•   
  •   

Monde Canada rapatrie une orpheline du camp de l'Etat islamique en Syrie

19:05  05 octobre  2020
19:05  05 octobre  2020 Source:   globalnews.ca

Financement du terrorisme en Syrie : 29 personnes en garde à vue en France

  Financement du terrorisme en Syrie : 29 personnes en garde à vue en France Vingt-neuf personnes ont été placées en garde à vue mardi, lors d'une vaste opération policière visant un système de cyberfinancement du terrorisme. Ce réseau aurait profité à des membres d'Al-Qaïda et de l'État islamique en Syrie, selon le parquet national antiterroriste. Vingt-neuf personnes ont été placées en garde à vue mardi lors d'un coup de filet visant un système de cyberfinancement du terrorisme qui aurait profité à des membres d'Al-Qaïda et de l'Etat islamique en Syrie, a annoncé le pa Cette opération a conduit à "55 perquisitions dans 26 départements différents et au placement en garde

Des responsables canadiens ont enlevé une fille orpheline d'un camp de détention de l'Etat islamique dans le nord-est de la Syrie au cours du week-end, a déclaré lundi son avocat à Global News.

a group of people walking down a dirt road: The Al-Hawl Camp for ISIS detainees, October 2019. Le camp d'Al-Hawl pour les détenus de l'EI, octobre 2019.

La jeune fille, connue sous le nom d'Amira, est la première Canadienne à être rapatriée des camps syriens pour les détenus de l'EI.

Fille de partisans présumés de l'Etat islamique tués en 2019, Amira a été remise à un fonctionnaire consulaire et a été accompagnée au Canada.

"Nous sommes ravis de cette nouvelle et tenons à exprimer notre gratitude à tous ceux qui ont rendu cela possible. Nous vous demanderions de respecter la confidentialité alors que ma nièce entre dans sa nouvelle vie au Canada", a déclaré l'oncle d'Amira dans un communiqué.

US rapatrie des dizaines de «combattants étrangers» de l'EI

 US rapatrie des dizaines de «combattants étrangers» de l'EI Demers a déclaré qu'ils avaient rapatrié les 27 «contre lesquels nous avons des accusations», suggérant qu'il pourrait encore y en avoir d'autres, alors que les cas sont construits contre eux. Il n'a pas fourni de détails sur les accusations.

Lawrence Greenspon , l'avocat représentant l'oncle, a déclaré avoir reçu dimanche un appel téléphonique d'Affaires mondiales Canada avec la nouvelle. Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, l'a confirmé plus tard dans un communiqué.

«C'est une formidable percée pour Amira et sa famille. Cela donne également de l'espoir aux familles des 46 autres Canadiens détenus dans le nord-est de la Syrie », a déclaré Greenspon.

En savoir plus: La famille demande au tribunal d'ordonner au Canada de rapatrier des orphelins du camp

de l'EI.

Alors que les alliés proches du Canada, comme les États-Unis, ont fait sortir leurs citoyens des camps surpeuplés, certains pour faire face à des accusations pour leur implication dans Daech, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé que la région était trop dangereuse pour les responsables canadiens.

Des milliers de Syriens vont quitter le camp de déplacés surpeuplé d'Al-Hol

  Des milliers de Syriens vont quitter le camp de déplacés surpeuplé d'Al-Hol Des milliers de Syriens, dont des familles de jihadistes du groupe Etat islamique (EI), vont être libérés du camp de déplacés surpeuplé d'Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, ont annoncé lundi les autorités locales kurdes. Ces derniers mois, plusieurs ONG ont tiré la sonnette d'alarme sur les conditions de vie et le manque de soins médicaux dans le camp d'Al-Hol, où vivent dans le plus grand dénuement 64.377 personnes, selon des données de l'ONU.Parmi eux, environ 24.300 Syriens, des milliers d'Irakiens, mais également d'autres étrangers et des enfants.

Ce qui a changé la politique du gouvernement n'est pas clair, mais l'oncle d'Amira avait déposé une plainte devant la Cour fédérale alléguant que le gouvernement avait violé ses droits en ne la ramenant pas chez elle.

"Je suis heureux que cet enfant canadien orphelin en Syrie soit bientôt uni à sa famille élargie au Canada", a déclaré M. Champagne lundi.

"Affaires mondiales Canada est activement engagée dans cette affaire depuis la première connaissance des circonstances exceptionnelles de l'enfant. L'accent est maintenant mis sur la protection de la vie privée de l'enfant et sur la garantie que l'enfant reçoit le soutien et les soins nécessaires pour commencer une nouvelle vie ici au Canada. "

Il a remercié le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes «pour leur précieux soutien pendant ce processus».

