•   
  •   

Monde L'attente insoutenable de la famille du prisonnier "pour toujours" de Guantanamo

14:05  16 octobre  2020
14:05  16 octobre  2020 Source:   msn.com

Ancien commandant de Guantanamo condamné pour avoir menti dans la mort d'un homme

 Ancien commandant de Guantanamo condamné pour avoir menti dans la mort d'un homme JACKSONVILLE, Floride (AP) - Un ancien commandant de la base de l'US Navy à Guantanamo Bay a été condamné jeudi à deux ans de prison pour avoir interféré dans une enquête sur la mort d'un civil avec lequel le commandant s'était battu et se disputait sa liaison avec la femme de l'homme. © Fourni par Associated Press FILE - Dans ce 3 juin 2014, image fournie par l'US Navy, le capitaine John R.

14 janvier 2002 Reportage à Guantanamo où un nouveau convoi de prisonniers afghans a gagné la base militaire. Espoir et attente pour les détenus de Guantanamo - Продолжительность: 2:38 A Guantanamo , dix ans après, les droits de l 'Homme toujours bafoués - Продолжительность: 1:44

La cause de l ’arrestation de Mourad a été son voyage en Afghanistan. Mais les combats n’ont jamais été son but, insiste l’ex- prisonnier – il n’a rien entendu concernant Al-Qaïda ou Ben Laden. Un de ses proches lui a proposé de venir, et l’Afghanistan a toujours été un pays qui l’attirait.

Sehar Bibi, qui attend depuis 13 ans la libération de son fils, l'un des deux seuls afghans encore détenus à Guantanamo, le 25 septembre 2020 dans un camp de réfugiés à Shamshatu, près de Peshawar, au Pakistan © Abdul MAJEED Sehar Bibi, qui attend depuis 13 ans la libération de son fils, l'un des deux seuls afghans encore détenus à Guantanamo, le 25 septembre 2020 dans un camp de réfugiés à Shamshatu, près de Peshawar, au Pakistan

Depuis 13 ans, Sehar Bibi attend la libération de son fils de Guantanamo, où la vie pour ce captif, l'un des deux seuls Afghans encore dans la prison, n'est qu'isolation, grèves de la faim et alimentation forcée.

Alors que des centaines de prisonniers, dont des chefs talibans haut placés, ont été relâchés du célèbre centre de détention de l'armée américaine, Asadullah Haroon, qui n'a été reconnu coupable d'aucun crime, est toujours là.

Les temps d'attente massifs pour les tests de coronavirus ne sont pas un signe de «bon régime de test»: Ambrose

 Les temps d'attente massifs pour les tests de coronavirus ne sont pas un signe de «bon régime de test»: Ambrose © Fred Chartrand / CP Rona Ambrose est présenté lors d'une entrevue avec La Presse canadienne à Ottawa, le jeudi 18 mai 2017. Longs temps d'attente pour ceux qui recherchent des tests de coronavirus ne sont pas le signe d'un "bon régime de tests" dans les provinces touchées, a déclaré l'ancien chef conservateur intérimaire Rona Ambrose.

Les deux anciens prisonniers du Guantanamo transférés au Sénégal ont été évoqués lors du Forum de la Paix et de la Sécurité en Afrique, qui se tient à Diamniadio. Selon le Général Mamadou Guèye Faye, le Sénégal n'a pas à s'inquiéter de la présence de ces terroristes, déradicalisés, sur son sol.

"La question de Guantanamo est politiquement bloquée dans ce pays, a déclaré Peter Maurer, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), de passage dans la capitale américaine. Le message que je suis venu apporter ces derniers jours à mes interlocuteurs à Washington, c'est

La mère et le frère d'Asadullah Haroon, un des deux seuls afghans encore détenu dans la prison américaine de Guantanamo, avec des photos de celui-ci, le 25 septembre 2020, dans un camp de réfugiés proche de Peshawar, au Pakistan © Abdul MAJEED La mère et le frère d'Asadullah Haroon, un des deux seuls afghans encore détenu dans la prison américaine de Guantanamo, avec des photos de celui-ci, le 25 septembre 2020, dans un camp de réfugiés proche de Peshawar, au Pakistan

"Personne n'est dérangé par le fait que mon fils soit toujours à la base de Guantanamo. Tous les autres prisonniers ont été libérés, mais il est toujours en train de dépérir là-bas", a expliqué Mme Bibi à l'AFP dans la ville de Peshawar au Pakistan, où la famille est réfugiée.

