•   
  •   

Monde Grèce, Chypre menacent de sanctions de l'UE contre la Turquie à propos de Varosha

23:35  08 octobre  2020
23:35  08 octobre  2020 Source:   aljazeera.com

Après le coup de pouce américain, la Grèce cherche le soutien de l'UE aux pourparlers avec la Turquie

 Après le coup de pouce américain, la Grèce cherche le soutien de l'UE aux pourparlers avec la Turquie La Grèce cherche le soutien de l'UE cette semaine dans les négociations à venir avec la Turquie après avoir obtenu un coup de pouce diplomatique du secrétaire d'État américain en visite. © Document La Grèce et la Turquie ont envoyé des navires de guerre dans les eaux contestées Une crise en cours concernant les frontières maritimes et l'exploration énergétique doit être discutée lors d'un sommet des dirigeants de l'UE jeudi et vendredi à Bruxelles.

Athènes, Grèce - La Grèce a déclaré qu'à moins que la Turquie n'annule la réouverture de certaines parties de Varosha sur la côte est de Chypre, elle pourrait chercher à déclencher des sanctions économiques que l'Union européenne a alignées .

text: Greek Cypriots protest against opening to the public a stretch of beach in uninhabited Varosha [Petros Karadjias/AP] © Les Chypriotes grecs protestent contre l'ouverture au public d'une étendue de plage dans la ville inhabitée de Varosha [Petr ... Les Chypriotes grecs protestent contre l'ouverture au public d'une étendue de plage dans la ville inhabitée de Varosha [Petros Karadjias / AP]

Jeudi, les troupes turques rouvert des parties de la station qui sont devenues une ville fantôme pendant la guerre de 1974, suscitant la controverse quelques jours avant une élection dans le nord de Chypre.

L'UE met la Turquie en garde contre des sanctions pour «provocations»

 L'UE met la Turquie en garde contre des sanctions pour «provocations» L'UE dit qu'elle pourrait imposer des sanctions à la Turquie pour «provocations et pressions» dans une rangée avec la Grèce sur les ressources énergétiques et les frontières maritimes. © Getty Images Les tensions ont augmenté après que la Turquie a envoyé un navire de recherche dans les eaux proches des îles grecques La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a appelé Ankara à "s'abstenir de toute action unilatérale" en Méditerranée orientale.

«La Turquie doit prendre du recul. Si ce n’est pas le cas, la semaine prochaine, Chypre et la Grèce soumettront la question à la discussion des dirigeants de l’UE lors du Conseil européen des 16 et 17 octobre », a déclaré jeudi le porte-parole du gouvernement grec, Stelios Petsas. La Grèce et Chypre, membres de l'UE

, ont demandé des sanctions contre la Turquie la semaine dernière, en représailles à l'exploration turque de pétrole et de gaz au large de Chypre.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a condamné la décision de rouvrir Varosha.

«Cette décision est une violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU. La Grèce soutiendra tous les efforts pertinents de la République de Chypre », a-t-il déclaré.

Chypre-Nord: la zone littorale de la ville-fantôme de Varosha rouverte jeudi

  Chypre-Nord: la zone littorale de la ville-fantôme de Varosha rouverte jeudi La zone littorale de Varosha, la "perle" de Chypre devenue ville-fantôme après l'intervention de l'armée turque en 1974 sur cette île méditerranéenne"Le littoral (de Varosha) sera ouvert au public à partir de jeudi matin", a déclaré le "Premier ministre" de l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN), Ersin Tatar, lors d'une visite à Ankara.

Varosha a été évacué et est devenu un no man’s land lorsque la Turquie a envahi Chypre en 1974, en réponse à un coup d’État d’inspiration grecque sur l’île.

Chypriotes grecs vivent maintenant en République de Chypre dans le sud de l'île, tandis que les Chypriotes turcs vivent dans une enclave nord toujours occupée par les troupes turques.

L'ONU a appelé à la restitution de Varosha à ses anciens habitants chypriotes grecs, ou du moins à la force de maintien de la paix de l'ONU UNFICYP.

La dernière initiative de la Turquie risque de perturber des décennies d'efforts pour parvenir à une réunification politique de l'île en tant qu'État fédéral et bicommunautaire.

C’est aussi une gifle à l’encontre de l’UE, qui a résisté la semaine dernière aux appels de la Grèce et de Chypre à des sanctions concernant l’exploration des hydrocarbures de la Turquie dans la région.

Le 2 octobre, l'UE a déclaré qu'elle «condamnait fermement les violations des droits souverains de la République de Chypre qui doivent cesser», mais n'a pas explicitement mentionné les sanctions.

La FM chypriote turque démissionne pour protester contre la décision de rouvrir la station fantôme

 La FM chypriote turque démissionne pour protester contre la décision de rouvrir la station fantôme Le ministre chypriote turc des Affaires étrangères Kudret Ozersay a annoncé sa démission pour protester contre la décision du Premier ministre nationaliste de rouvrir la station chypriote grecque de Varosha, une ville fantôme fermée depuis 1974 , quelques jours avant une élection présidentielle.

Jeudi, Mitsotakis et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ont publié une déclaration commune appelant la Turquie à respecter les résolutions passées du Conseil de sécurité de l'ONU.

Mais les responsables chypriotes turcs et turcs insistent sur le fait que la décision de rouvrir des parties de Varosha n'affectera pas les droits des propriétaires chypriotes grecs puisque c'est seulement la plage qui s'ouvre pour l'instant.

