•   
  •   

Monde Douleur et fierté à l'enterrement d'un soldat azerbaïdjanais

18:10  16 octobre  2020
18:10  16 octobre  2020 Source:   lepoint.fr

Des mercenaires libyens envoyés au Haut-Karabakh aux côtés de l'Azerbaïdjan

  Des mercenaires libyens envoyés au Haut-Karabakh aux côtés de l'Azerbaïdjan Ce ne sont plus uniquement des mercenaires syriens qui sont envoyés en Azerbaïdjan par la Turquie pour combattre dans la région disputée du Haut-Karabakh contre l’Arménie, d’autres mercenaires sont également envoyés dans cette région pour prêter main forte à Bakou dans cette guerre. Parmi eux se trouvent des Libyens engagés par la société privée turque Sadat, proche du président truc Recep Tayyip Erdogan. La décision d’envoyer des combattants libyens au Haut-Karabakh a été prise vendredi dernier à Tripoli, lors d’une réunion sécuritaire sécrète.

  Douleur et fierté à l'enterrement d'un soldat azerbaïdjanais © Fournis par Le Point

"Oh mon fils !": à genoux sur la tombe d'un soldat azerbaïdjanais tué au Nagorny Karabakh, une mère en pleurs récite une prière. Au loin, résonne le bruit des obus s'abattant sur la ligne de front.

"Il a laissé sa mère seule. Il a laissé ses soeurs aussi. Que son sang ne soit pas versé en vain", continue la mère endeuillée en nettoyant la photo encadrée du jeune homme, mort à 29 ans, et sur la tombe duquel flotte la bannière de l'Azerbaïdjan.

Nagorny Karabakh: Bakou et Erevan dénoncent des violations du cessez-le-feu

  Nagorny Karabakh: Bakou et Erevan dénoncent des violations du cessez-le-feu L'Arménie et l'Azerbaïdjan s'accusaient mutuellement samedi de violations du cessez-le-feu censé être entré en vigueur à midi heure locale (08H00 GMT), négocié avec Moscou après près de deux semaines de combats intenses pour la région séparatiste du Nagorny Karabakh. Après une matinée de combats, le calme n'a régné que brièvement à l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, avant que les deux camps ne s'accusent à nouveau d'attaques. "L'Arménie violeAprès une matinée de combats, le calme n'a régné que brièvement à l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, avant que les deux camps ne s'accusent à nouveau d'attaques.

Le fils d'Aïbeniz Khassanova a été tué dans les premiers jours des combats, qui ont repris le 27 septembre entre opposants séparatistes arméniens et armée azerbaïdjanaise. Ces hostilités sont de loin les plus meurtrières depuis le cessez-le-feu de 1994 qui mit fin à des combats ayant coûté la vie à 30.000 personnes.

Si personne ne sait combien l'Azerbaïdjan a perdu de soldats dans ce regain du conflit, Bakou ne publiant pas de bilan, en face ce sont au moins 600 militaires arméniens qui ont péri.

L'AFP a toutefois été autorisée par le gouvernement azerbaïdjanais à rencontrer la famille de l'un de ces soldats tombés, dans la localité de Quzanly, à condition qu'aucun détail ne soit divulgué sur le cimetière ou les circonstances de sa mort.

«Ils se réveillent et pleurent»: les Azerbaïdjanais en fuite hantés par les bombardements

 «Ils se réveillent et pleurent»: les Azerbaïdjanais en fuite hantés par les bombardements Le tonnerre des obus explosifs est venu des montagnes du Haut-Karabakh alors que Gultekin Rakhimova lavait trois minuscules chemises dans un seau rouillé près d'un puits. © Bulent Kilic Fatma Suleymanova, 80 ans, a fui Terter en raison du conflit en cours Les trois petits enfants du réfugié au visage robuste n'ont pas dormi correctement depuis que tout le monde a fui les roquettes qui ont plu sur leurs maisons du côté azerbaïdjanais de la ligne de front il y a deux semaines.

