•   
  •   

Monde Bolivie: fin de campagne pour le troisième homme de l'élection, Luis Fernando Camacho

12:00  15 octobre  2020
12:00  15 octobre  2020 Source:   rfi.fr

Britney Spears dévoile ce à quoi elle "ressemble vraiment" : les fans pas convaincus

  Britney Spears dévoile ce à quoi elle Sur Instagram, le 5 octobre 2020, Britney Spears a dévoilé plusieurs photos d'elle sans aucun artifice, afin de montrer à ses fans à quoi elle "ressemble vraiment au quotidien". Toujours animée par le mouvement #FreeBritney, sa communauté pense qu'elle n'est pas à l'origine de cette publication.Parfois, il y a pas mal de différences entre les photos de tapis rouge et celles que peuvent poster les stars sur Instagram. Oseraient-elles modifier leur apparence à leur avantage ? Britney Spears a décidé de dévoiler la vérité. Sur le réseau social, le 5 octobre 2020, elle a publié plusieurs photos d'elle sans aucun artifice.

Luis Fernando Camacho , leader du comité pro-Santa Cruz, lors d'une manifestation contre Evo de Carlos Mesa, ex-président de la Bolivie et principal adversaire d’Evo Morales aux élections Radical. Fin octobre, à la suite de son appel à la grève, Luis Fernando Camacho durcit très vite sa

Sauter à la navigation Sauter à la recherche. Luis Fernando Camacho Vaca né à Santa Cruz de la Sierra en Bolivie le est un avocat, homme d 'affaires, homme politique bolivien d'extrême droite,. Il préside le Comité civique pro-Santa Cruz à partir de 2019.

A Santa Cruz, lors de la parade de fin de campagne de Luis Fernando Camacho, troisième homme de l'élection présidentielle bolivienne. © Photo: RFI / Oriane Verdier A Santa Cruz, lors de la parade de fin de campagne de Luis Fernando Camacho, troisième homme de l'élection présidentielle bolivienne.

La campagne pour les élections boliviennes se termine aujourd’hui. Les électeurs seront appelés à se prononcer ce dimanche 18 octobre. Il y a un an les dernières élections étaient annulées et Evo Morales poussé à quitter le pouvoir par un mouvement de révolte sociale. L’un des leaders de ce mouvement est aujourd’hui le troisième homme des élections derrière Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales et le centriste Carlos Mesa. Luis Fernando Camacho, candidat conservateur, était dans sa ville à Santa Cruz pour fêter comme il se doit sa fin de campagne.

Les socialistes cherchent à reprendre la Bolivie un an après Morales Ouster

 Les socialistes cherchent à reprendre la Bolivie un an après Morales Ouster (Bloomberg) - Les socialistes boliviens cherchent à reprendre le pouvoir lors des élections ce dimanche un an après que leur chef Evo Morales ait été évincé et poussé à l’exil.

Affaire des «écoutes», explosion de la rue de Trévise, condamnation de Khaled Drareni Des organisations citoyennes ont appelé à la grève générale par la voix de Luis Fernando Camacho , le président de l ’influent Comité pro-Santa Cruz, qui regroupe des représentants des quartiers, des

Luis Fernando Camacho , le leader régional plus visible et le plus radical de l ’opposition bolivienne, avait demandé samedi dernier aux militaires et à la police de se joindre à l’opposition dans cette crise déclenchée par la réélection controversée de M. Morales lors des élections du 20 octobre.

Avec notre envoyée spéciale en Bolivie, Oriane Verdier

Au milieu de la foule, dressé sur un camion, Luis Fernando Camacho, quarantenaire, barbe de trois jours et casquette blanche sur la tête, fait le tour de sa ville, Santa Cruz. « Nous avons commencé la lutte ici ! Nous allons la terminer ici ! Nous allons changer la Bolivie ! », lance-t-il.

Nombreux jeunes

Au pied du camion de nombreux jeunes. Beaucoup étaient là il y a un an lorsque Luis Fernando Camacho appelait au soulèvement de la rue pour faire partir avec succès Evo Morales du pouvoir. Et, parmi les fidèles manifestants il y a Natalia, 20 ans : « Nous savons tous que c’est le meilleur. Il a fait que des milliers de personnes se soulèvent devant dieu et devant tous les autres. C’est notre leader. »

Les Boliviens élisent leur président un an après la démission de Morales

  Les Boliviens élisent leur président un an après la démission de Morales Près d'un an après la démission de l'ex-dirigeant socialiste Evo Morales, les Boliviens sont rappelés aux urnes dimanche pour élire leur président dans un pays fortement polarisé, où de nombreux appels ont été lancés pour éviter une nouvelle crise politique. "Ces élections ouvrent un nouveau cycle pour l'histoire politique du pays, la fin du cycle de gouvernement d'Evo Morales et de la crise politique. Nous espérons que s'ouvre un processus de consolidation des institutions", a dit à l'AFP le politologue Carlos Cordero de l'Université Mayor de San Andrés (UMSA).

Le leader régional Luis Fernando Camacho , le leader le plus visible et le plus radical de l 'opposition bolivienne, avait demandé samedi dernier aux militaires et à la police de se joindre à l'opposition dans cette crise déclenchée par la réélection controversée d'Evo Morales lors des élections du 20 octobre.

Pourquoi la fin du confinement ne sonnera pas la fin de l ’épidémie. Luis Fernando Camacho , le président de l ’influent Comité pro-Santa Cruz, une organisation conservatrice rassemblant commerçants, entrepreneurs et simples citoyens, à la tête de la contestation, continue également de

Face à ceux qui accusent Camacho d’être trop conservateur, un nouveau Bolsonaro, Marta , avocate, la cinquantaine répond : « Nous n’avons plus peur de rien. Parce qu’avec tout ce que nous avons vécu, tout ce que nous sommes en train de vivre sans parler de la pandémie. Quelle peur pourrait-on avoir de plus. Et puis les engagements qu’il a pris sont très clairs, il a bien vu comment nous avons fait sortir le dernier dirigeant ; nous pourrions faire de même si ce n’est pire. »

Candidat de la rupture

Luis Fernando Camacho est le troisième homme de ces élections. Il s’affiche comme le candidat de la rupture avec le mouvement vers le socialisme d’Evo Morales qui reste en tête dans les sondages.

A lire aussi : Présidentielle en Bolivie: fin de campagne électorale sous tension

L'ex-président bolivien Evo Morales a quitté l'Argentine pour le Venezuela .
L'ancien dirigeant avait annoncé qu'il prévoyait de retourner en Bolivie après le triomphe de son dauphin politique à la présidentielle.Il a quitté l'aéroport international Ezeiza de Buenos Aires vendredi à 17 h 15 heure locale (20 h 15 GMT) à destination de Caracas, a indiqué Telam. L'ex-président bolivien (2006-2019) retournera dans la capitale argentine dimanche prochain, selon la presse locale. Il avait annoncé il y a quelques jours qu'il prévoyait de retourner en Bolivie à une date non encore fixée après le triomphe retentissant de son dauphin politique au premier tour de l'élection présidentielle de dimanche dernier.

usr: 1
C'est intéressant!