•   
  •   

Monde Guinée: dissensions au sein de la Céni à la veille de l’élection présidentielle

07:50  17 octobre  2020
07:50  17 octobre  2020 Source:   rfi.fr

En Guinée, les chantiers du "bâtisseur" Condé à l'épreuve de la pauvreté et du vote

  En Guinée, les chantiers du Entre Fatou Conté et Diabate Famoro, le jugement sur la Guinée après dix années de présidence Alpha Condé et à l'aube d'une présidentielle incertaine ne saurait être plus discordant, y compris sur l'approvisionnement en électricité. "Depuis Condé, on a la lumière", dit Fatou Conté, vendeuse de pain de 41 ans. Diabate Famoro, 33 ans, qui subsiste comme il peut malgré un diplôme de chaudronnier, se plaint des coupures incessantes parmi toutes les incertitudes de sa vie, et s'inquiète de savoir comment il va recharger son portable.

Politique, M.L.Bangoura élu président de la cour suprême. Guinée Bissau : la médiation du président guinéen remise en cause par le Premier ministre - Продолжительность: 1:16 africanews (en français) 66 137 просмотров.

À une centaine de kilomètres de la capitale guinéenne, dans la localité de Kindia, les habitants ont été réveillés par des tirs cette nuit. Fin de campagne perturbée. Des incidents qui rappellent ceux survenus la veille du double scrutin législatif et référendaire très contesté du 22 mars dernier.

Siège de la Céni à Conakry, en Guinée. © DR Siège de la Céni à Conakry, en Guinée.

Les Guinéens sont appelés au urnes demain dimanche pour élire le prochain président de la République. En lice, le président sortant Alpha Condé, candidat pour un troisième mandat après l’adoption controversée d’une nouvelle Constitution. Face à lui, onze concurrents, dont son principal opposant Cellou Dalein Diallo. Tout semblait prêt mais à la veille du scrutin, certains membres de la Commission nationale électorale indépendante (Céni) ont décidé de sortir de leur réserve pour dénoncer des manquements dans le processus électoral.

Présidentielle en Guinée: deux campagnes, deux styles pour les favoris

  Présidentielle en Guinée: deux campagnes, deux styles pour les favoris Alors qu’approche l’élection présidentielle guinéenne du 18 octobre, les douze candidats continuent de battre campagne, à l’image des deux favoris, le président sortant Alpha Condé et son principal opposant Cellou Dalein Diallo. Douze candidats et chacun a sa méthode. Exemple en Haute-Guinée, fief du président sortant Alpha Condé. Là-bas, ses militants ont mené pour l’essentiel des campagnes de proximité. Alpha Kabinet Camara entre dans chaque concession du quartier Dalako, rapporte notre envoyée spéciale à Kankan, Bineta Diagne. Ce militant du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) veut d’abord savoir si les habitants ont retiré leur carte d’électeur.

L ’ élection présidentielle guinéenne de ce 18 octobre s’annonce dangereuse, après une campagne électorale qui a failli virer au drame. Après des mois de manifestations contre le troisième mandat du Président Alpha Condé

À une centaine de kilomètres de la capitale guinéenne, dans la localité de Kindia, les habitants ont été réveillés par des tirs cette nuit. Des incidents qui rappellent ceux survenus la veille du double scrutin législatif et référendaire très contesté du 22 mars dernier.

Avec notre correspondant à Conakry, Carol Valade

Le matériel est acheminé, les bulletins, les PV, les urnes sont en place. Les cartes d’électeurs distribuées à plus de 90%. Les agents sont opérationnels. Selon Mamadi 3 Kaba, porte-parole de la Céni, tout est fin prêt pour l’élection présidentielle demain.

Enfin c’était sans compter cette déclaration surprise signée de quatre commissaires de l’institution. Ils énumèrent sur cinq pages des manquements et violations présumées du code électoral.

Les partis ne disposeront que d’un PV par bureau, charge à eux de le photocopier. Mais ils ont interdiction de le prendre en photo, les fiches de résultats n’ont toujours pas de valeur juridique. Bref, les partis politiques ne disposeraient selon eux d’aucun élément de preuve s’ils veulent contester juridiquement certains résultats.

Présidentielle en Guinée: cinq millions d'électeurs appelés aux urnes d'un scrutin contesté

  Présidentielle en Guinée: cinq millions d'électeurs appelés aux urnes d'un scrutin contesté Douze candidats sont en lice, dont le président sortant Alpha Condé, qui brigue un troisième mandat contesté, et son principal opposant Cellou Dalein Diallo. Les éléments clés de ce scrutin. Avec notre correspondant à Conakry, Moctar Bah Même si le vote se déroule sur toute l’étendue du territoire national, de 8h à 18h, les Guinéens de la diaspora seront nombreux à ne pas pouvoir s'exprimer. Ils voteront dans seulement onze ambassades etAvec notre correspondant à Conakry,  Moctar Bah

À la suite d'une réforme constitutionnelle contestée, le président guinéen Alpha Condé s'est offert la possibilité de briguer un 3e mandat. Le dimanche 18 octobre, près de 5,4 millions d'électeurs seront appelés à voter dans un contexte de tension et de difficultés économiques profondes.

À 3 jours de l ' élection présidentielle en Guinée qui verra s'affronter 11 candidats au président Alpha Condé qui brigue un troisième mandat, après un changement controversé de Constitution, Grand Reportage revient sur les années écoulées, les promesses formulées par Alpha Condé en 2015, alors

Leur rapport pointe encore des doublons, des électeurs avec plusieurs cartes, mais aussi des cartes qui auraient disparu dans certaines localités.

En conclusion de la déclaration : « le doute s’installe sur la crédibilité du processus. » Ce qui ouvre la porte à de probables contestations post-électorales.

► Lire aussi :

Présidentielle en Guinée: Cellou Dalein Diallo, un technocrate passé à la politique

Présidentielle en Guinée: Alpha Condé, portrait d’un animal politique

Les suites des troubles de Kindia

Les faits se sont produits dans un camp militaire à Kindia, à 130 km à l’est de Conakry. Les autorités annoncent l’ouverture d’une enquête.

► Lire aussi : Présidentielle en Guinée: des incidents à Kindia lors du dernier jour de campagne

Guinée: Amnesty International dénonce «des tirs à balles réelles» des forces de sécurité .
Alors que les violences post-électorales en Guinée ont fait au moins 18 morts d'après le gouvernement, une trentaine selon l'opposition, depuis le scrutin du 18 octobre, Amnesty International a déclaré dimanche 25 octobre que les forces de sécurité avaient tiré à balles réelles contre des manifestants. Selon l'ONG de défense des droits de l'homme, il y a des preuves que des membres des forces de sécurité guinéennes ont tiré « à balles réelles ».Selon l'ONG de défense des droits de l'homme, il y a des preuves que des membres des forces de sécurité guinéennes ont tiré « à balles réelles ».

usr: 0
C'est intéressant!