 décembre avec une nouvelle suggestion, toujours Il a été contraint de reconnaître en juillet avoir accepté de rencontrer en juin 2016 une avocate russe qui disposait selon ses dires d’informations

Pendant la campagne, le fondateur de WikiLeaks était également en contact avec un autre conseiller de Donald Trump , Roger Stone. Je serai pas surpris si ce Don Jr était un démocrate déguisé, infiltré, embauché par Clinton pour nuire à Trump .

Donald Trump Jr. à la tribune, à l’université Faulkner, à Montgomery dans l’Alabama. © Brynn Anderson / AP Donald Trump Jr. à la tribune, à l’université Faulkner, à Montgomery dans l’Alabama.

Selon le magazine « The Atlantic », le site de Julian Assange aurait notamment demandé au fils du président américain de collaborer avec lui en diffusant ses fuites.

Donald Trump Jr. n’a eu d’autre choix que de confirmer. Lundi 13 novembre, le magazine The Atlantic a en effet dévoilé les extraits d’échanges entre le fils aîné du président des États-Unis et le site WikiLeaks avant et après l’élection de novembre 2016. Manifestement tirés des documents confiés aux commissions du Congrès qui enquêtent sur les interférences russes dans la campagne présidentielle américaine, ces échanges reconnus par Donald Trump Jr. attestent de contacts maintenus.

Aux Philippines, Donald Trump et son homologue Rodrigo Duterte rivalisent d'amabilités

  Aux Philippines, Donald Trump et son homologue Rodrigo Duterte rivalisent d'amabilités Les présidents américain et philippin partagent un goût pour les sorties détonnantes. Mais pour leur premier tête-à-tête, en marge du sommet de l'Association des nations d'Asie du sud-est (Asean), les sujets sensibles ont été soigneusement évités. Donald Trump est aux Philippines, jusqu'à mardi 14 novembre, pour assister au sommet régional de l'Asean, l'Association des nations d'Asie du Sud-est, dans le cadre de sa tournée en Asie. Il en a donc profité pour afficher sa proximité avec Rodrigo Duterte, le président philippin, connu, lui aussi, pour ses positions et ses déclarations explosives.

« Donald Trump Junior est un idiot.» Ils contredisent cependant la campagne Trump , qui a toujours assuré n’avoir eu aucun contact direct avec WikiLeaks . En outre, si Donald Trump Jr n’a que rarement répondu par écrit aux messages du site, il a toutefois semblé suivre plusieurs fois les

Comme l'a révélé The Atlantic, WikiLeaks a été en contact avec le fils aîné de Donald Trump , âgé de 39 ans, pendant la dernière campagne présidentielle. Ainsi commence un autre message envoyé par WikiLeaks , le 21 octobre 2016. Le site propose alors à Trump Jr (appelé familièrement " Don ") de

La principale ligne de défense du fils du président, qui a publié ces échanges sur son propre compte Twitter, en fin de journée, a consisté à les relativiser. Alors que WikiLeaks l’a sollicité à plusieurs reprises, il n’aurait en effet répondu que trois fois, et assez brièvement. L’équipe de campagne de M. Trump a toujours assuré qu’elle n’était pas en contact direct avec le site qui avait publié dans les dernières semaines précédant l’élection des documents internes au Parti démocrate obtenu à la suite de piratages. Le renseignement américain a imputé ces piratages à la Russie alors que WikiLeaks nie les avoir obtenus par ce biais.

WikiLeaks engagé en faveur de Trump

Les échanges publiés lundi témoignent en tout cas de l’engagement total du site fondé par Julian Assange en faveur de M. Trump. Le 12 octobre, alors que WikiLeaks commence la publication des documents démocrates, il communique un lien au fils du président en suggérant que ce dernier comme son père le cite dans les messages qu’ils publient sur leurs comptes Twitter respectifs. Donald Trump Jr. obtempère quelques jours plus tard.

Donald Trump, la bouteille d'eau et la revanche de Marco Rubio

  Donald Trump, la bouteille d'eau et la revanche de Marco Rubio Entre des déclarations sur la Corée du Nord et la Chine lors de son allocution mercredi, Donald Trump a eu besoin de se rafraîchir et a maladroitement bu quelques gorgées d'eau, donnant l'occasion au sénateur américain Marco Rubio de savourer sa revanche. "Il n'y a pas d'eau", a remarqué le président américain au milieu de son discours qui a duré un peu moins d'une demi-heure. Après avoir cherché d'un côté de son pupitre, et alors qu'un journaliste présent dans la salle lui avait signalé où se trouvait la fameuse bouteille, Donald Trump a trouvé l'eau de l'autre côté du pupitre.

Pour les articles homonymes, voir Trump et Famille Trump . Donald Trump , né le à New York, est un homme d'affaires, animateur de télévision et homme d'État américain, président des États-Unis depuis le 20 janvier 2017.

© Eduardo Munoz Alvarez, AFP | Donald Trump Jr a entretenu une correspondance privée pendant dix mois avec WikiLeaks sur Twitter. Here is the entire chain of messages with @ wikileaks (with my whopping 3 responses) which one of the congressional committees has chosen to selectively leak .

Le 21 octobre, selon The Atlantic, WikiLeaks formule une demande non conventionnelle à son interlocuteur. Le site souhaite en effet qu’il fasse « fuiter » à des fins de publication des déclarations d’impôts du candidat républicain, qui a refusé de les communiquer contrairement à la tradition. WikiLeaks explique à Donald Trump Jr. que de telles publications conforteraient l’image d’un site impartial.

Conseils et manipulations

Le jour de l’élection, en fin d’après-midi, anticipant manifestement une victoire démocrate, WikiLeaks adresse un conseil à son interlocuteur : il souhaite en effet que Donald Trump refuse de concéder sa défaite et mette en cause la sincérité du scrutin.

Remise de sa surprise, l’équipe de WikiLeaks reprend contact avec Donald Trump Jr. le 16 décembre avec une nouvelle suggestion, toujours selon The Atlantic : que Donald Trump fasse flotter l’idée d’une nomination de Julian Assange comme ambassadeur d’Australie aux États-Unis. « Bien sûr l’Australie ne le fera pas », assure le correspondant de Donald Trump Jr., « mais cela enverra le bon signal » à ce pays, mais aussi au Royaume-Uni, où le fondateur de WikiLeaks est retranché dans la représentation diplomatique d’Équateur, et à la Suède, à l’origine de poursuites pour des viols présumés dont il est accusé.

Pendant la campagne, le fils aîné de Donald Trump avait déjà suscité l’embarras en acceptant un entretien conduit par un suprémaciste blanc, puis en partageant sur son compte Twitter des messages racistes. Il a été contraint de reconnaître en juillet avoir accepté de rencontrer en juin 2016 une avocate russe qui disposait selon ses dires d’informations compromettantes sur la candidate démocrate, Hillary Clinton, relançant les interrogations sur l’étendue des interférences russes.

Trump gracie sa première dinde de Thanksgiving .
Le président américain Donald Trump a gracié mardi sa première dinde de Thanksgiving, se prêtant à l'occasion de cette longue tradition présidentielle aux plaisanteries de rigueur. Et le dindon de la farce fut Barack Obama. Devant un parterre d'invités et de nombreux journalistes dans les jardins de la Maison Blanche, Donald Trump a présenté "Drumstick" - "Pilon" en français - la première dinde graciée depuis son arrivée à Washington le 20 janvier. Le milliardaire avait, en août, octroyé sa première vraie grâce présidentielle au shérif Joe Arpaio, condamné pour des tactiques discriminatoires contre les immigrés hispaniques.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!