L'Afghan Roman Khan montre une photo de son frère, Asadullah Haroon, l'un des deux derniers détenus afghans dans la prison américaine de Guantanamo, le 25 septembre 2020 dans un camp de réfugiés près de Peshawar, au Pakistan © Abdul MAJEED L'Afghan Roman Khan montre une photo de son frère, Asadullah Haroon, l'un des deux derniers détenus afghans dans la prison américaine de Guantanamo, le 25 septembre 2020 dans un camp de réfugiés près de Peshawar, au Pakistan

"J'ai perdu patience. J'en ai perdu la tête".

à un niveau record de 58%, un nouveau sondage suggère que le soutien de

 à un niveau record de 58%, un nouveau sondage suggère que le soutien de Le soutien de l'indépendance écossaise de à l'indépendance de l'Écosse a augmenté à 58%, suggère un nouveau sondage, poursuivant une tendance à la hausse ces derniers mois.

Près d'une centaine de prisonniers protestent contre l'arbitraire de leur détention et leurs conditions de vie. Malgré la promesse faite en 2008 par le président américain Barack Obama de fermer la prison de Guantanamo , 166 prisonniers sont toujours détenus sur la base navale Delta située sur une

Le 17 mars, une dizaine d'activistes en uniforme orange encapuchonnés de noir, se sont enchainés les pieds avant de s’allonger devant l’ambassade des

Récemment diplômé universitaire, M. Haroon travaillait dans la vente de miel, voyageant de Peshawar à Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan, quand il a été arrêté en 2006.

Selon sa famille il s'agissait cependant probablement d'un piège pour récupérer une prime promise en échange d'insurgés.

La femme de M. Haroon venait juste d'accoucher de leur premier enfant, aujourd'hui une adolescente qui a grandi sans lui.

Son emprisonnement est devenu encore plus difficile à tolérer pour ses proches et soutiens alors que les Etats-Unis tentent de se désengager du conflit afghan.

C'est dans ce but que Washington a poussé les autorités afghanes à libérer des milliers de prisonniers talibans, dont certains coupables d'attaques ayant tué des étrangers

Le gouvernement américain "a insisté pour que les Afghans relâchent 5.000 talibans ... et n'a pourtant toujours pas libéré l'Afghan sans valeur de Guantanamo", a déclaré Clive Stafford Smith, l'avocat de M. Haroon et fondateur de Reprieve, une ONG d'aide juridique.

L'attente insoutenable de la famille du prisonnier "pour toujours" de Guantanamo

  L'attente insoutenable de la famille du prisonnier Depuis 13 ans, Sehar Bibi attend la libération de son fils de Guantanamo, où la vie pour ce captif, l'un des deux seuls Afghans encore dans la prison, n'est qu'isolation, grèves de la faim et alimentation forcée.Alors que des centaines de prisonniers, dont des chefs talibans haut placés, ont été relâchés du célèbre centre de détention de l'armée américaine, Asadullah Haroon, qui n'a été reconnu coupable d'aucun crime, est toujours là."Personne n'est dérangé par le fait que mon fils soit toujours à la base de Guantanamo.

Commentaire sur alternance d'images factuelles, images d'archives et extrait de conférence de presse de Donald Rumsfeld, secrétaire américain à Les prisonniers de Guantanamo ne sont pas protégés par la Convention de Genève | Archive INA - Продолжительность: 1:54 Ina Histoire 286 просмотров.

Le camp de détention de Guantanamo a ouvert ses cellules à des terroristes présumés il y a 15 ans, le 11 janvier 2002. Tortures, détentions illégales et grèves de la faim ont dès le début entaché ce centre de détention américain. A ce jour, ce camp reste malgré tout ouvert.

"La chose la plus mentalement difficile pour lui est qu'il n'est personne et est toujours là par hasard."

- 'Pas assez important' -

La prison est devenu tristement célèbre pour ses détenus les plus importants gardés dans des cages et ses méthodes d'interrogation brutales, qualifiées par beaucoup de torture.

Le président américain Donald Trump a promis de garder la prison -située sur l'île de Cuba mais sous juridiction américaine- remplie de "méchants".

M. Haroon, un des derniers à y entrer en 2007, est un des "prisonniers pour toujours", comme environ la moitié des 40 captifs encore à Guantanamo, coincé dans un flou juridique.

