•   
  •   

Monde Négociations post-Brexit : cinq questions sur un accord qui tarde

12:30  05 octobre  2020
12:30  05 octobre  2020 Source:   lexpress.fr

Brexit pourparlers entrent dans la semaine clé avec le temps et la confiance qui s'écoulent

 Brexit pourparlers entrent dans la semaine clé avec le temps et la confiance qui s'écoulent Photographe: Cyril Marcilhacy / Bloomberg Si les deux parties progressent suffisamment d'ici vendredi, elles pourraient se lancer dans une période de deux semaines d'intenses discussions - le soi-disant Bruxelles «Tunnel» - pour conclure un accord à temps pour un sommet des dirigeants de l'UE le 15 octobre, date limite auto-imposée par Johnson pour conclure un accord.

Le feuilleton du Brexit continue. Le gouvernement britannique a menacé, jeudi 27 février, de claquer dès juin la porte des négociations post - Brexit avec l'Union européenne faute de progrès rapides, excluant l'alignement sur les règles communautaires réclamé par Bruxelles en échange d' un accord

Les négociations d’ un accord « post - Brexit » avec l’Union européenne n’ont pas avancé durant l’été bien qu’en juin Boris Johnson ait prétendu qu’elles Les Britanniques et leur premier ministre, Boris Johnson, ont plus que tardé à mettre en œuvre des mesures de distanciation, préférant d’abord une


Vidéo: Brexit: «un accord est possible» selon la présidente de la Commission européenne (Le Figaro)


Les négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sont de nouveau restées dans l'impasse à l'issue d'une neuvième session de discussions la semaine dernière.

Le drapeau du Royaume-Uni, le 30 janvier 2020, lors d'une manifestation contre le Brexit près du parlement européen à Bruxelles © afp.com/Kenzo TRIBOUILLARD Le drapeau du Royaume-Uni, le 30 janvier 2020, lors d'une manifestation contre le Brexit près du parlement européen à Bruxelles

C'est un cycle sans fin. Depuis l'annonce de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne à la suite du référendum de 2016, quatre ans ont déjà passé. Et si le Brexit a été officiellement acté à l'horizon du 31 janvier 2021, Londres et Bruxelles multiplient les rendez-vous pour négocier les termes d'un accord commercial. Mais les deux parties peinent à se mettre d'accord. Le temps presse et la fin d'année va s'avérer cruciale.

Brexit : dernier cycle de négociations sur la future relation commerciale

  Brexit : dernier cycle de négociations sur la future relation commerciale Alors que Londres veut toujours changer l'accord, les discussions sur la future relation commerciale entre le Royaume-Uni et le continent reprennent ce mardi à Bruxelles. © PHILIPPE HUGUEN / AFP L'objectif est de laisser suffisamment de temps pour la ratification du texte, afin qu'il entre en vigueur le 1er janvier 2021. Les ultimes négociations s'annoncent tendues. Les Britanniques ont réitéré lundi leur volonté de modifier les termes de l'accord de divorce avec l'UE, au risque de peser sur une semaine décisive de négociations avec les Européens à Bruxelles sur la future relation commerciale.

post - Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE), les parties se sont « virtuellement » quittées vendredi 24 avril sur des positions tout aussi Pas de partenariat sans accord sur la pêche. Londres refuse toujours absolument de s’engager à s’aligner sur certaines normes européennes (droit

Le Royaume-Uni et les États-Unis entament mardi leurs négociations en vue d' un accord de libre-échange « ambitieux » après la période de transition post - Brexit qui s'achève à la fin de l'année. La ministre britannique chargée du Commerce international, Liz Truss, et le représentant américain au

  • Quels sont les délais ?

Les dirigeants britanniques et européens ont convenu samedi d'intensifier leurs négociations commerciales post-Brexit. Londres et Bruxelles se sont fixés comme objectif d'arriver à un compromis dès ce mois-ci afin de pouvoir le mettre en oeuvre à temps pour la date fatidique, qui marque la fin de la période de transition accompagnant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, effective depuis le 31 janvier dernier.

