•   
  •   

Monde Brexit : faut-il s’attendre à un accord au rabais ?

15:50  14 octobre  2020
15:50  14 octobre  2020 Source:   capital.fr

Brexit se préparent à une confrontation au sommet alors que les pourparlers tournent autour du

 Brexit se préparent à une confrontation au sommet alors que les pourparlers tournent autour du Les négociateurs du (Bloomberg) - La scène est prête pour une confrontation sur le Brexit lors d'un sommet de l'Union européenne la semaine prochaine. © Bloomberg Un partisan de Pro Europa tient les drapeaux de l'Union européenne (UE) et de l'Union britannique lors d'un rassemblement organisé par le groupe interpartis pro-UE anti-Brexit à Bruxelles, en Belgique, le jeudi 30 janvier 2020.

Londres et Bruxelles se sont finalement mis d' accord sur un nouvel accord de sortie du Royaume-Uni de l 'Union européenne, théoriquement au 31 octobre. Mais il reste encore plusieurs étapes décisives à franchir.

Roland Lescure: il faut "profiter de cette crise pour renforcer le dialogue en entreprise". USA Today : Que faut - il attendre de la publication des grandes banques américaine ? Louis de Montalembert VS Mathieu L'Hoir : La Banque populaire de Chine retire un frein à de nouvelles dépréciations de sa

Brexit : faut-il s’attendre à un accord au rabais ? © cranach/Getty images Brexit : faut-il s’attendre à un accord au rabais ?

Au vu du fossé persistant entre le Royaume-Uni et l’UE sur leurs relations post-Brexit, le scénario d’un accord au rabais tient la corde, juge Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique chez Saxo Bank.

Aux États-Unis, la saga du plan de relance devrait continuer cette semaine tandis qu’en Europe, tous les regards seront rivés sur le sommet européen qui aura lieu jeudi et qui se concentrera sur les négociations houleuses relatives au Brexit et sur d’éventuelles nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie et de la Turquie. Dès aujourd’hui, les ministères des Affaires étrangères des États membres de l’UE devraient discuter de nouvelles sanctions envers Moscou pour son rôle présumé dans l’empoisonnement de l’opposant au régime Alexeï Navalny. La France et l’Allemagne sont à l’origine de cette demande. Les investisseurs s’intéresseront également aux discussions chaotiques sur le Brexit.

UK met en garde contre une ligne de 7 000 camions dans le pire scénario du Brexit

 UK met en garde contre une ligne de 7 000 camions dans le pire scénario du Brexit Jouez à notre jeu sur le Brexit: les difficultés des échanges dans le Royaume-Uni post-Brexit «La principale cause potentielle de perturbation est que les commerçants ne sont pas prêts pour les contrôles mis en œuvre par les États membres de l'UE le 1er janvier 2021 », a écrit Gove dans une lettre datée de mardi, vue par Bloomberg News. «Il est essentiel que les commerçants agissent maintenant et se préparent à de nouvelles formalités.» La préparation des contrôles douaniers sur le commerce ave

Il faudra donc attendre l 'étude des textes d'application pour savoir si le Parlement donne son feu vert au traité de sortie. Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est vu refuser ce lundi un vote du Parlement sur l ' accord de Brexit décroché la semaine dernière à Bruxelles, prolongeant la confusion

"Nous espérons un accord et nous y travaillons". Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, a été Dans l ’espoir de parvenir à un accord , les négociations se poursuivent avec le Royaume-Uni, car "c’est notre intérêt " Il ne faut pas se laisser intimider et détourner de l ’objectif".

Honnêtement, il est quasiment impossible de savoir ce qu’il adviendra cette semaine, alors que nous nous rapprochons de la date butoir proposée par le gouvernement britannique pour parvenir à un accord. La défiance est grande entre les négociateurs. Les dirigeants de l’UE ont récemment insisté sur la nécessité d’appliquer rigoureusement tout accord commercial avec le Royaume-Uni, ce qui est une question de droit, mais également de confiance et de bonne foi. Outre-Manche, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a affirmé une nouvelle fois que le Royaume-Uni est prêt à mettre un terme à la période de transition et “à la jouer à l’australienne” en l’absence d’un meilleur accord. En fin de compte, nous devrions assister à la signature d’un accord sur le Brexit au rabais fin novembre ou début décembre.

Boris Johnson fait face à un combat de seigneurs après avoir cédé du terrain aux rebelles du Brexit

 Boris Johnson fait face à un combat de seigneurs après avoir cédé du terrain aux rebelles du Brexit L'ancien dirigeant conservateur Michael Howard, lui-même Brexiter, a promis un «passage approximatif» pour le projet de loi lorsqu'il atteindra la chambre haute et dit ses collègues seigneurs - qui ont le pouvoir retarder la législation jusqu'à un an - sont «hautement susceptibles» de la bloquer par principe.

L ’absence d' accord commercial se traduirait, en autres, par le rétablissement des droits de douane pour accéder au marché intérieur, ou par un accord de réciprocité négocié séparément. De leur côté, les Européens se sont toujours fixés fin octobre pour parvenir ou non à un accord .