Ingérence électorale

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mardi la réouverture de Varosha, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre de la communauté chypriote turque, Ersin Tatar. Le dirigeant turco-chypriote

Mustafa Akinci estime que cette décision est une tentative d’influencer le résultat des élections présidentielles de dimanche dans le nord de l’île.

Il a qualifié l'annonce d'Ankara de «honte pour notre démocratie» et «d'ingérence dans nos élections».

Contrairement aux autres membres du cabinet, Akinci est en faveur d'une plus grande indépendance vis-à-vis de la Turquie, qui finance l'enclave turco-chypriote et y dépose quelque 35 000 soldats.

Avertissement de l’Union européenne à propos de Chypre

  Avertissement de l’Union européenne à propos de Chypre Les 27 demandent à la Turquie de ne pas exacerber les tensions. View on euronews © YVES HERMAN/AP PHOTO L'annonce de la réouverture de Varosha à Chypre provoque de nouvelles tensions politiques. La mesure a été annoncée par président turc et le "Premier ministre" de l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord. La station balnéaire de Varosha appartient à l'agglomération de Famagouste. La zone a été clôturée par les militaires turcs lors de l'invasion de l'île en 1974. Une résolution de l'ONU de 1984 demande le transfert de la ville aux Nations Unies.

Petros Liakouras, professeur de relations internationales à l’Université du Pirée, a déclaré à Al Jazeera qu’Ankara soutenait le ministre des Affaires étrangères de l’enclave, Kudrey Ozersay, en tant que prochain président.

«Mais je ne pense pas qu’il va gagner. Je pense qu'Akinci sera le vainqueur au deuxième tour », a déclaré Liakouras.

«Akinci défend vraiment les intérêts des Chypriotes turcs, qui sont différents de ceux qui sont devenus des Chypriotes turcs après 1974 avec la politique de colonisation.»

La population chypriote turque de l'île est passée de 80 000 habitants en 1974 à plus de 200 000, en partie grâce aux mesures prises par la Turquie pour encourager ses citoyens à se réinstaller sur l'île grâce à des incitations telles que le logement gratuit.

Akinci s'est publiquement prononcé contre la réouverture de Varosha.

En février dernier, il a gagné la colère du gouvernement Erdogan en exprimant ses craintes que si les efforts continus pour réunifier l'île ne progressent pas rapidement, le nord de Chypre risque d'être annexé par la Turquie, une perspective qu'il qualifie d '«horrible».

«Point stratégique»

Chypre a accusé la Turquie d’avoir constamment défié les résolutions de l’ONU sur l’île.

En novembre 1974, trois mois après l'invasion, l'Assemblée générale des Nations Unies a appelé au «retrait rapide de toutes les forces armées étrangères» sur Chypre, sans effet.

L'armée turque va rouvrir le front de mer de Chypre fermé depuis 1974

 L'armée turque va rouvrir le front de mer de Chypre fermé depuis 1974 Vidéo: l'ONU qualifie le coronavirus de `` crise la plus difficile '' depuis la Seconde Guerre mondiale (FOX News) Votre navigateur ne prend pas en charge cette vidéo Les troupes turques se préparent jeudi à rouvrir partiellement le bord de mer de Chypre la station balnéaire de Varosha, bouclée depuis la fuite de ses habitants chypriotes grecs en 1974, suscitant la controverse quelques jours avant les élections chypriotes turques.

Une série de résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU a spécifiquement appelé l'armée turque à renoncer à son contrôle sur Varosha.

En 1977, après que la Turquie eut exprimé pour la première fois son souhait d'installer les Turcs du continent à Varosha, la Résolution 414 appelait toutes les parties à s'abstenir «d'actions unilatérales n'importe où à Chypre qui pourraient nuire aux perspectives d'une solution juste et pacifique».

Après que la Turquie a déclaré l'enclave nord une République turque indépendante de Chypre du Nord en 1983, que seule Ankara reconnaît, la résolution 550 a de nouveau déclaré que les membres du Conseil de sécurité étaient «profondément préoccupés par les récentes menaces de colonisation de Varosha par des personnes autres que ses habitants».

En 1992, la résolution 789 disait que si Varosha ne pouvait pas être restituée à ses habitants chypriotes grecs, elle devrait au moins être placée sous le contrôle de l’UNFICYP de l’ONU.

Pas plus tard qu'en juillet de cette année, le Conseil de sécurité a continué d'appeler à la mise en œuvre des résolutions passées sur Varosha.

Liakouras pense que la Turquie a des raisons stratégiques d'occuper Varosha.

«Famagouste est un point très stratégique. La Turquie maintient son armée à Chypre pour lui donner plus de poids au Moyen-Orient. Il veut à partir de là contrôler le Liban et la Syrie, et offrir de l'aide à la Palestine », a-t-il dit.

"La Turquie aimerait beaucoup, et elle l'a dit, établir une base navale juste au nord de Famagouste ... à partir de laquelle lancer une force de réaction rapide pour contrôler toute cette zone."

Les Chypriotes-turcs élisent leur dirigeant, Ankara suit de près .
L'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN), reconnue par la seule Turquie, vote dimanche pour élire son dirigeant, un scrutin qui oppose principalement le "président" sortant et critique du chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan au candidat d'Ankara. L'élection "présidentielle" a lieu sur fond de tensions en Méditerranée orientale autour de l'exploitation d'hydrocarbures entre Ankara et Athènes, principal allié de la République de Chypre qui exerce son autorité sur les deux tiers sud de l'île et est membre de l'Union européenne.La RTCN (environ 300.

usr: 4
C'est intéressant!