Dans cette localité, les rafales de mortier et les tirs de roquette y ont détruit nombre de maisons en bois, habitées pour la plupart par des déplacés du conflit depuis les années 1990.

Elchane, le jeune cousin du soldat tué, raconte que toute la famille avait essayé de le convaincre de quitter l'armée avant que ne reprenne la guerre, jugée inéluctable pour beaucoup dans les deux pays.

En vain. "Il voulait devenir soldat depuis qu'il était enfant", dit-il.

"Nous lui disions de quitter l'armée mais il disait +Non, je veux rester, je veux être soldat jusqu'à ce que nos terres occupées soient libérées+", se souvient le jeune homme à la barbe de trois jours.

Pour les Arméniens, chrétiens, comme pour les Azerbaïdjanais, chiites turcophones, les vallées fertiles et les montagnes du Nagorny Karabakh sont des terres ancestrales sur lesquelles l'adversaire n'a à exercer aucune souveraineté.

«Tout le monde veut un drapeau»: le soutien de la Turquie fait remonter le moral en Azerbaïdjan

 «Tout le monde veut un drapeau»: le soutien de la Turquie fait remonter le moral en Azerbaïdjan Le propriétaire du magasin azerbaïdjanais Ibrahim Mammadov a acheté une presse à tissus et a commencé à vendre des drapeaux turcs au moment où le conflit du Haut-Karabakh a éclaté le mois dernier. © TOFIK BABAYEV Les Azerbaïdjanais se sont précipités pour acheter non seulement leur propre drapeau national, mais aussi celui de la Turquie Il dit que cela n'aurait pas pu être un investissement plus judicieux.

La région sécessionniste est aujourd'hui majoritairement peuplée d'Arméniens, mais reste reconnue comme azerbaïdjanaise par la communauté internationale.

- Fierté et chagrin-

Depuis 30 ans, tous les efforts internationaux pour trouver une solution pacifique ont échoué. Et la trêve humanitaire négociée la semaine dernière par la Russie, la puissance régionale armant les deux camps, n'a jamais vu le jour.

Après trois semaines d'affrontements, l'Azerbaïdjan a certes fait quelques gains territoriaux et l'Arménie a jugé la situation sur le front "sérieuse"; aucun camp ne semble pour autant avoir pris un avantage décisif. Et dans les deux pays la ferveur patriotique est de mise. nagh

Dans la famille du soldat tué, c'est la fierté mêlée à la peine. Empruntant des routes désertées à bord d'une antique Lada bleue, elle se rend quotidiennement sur la tombe deux semaines environ après le drame, malgré les bombardements et les barrages des militaires.

Garanfil, la tante du défunt, ne cache pas sa fierté pour son neveu: "C'était un jeune homme si courageux", insiste-t-elle.

Alors que la famille se prépare à repartir du cimetière autour duquel les tirs d'artillerie s'abattent, elle ajoute : "Il est mort pour son pays".

Elchane, le jeune cousin, est lui rongé par le chagrin.

"Je suis détruit de l'intérieur", chuchote-t-il, s'accroupissant près de la tombe en passant sa main sur le gravier frais: "C'était un type tellement courageux. C'est très dur pour nous".

"Chaque jour, nous pensons à lui", poursuit-il, "Nous essayons de faire face".

16/10/2020 13:34:22 -          Quzanly (Azerbaïdjan) (AFP) -          © 2020 AFP

Cessez-le-feu non respecté au Haut-Karabakh : à qui la faute ? .
L'Arménie et l'Azerbaïdjan se rejettent la responsabilité, alors que les deux pays avaient annoncé samedi avoir conclu une "trêve humanitaire".En début de journée, la porte-parole du ministère arménien de la Défense, Chouchan Stepanian, avait elle rapporté des tirs d'artillerie et de roquettes azerbaïdjanais au nord et au sud du front, durant les trois heures ayant suivi le début de la trêve. L'armée du Nagorny Karabakh a également fait état d'une attaque ennemie le matin dans le sud, déplorant "des pertes et blessés des deux côtés".

usr: 1
C'est intéressant!