Un casier judiciaire publié par WikiLeaks liste plusieurs allégations contre M. Haroon : il aurait eu des liens avec Al-Qaïda, et servi de commandant pour le groupe militant Hezb-i-Islami.

Mais, selon Kate Clark, co-directrice de l'Afghan Analysts Network, ces accusations sont "criblées de ouï-dire".

"Qu'importe ce que l'on pense de Guantanamo, il n'était pas assez important pour y être... s'il était vraiment quelque chose, ce n'était qu'un pion", a-t-elle ajouté.

Enfin un espoir d'apaisement au Yémen avec la libération de 1000 prisonniers de guerre

  Enfin un espoir d'apaisement au Yémen avec la libération de 1000 prisonniers de guerre Les échanges se sont déroulés avec succès jeudi et devaient se poursuivre ce vendredi. Le pays, ravagé par la guerre depuis 2014, est dans une situation humanitaire dramatique. Les échanges de prisonniers, même lorsqu’une guerre s’est achevée, sont rarement simples à organiser. Mais ceux qui se sont déroulés jeudi, et devaient se poursuivre ce vendredi, au Yémen, ont été d’une rare complexité. D’abord parce que la guerre n’est pas finie. Mais aussi parce que le pays est fractionné entre nord et sud, et dans sa partie méridionale, entre des pouvoirs rivaux.

Une poussée de fièvre largement imputable à un épisode El Niño particulièrement puissant, un phénomène océanique et atmosphérique dont l’effet s’ajoute à la tendance lourde, le réchauffement dû aux émissions humaines de gaz à effet de serre.

La prison militaire de Guantanamo , installée sur une base américaine de l 'île de Cuba, avait été ouverte en janvier 2002 dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 qui ont frappé le sol américain. Son objectif était d'y enfermer des hommes soupçonnés de terrorisme.

Le département de la Défense a quant à lui déclaré qu'il gardait les militants présumés loin du champ de bataille "jusqu'à la fin des hostilités", pas pour qu'ils puissent être jugés devant un tribunal.

Il n'a pas souhaité se prononcer sur la possibilité d'un changement de politique avec le retrait des troupes américaines d'Afghanistan, qui doit être achevé d'ici mi-2021, mais pourrait être terminé d'ici Noël.

"Je fais beaucoup de choses pour coopérer avec les Américains, mais ils ne sont quand même pas contents", a déploré M. Haroon, qui aurait entre 35 et 40 ans, dans un communiqué transmis par son avocat.

"J'ai l'impression que je risque de mourir ici".

- Grève de la faim -

La famille de M. Haroon admet qu'il était un membre d'Hezb-i-Islami, mais ne peut prendre au sérieux l'idée qu'il puisse avoir été lié à Al-Qaïda.

"Al-Qaïda est une étiquette utilisée quand quelqu'un veut son ennemi en prison", a déclaré Roman Khan, le frère de Haroon.

Muhammed Rahim, le seul autre afghan encore dans la prison, est arrivé plusieurs mois après M. Haroon, accusé par la CIA d'être un associé proche du chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden.

Lors de conversations vidéo facilitées par la Croix Rouge, la famille de Haroon a remarqué des changements dans son apparence et sa manière de parler, et il a récemment entamé une grève de la faim, la dernière d'une longue série.

"Je pesais 175 livres (80 kilos) et maintenant je suis descendu à 110 livres (50 kilos)", a-t-il expliqué à son avocat.

"Au moins, 65 livres de moi-même se seront échappées de Guantanamo".

sjd-ds/ecl/eb/ia

A la TV vendredi 23 octobre : tous les films et séries à voir ce soir .
Chaque jour, retrouvez le programme des films et séries à voir à la télé. Ce soir : une jeune orpheline dans un conte magique, un documentaire sur Stephen King, des créatures à surveiller de près, la première réalisation de Roschdy Zem ... © Studiocanal GmbH A la TV vendredi 23 octobre : tous les films et séries à voir ce soir France 2 - 21h05 Les Petits meurtres d'Agatha Christie avec Arthur Dupont, Emilie Gavois-Kahn Saison 2 Episode 23 : Nichy, une jeune chanteuse de variété, et son fiancé Mike, qui est aussi son guitariste, sont des habitués de la Une de « Salut Les Copains » qui vient d’être crée en 1962.

usr: 0
C'est intéressant!