Il s 'agit notamment de parer à un Brexit sans accord . La Russie ne «se frotte pas les mains» après le rejet massif de l ' accord sur le Brexit par les députés britanniques, qui augmente les chances d'un «no deal» : c'est ce qu'a assuré Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe, ajoutant

>> A lire aussi - Brexit : face au risque de No Deal, le Royaume-Uni veut stocker des médicaments

Cette semaine sera pauvre en statistiques économiques car les indices des directeurs d’achat (PMI) du mois d’octobre, qui conditionneront certainement les interventions de la BCE à court terme, ne seront pas publiés avant la semaine prochaine. Globalement, les conditions de financement sur les marchés de la dette souveraine en zone euro reflètent les attentes de nouvelles mesures de soutien de la part de la BCE : ainsi, les taux italiens à 10 ans et à 30 ans se sont repliés à des points historiques ce matin, à 0,72% et 1,59% respectivement. Les seules statistiques intéressantes publiées cette semaine seront l’indice du climat des affaires en Allemagne, le ZEW, et quelques chiffres sur les marchés de l’emploi en Suède, en Turquie, aux États-Unis, en Australie, au Royaume-Uni et au Portugal.

Brexit : le secteur de la pêche au Royaume-Uni entre espoirs et craintes

  Brexit : le secteur de la pêche au Royaume-Uni entre espoirs et craintes Les pêcheurs britanniques espèrent ferrer un accord post-Brexit avantageux pour eux mais s'inquiètent de l'impact de possibles restrictions en Europe ! La perfide Albion parviendra-t-elle après un véritable marathon de discussions post-Brexit à arracher un accord favorable à ses pêcheurs ? C'est du moins ce qu'espère Neil Whitney, pêcheur basé à Newhaven, au sud de l'Angleterre, à une centaine de kilomètres des côtes françaises.

LIRE AUSSI : » Brexit : l 'UE désarmée face au rejet de l ' accord de retrait à Londres. Les députés doivent à présent se prononcer jeudi, dans leur "Si un délai additionnel était demandé, il faudrait alors qu'on nous explique pour quoi faire ( ) Ce ne peut être pour renégocier un accord que nous

Après le Brexit , la Turquie accuse l 'UE d'islamophobie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé ce " L 'attitude actuelle à l 'égard de la Turquie est islamophobe et c'est la raison pour laquelle ils " Il faut regrouper les pays qui sont d' accord pour avancer: il faut prendre les pays fondateurs

>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés

L’indice de rotation de la main-d'œuvre est ressorti à 101,57 en août, contre un point bas de 74,14 au plus fort du confinement. Malgré une gestion plus efficace de la crise du COVID-19 que dans de nombreux autres pays du sud de l’Europe, l’économie portugaise semble se diriger vers une reprise en V incomplète, avec un aplatissement de la courbe de la reprise en août/septembre. Toutefois, les perspectives économiques sont nettement plus réjouissantes pour le Portugal que pour son voisin, l’Espagne.

>> A lire aussi - Le Brexit fera du Royaume-Uni un “joueur de seconde zone”, selon l’Union européenne

Le taux de positivité des tests de détection du coronavirus a légèrement augmenté au Portugal ces dernières semaines, atteignant 3,5%, mais il reste inférieur aux taux constatés en France (9,22%) et en Espagne (10,19%), tandis que le taux de mortalité reste faible et stable. Cela implique que le Portugal est moins tenté d’imposer des restrictions strictes qui pèseraient sur l’activité économique, contrairement à la situation qui prévaut en Espagne.

Brexit : toujours pas d'accord, le suspense se poursuit ce vendredi...

  Brexit : toujours pas d'accord, le suspense se poursuit ce vendredi... Réunis en sommet à Bruxelles, les dirigeants de l'UE ont estimé jeudi soir que les progrès dans les négociations sur le Brexit "ne sont toujours pas suffisants pour qu'un accord soit conclu". Boris Johnson se laisse jusquà vendredi pour trancher.Le négociateur britannique David Frost a ainsi affirmé jeudi que le Royaume-Uni était "déçu des conclusions du sommet européen" qui se déroule jeudi et vendredi à Bruxelles, et a annoncé que le Premier ministre Boris Johnson se prononcerait vendredi sur la suite à donner aux discussions.

LE SCAN ÉCO - Le Royaume-Uni n'était pas le plus gros contributeur au budget européen : le pays bénéficiait depuis 1984 d'un rabais . Et il recevait d'importantes aides européennes. Au final, nos voisins ne déboursaient que 0,23% de leurs revenus pour l 'Europe. Le budget de l 'Union européenne

« Il faut en finir », aurait lâché Xavier Bettel, le premier ministre luxembourgeois, à ses pairs. « Il faut être deux pour éviter un “no deal” », a expliqué pour sa part Michel Barnier, le « On peut aboutir dans une quinzaine de jours à une sortie sans accord par accident », a insisté M. Barnier, mercredi.

  Brexit : faut-il s’attendre à un accord au rabais ? © Fournis par Capital Portugal : Indice de la rotation de la main d'œuvre dans le secteur des services Saxo Bank (avec MacroBond)

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l'image)

  Brexit : faut-il s’attendre à un accord au rabais ? © Fournis par Capital Pixabay (montage Capital)

Brexit: Londres accepte de reprendre les négociations pour échapper au "no deal" .
Le Royaume-Uni a accepté mercredi de reprendre dès jeudi d'intensives négociations commerciales post-Brexit avec l'Union européenne, estimant avoir reçu des assurances suffisantes de Bruxelles pour donner une nouvelle chance aux discussions en vue d'échapper à un "no deal" potentiellement dévastateur. Déjà difficiles, les discussions post-Brexit se sont envenimées jeudi dernier. En sommet, les 27 ont exigé des concessions de Londres pour arriver à un accord applicable l'année prochaine, quand leurs règles cesseront de s'appliquer sur le territoire britannique.

usr: 0
C'est intéressant!