LIRE AUSSI>> Négociations sur l'après-Brexit : les points qui fâchent

Boris Johnson a fixé au prochain sommet européen du 15 octobre la date butoir pour qu'un accord soit trouvé et puisse être mis en application d'ici à la fin de l'année, quand les Européens se laissent jusqu'à la fin du mois. Le Premier ministre britannique estime encore possible que les deux parties parviennent à un compromis, mais a cependant souligné qu'il restait "différents problèmes à régler".

Brexit : dernière ligne droite des négociations pour un accord

  Brexit : dernière ligne droite des négociations pour un accord Les négociations pour un accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ont repris mardi pour une nouvelle session qui doit prendre fin vendredi. Toujours aussi tendues, avec toujours autant de doutes sur leur possible succès, tandis que la date limite pour atteindre l’accord, fixée par le Premier ministre britannique Boris Johnson au 15 octobre, se rapproche à grands pas. Les négociateurs de l’Union européenne (UE) et ceux du Royaume-Uni se sont retrouvés une nouvelle fois mardi pour une période de négociations qui doit durer jusqu’à vendredi, afin de trouver un accord de libre-échange susceptible de régir leurs relations à compter

DÉCRYPTAGE - Von der Leyen et Johnson ont réaffirmé samedi «l’importance» d’aboutir à un accord commercial entre Européens et Britanniques. Les divergences restent très importantes alors que le neuvième round de négociations s’est terminé vendredi sur un nouveau constat de blocage.

Accord sur le Brexit : des ambigüités demeurent. Négociations sur le Brexit : toujours pas "de progrès La question la plus épineuse, qui avait empêché l'adoption du projet d' accord May/UE L' accord de sortie confirme cette solution de statu quo : les citoyens étrangers déjà établis de part et

  • Quand doivent reprendre les discussions ?

Samedi, elles n'ont pas précisé sous quelle forme se dérouleraient les prochaines discussions, le négociateur britannique David Frost signalant simplement sur Twitter qu'elles débuteraient "dès que possible la semaine prochaine". Les Britanniques espéraient l'ouverture d'un "tunnel" de négociations intenses devant finaliser un accord avant le Conseil européen du 15 octobre, mais les Européens jugent que les avancées ne sont pas suffisantes.

LIRE AUSSI>> Irlande : les pêcheurs pris dans les filets du Brexit

Interrogée sur les progrès à attendre, une source européenne s'est montrée prudente : "On attend que les Britanniques commencent réellement à négocier sur les gros sujets". Sous couvert d'anonymat, un responsable européen avait averti vendredi voir pointer au sein des 27 "l'impression que peut-être pas d'accord est mieux qu'un mauvais accord". Samedi, "Boris Johnson n'a rien dévoilé de ses intentions" mais l'UE a averti Londres : "Vous dites que vous pouvez vivre avec un no deal, nous aussi", indique une autre source européenne.

Brexit : Bruxelles montre les dents face à Londres

  Brexit : Bruxelles montre les dents face à Londres La Commission européenne a mis en demeure les Britanniques, ce jeudi 1er octobre, de renoncer à leur loi sur le marché intérieur, qui bafoue le traité du Brexit. Pas sûr que cela bouleverse la suite des négociations. Début septembre, Londres a sorti de son chapeau un projet de loi sur le marché intérieur. L’idée ? S’arroger le droit de revenir unilatéralement sur des engagements pris en décembre dans le cadre du traité du Brexit. D’autant plus outrancier que Boris Johnson a lui-même admis que cette loi pourrait violer les accords internationaux.La réaction de l’UE était-elle inévitable ?Oui.

La question de la City et des services financiers fournis par Londres sera l'un des grands enjeux des négociations . Et le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a jugé « impossible » d'envisager un accord qui offrirait plus de droits au Royaume-Uni qu'aux autres pays extérieurs à l'UE.

Accord commercial post - Brexit : Trump et Johnson peinent à conclure. Les négociations sur un accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et DÉCRYPTAGE - La grande question , désormais, est de savoir si le Parti conservateur va changer de visage en profondeur et pour longtemps.

  • Quels sont les points de blocage ?