Amira est née en Syrie. Ses parents et ses frères et sœurs auraient été tués lors d'une frappe aérienne lors des combats de l'année dernière qui ont chassé l'Etat islamique de son dernier lopin de territoire en Syrie.

Le Canada accueille une orpheline détenue dans le camp syrien

 Le Canada accueille une orpheline détenue dans le camp syrien Le gouvernement canadien a annoncé lundi le rapatriement d'une jeune orpheline détenue dans un camp de prisonniers jihadistes en Syrie, une première pour un ressortissant canadien. © Delil SOULEIMAN Canada a rapatrié la fille orpheline de djihadistes détenus au camp kurde d'al-Hol, vu ici en août 2020, dans le nord-est de la Syrie.

Elle n'a jamais mis les pieds au Canada.

«Le Canada a finalement pris des mesures concrètes pour ramener à la maison un orphelin de 5 ans détenu pendant près de deux ans dans un camp sordide du nord-est de la Syrie», a déclaré Farida Deif, directrice de Human Rights Watch Canada.

«Bien que cette mesure soit louable, il ne dégage pas le Canada de sa responsabilité de ramener chez lui tous ses ressortissants détenus pour réhabilitation, réintégration et poursuites si cela est justifié. La vie de 46 autres Canadiens, dont 25 enfants, demeure en jeu. Le gouvernement devrait cesser de fermer les yeux sur leur détention dans des camps et des prisons surpeuplés, sales et mettant leur vie en danger.

En savoir plus: Le groupe Rights veut que le gouvernement rapatrie «de toute urgence» les Canadiens des camps de l’EI en Syrie

Dans un rapport publié en juin, Human Rights Watch a exhorté le gouvernement à ramener les Canadiens comme une «question d’urgence».

Les enfants, dont la plupart sont nés en Syrie de parents canadiens, devraient être traités comme des victimes de l'EI et être renvoyés en priorité, selon le rapport, ajoutant que les détenus adultes devraient faire l'objet d'une enquête.

Une orpheline canadienne de cinq ans dans un camp syrien libéré, viendra au Canada

 Une orpheline canadienne de cinq ans dans un camp syrien libéré, viendra au Canada OTTAWA - Une jeune Canadienne de cinq ans coincée en Syrie après que sa famille a été tuée dans une frappe aérienne est en route pour le Canada. © Fourni par La Presse canadienne Sa famille à Toronto dit qu'on leur a dit dimanche que l'enfant, connue sous le nom d'Amira, était maintenant confiée à un fonctionnaire consulaire canadien.

La décision du gouvernement de rapatrier Amira fait suite à une vague d'arrestations liées à l'EI au Canada.

Deux anciens membres présumés de l'EI ont été arrêtés à Calgary, une femme accusée d'avoir tenté de rejoindre l'EI a été arrêtée à Markham, en Ontario, et à Burlington, en Ontario. l'homme a été accusé d'avoir simulé son implication dans l'Etat islamique.

Les autorités kurdes qui contrôlent le nord-est de la Syrie avaient depuis longtemps accepté de remettre Amira, mais le gouvernement canadien n'avait pas accepté l'offre.

Son oncle a fait «tout ce qui était humainement possible» pour la ramener au Canada, mais a déclaré dans son action en justice que le gouvernement du Canada avait «refusé pendant plus d'un an de prendre une seule mesure pour permettre le rapatriement d'Amira».

La semaine dernière, les États-Unis ont déclaré avoir rapatrié 27 Américains détenus par les Forces démocratiques syriennes, dont les 10 qui avaient été accusés de terrorisme devant les tribunaux américains.

En revanche, le Canada n'a renvoyé qu'un seul enfant et n'a porté aucune accusation contre l'un des membres canadiens présumés de l'EIIL capturés par les FDS.

Stewart.Bell@globalnews.ca

Un an après l'offensive turque, le rêve lointain d'un retour des Syriens déplacés .
La fille de Wadha Charmoukh n'a connu, à cinq mois, que la vie sous une tente, dans l'un des camps abritant des dizaines de milliers de personnes chassées de leurs villages du nord de la Syrie lorsque la Turquie, assistée de partenaires syriens, a repris ce territoire aux forces kurdes il y a un an. Wadha et sa famille ont dû, comme des dizaines de milliers de personnes, abandonner leur maison puis s'installer dans des camps de fortune situés dans des zones encore sous le contrôle des forces kurdes.Des groupes de défense des droits humains ont rapporté des cas de pillage et de saisie de biens à grande échelle à l'issue de l'opération turque.

usr: 1
C'est intéressant!