À l'issue de leur premier entretien en plus de trois mois, par visioconférence, le Premier ministre britannique Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen l'ont reconnu : "Des divergences significatives persistent, non seulement dans le domaine de la pêche, mais aussi en termes de réglementation ou de gouvernance".

LIRE AUSSI>> Le cas de l'Irlande du Nord empoisonne à nouveau les négociations de Brexit

La dernière session de pourparlers entre les négociateurs européens Michel Barnier et britannique David Frost a laissé apparaître les mêmes lignes de fractures : la manière d'éviter l'apparition d'un concurrent déloyal aux portes de l'UE, notamment par les aides publiques, ainsi que l'accès aux eaux britanniques des pêcheurs européens.

  • Pourquoi le Royaume-Uni complique-t-il pas la tâche ?

La ratification d'un éventuel accord reste par ailleurs menacée par les tensions apparues à la suite du projet de loi britannique qui remet en question certains des engagements pris dans le traité encadrant le Brexit. Ce texte, entériné par les députés mais qui doit être examiné par les Lords, revient sur des dispositions pour la province britannique d'Irlande du Nord.

UK met en garde contre une ligne de 7 000 camions dans le pire scénario du Brexit

 UK met en garde contre une ligne de 7 000 camions dans le pire scénario du Brexit Jouez à notre jeu sur le Brexit: les difficultés des échanges dans le Royaume-Uni post-Brexit «La principale cause potentielle de perturbation est que les commerçants ne sont pas prêts pour les contrôles mis en œuvre par les États membres de l'UE le 1er janvier 2021 », a écrit Gove dans une lettre datée de mardi, vue par Bloomberg News. «Il est essentiel que les commerçants agissent maintenant et se préparent à de nouvelles formalités.» La préparation des contrôles douaniers sur le commerce ave

Les négociations buttent notamment sur la pêche et les conditions de concurrence équitable. « Même à ce stade tardif, si l’UE est prête à repenser sa Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil. Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un

Les équipes de négociations de l'Union européenne (UE) et du Royaume-Uni ont conclu un accord sur le cadre de leur liens post - Brexit , sous la forme d'un projet de «déclaration politique» qui doit encore être validé lors d'un sommet le 25 novembre, a annoncé le président du Conseil européen

LIRE AUSSI>> Von der Leyen :"Les violations de l'accord sur le Brexit ont été une surprise désagréable"

Bruxelles a entamé jeudi une procédure d'infraction contre le Royaume-Uni, qui peut finir devant la Cour de justice de l'Union, susceptible d'infliger des amendes ou des astreintes. Des dizaines de procédures d'infraction au droit européen, qui peuvent prendre des mois pour aboutir, sont lancées chaque année par la Commission contre les États membres.

  • En cas de "no deal", que va-t-il se passer ?

Le Royaume-Uni continue d'appliquer les règles européennes jusqu'au 31 décembre. Faute d'accord commercial à cette date, un retour aux règles de l'Organisation mondiale du Commerce, avec droits de douane à la clé, constituerait une rupture susceptible d'ébranler un peu plus des économies déjà fragilisées par la pandémie que provoque le nouveau coronavirus.

LIRE AUSSI>> Marion Van Renterghem : Boris Johnson, le "no deal" ou la tentation de la frime

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a estimé dimanche que le Royaume-Uni pourrait "très bien vivre" avec un no-deal. "Je ne veux pas particulièrement qu'on aboutisse à (une relation) comme celle avec l'Australie ou basée sur les règles de l'OMC, mais nous pouvons très bien vivre avec ça", a-t-il souligné sur la BBC. "Je pense que nous pouvons puissamment prospérer dans ces circonstances", a-t-il ajouté.

Brexit : un no deal “très crédible”, pour Jean-Yves Le Drian .
Alors qu'un coup de fil au sommet est prévu ce mercredi pour voir si les négociations post-Brexit doivent être poursuivies, "les jours à venir sont décisifs", avertit Charles Michel !Il est programmé à un moment critique des discussions : à la veille d'un sommet européen en partie consacré au Brexit et dont Boris Johnson avait fait une date butoir pour qu'un accord soit trouvé. "Ca n'a pas de sens de penser à des échéances qui iraient au-delà", avait-il estimé début septembre.

usr: 3
C'est intéressant!