•   
  •   

Monde Présidentielle en Guinée: bilan de la journée de vote

23:25  18 octobre  2020
23:25  18 octobre  2020 Source:   rfi.fr

Guinée : à Kankan, fief d'Alpha Condé, le meeting de l'opposition saboté

  Guinée : à Kankan, fief d'Alpha Condé, le meeting de l'opposition saboté Le convoi de l'opposant Cellou Dalein Diallo a été bloqué à 120 kilomètres de cette ville stratégique de la campagne présidentielle, qui s'est embrasée dimanche. «J’aime beaucoup Alpha Condé, beaucoup. J’ai vu son rêve pour la Guinée. La création d’emplois surtout. Ce qu’il a commencé, je veux qu’il continue.» Longue djellaba noire, calot à larges mailles en plastique jaune, Moussa Bourouma, gestionnaire d’un café du centre de Kankan, deuxième ville de Guinée d’environ 300 000 habitants, s’affaire avec ses trois thermos.

Des Guinéennes attendent de pouvoir voter lors de la présidentielle, le 18 octobre 2020, à Fria. © REUTERS/Saliou Samb Des Guinéennes attendent de pouvoir voter lors de la présidentielle, le 18 octobre 2020, à Fria.

En Guinée, les bureaux de vote pour la présidentielle devaient fermer ce dimanche 18 octobre à 18h heure locale. Le président sortant Alpha Condé, 82 ans, brigue un troisième mandat après l’adoption controversée d’une nouvelle Constitution. Au total, près de 5,5 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour choisir parmi les douze candidats en lice.

Dans un bureau de vote de Coléah, dans la proche banlieue de la Conakry, le dépouillement a commencé après la fin officielle du scrutin, à 18h heure locale, constate notre correspondant dans la capitale guinéenne, Carol Valade. Les scellés de l'urne ont été rompus. Les bulletins vont désormais être sortis un à un, un trait écrit à la craie sur le grand tableau noir en face du nom du parti qui correspond. Ensuite, l'urne sera envoyée pour centralisation.

En Guinée, une campagne sous tension entre dans la dernière ligne droite

  En Guinée, une campagne sous tension entre dans la dernière ligne droite La campagne en vue de l'incertaine présidentielle en Guinée entrait jeudi dans la dernière ligne droite avec le retour des deux principaux candidats dans la capitale après une campagne acrimonieuse et galvanisante à travers le pays. Le propos semble avoir piqué au vif M. Condé qui jusqu'à la semaine passée faisait surtout campagne par visioconférence et qui a monté à la hâte une tournée à travers le pays. A raison de plusieurs meetings chaque jour dans des villes différentes, survolté, gesticulant, il a invoqué les progrès économiques d'un pays qu'il dit avoir trouvé en ruines et dont il promet de faire "la deuxième puissance (économique) africaine après le

À partir de la réception du tout dernier procès-verbal du pays, la Céni, la Commission électorale, disposera de 72 heures pour proclamer les résultats provisoires. Les lampes-torches ont été sorties car le dépouillement devrait se poursuivre tard dans la soirée. On ne signale en tout cas pas d'incident majeur à Conakry. Le ministre de la Sécurité, Albert Damantang Camara, l'a confirmé en milieu d'après-midi.

Le président Alpha Condé et son principal adversaire, Celou Dalein Diallo, ont appelé au calme après avoir voté. Dans la plupart des quartiers, les rues étaient envahies en fin d'après-midi par les matches de football, un peu comme tous les dimanches. La seule crainte désormais est que l'opposition proclame ses propres résultats malgré l'interdiction gouvernementale.

Présidentielle en Guinée : campagne sous tension, l'opposition mobilisée

  Présidentielle en Guinée : campagne sous tension, l'opposition mobilisée La campagne en vue de l'incertaine élection présidentielle en Guinée est entrée jeudi dans sa dernière ligne droite avec le retour des deux principaux candidats, le président Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo, dans la capitale, Conakry. Des foules de Guinéens enfiévrés se sont pressées, jeudi 15 octobre, à la rencontre de Cellou Dalein Diallo, principal adversaire du chef de l'État sortant, à son retour de province, à l'entame de la dernièreDes foules de Guinéens enfiévrés se sont pressées, jeudi 15 octobre, à la rencontre de Cellou Dalein Diallo, principal adversaire du chef de l'État sortant, à son retour de province, à l'entame de la dernière ligne droite avant la présidentielle.

Incidents isolés

Si le vote s'est bien déroulé jusqu'en début d'après-midi, les choses se sont parfois compliquées par endroits, rapporte notre correspondant, Mokhtar Bah. C'est notamment le cas à Yomou, dans l'extrême sud du pays où des représentants de l'opposition dans des bureaux de vote ont été expulsés et un responsable local de l'alliance qui soutient l'opposant Celou Dalein Diallo a été arrêté et jeté en prison. Selon nos informations, ce responsable de l'opposition se serait opposé au bourrage d'urnes orchestré par des inconnus.

À Kissidougou, l'une des plus grosses agglomérations de la région forestière, le même constat a été enregistré : expulsion de délégués de partis politiques et vote de mineurs dans les localités de Massadou et Bendou. À Siguiri, dans le nord-est, un responsable du principal parti d'opposition, l'UFDG [Union des forces démocratiques de Guinée], a été arrêté sans qu'on en connaisse le motif. Un de ses camarades a été passé à tabac par un des partisans du parti au pouvoir, le RPG [Rassemblement du peuple de Guinée].

Guinée: dissensions au sein de la Céni à la veille de l’élection présidentielle

  Guinée: dissensions au sein de la Céni à la veille de l’élection présidentielle Les Guinéens sont appelés au urnes demain dimanche pour élire le prochain président de la République. En lice, le président sortant Alpha Condé, candidat pour un troisième mandat après l’adoption controversée d’une nouvelle Constitution. Face à lui, onze concurrents, dont son principal opposant Cellou Dalein Diallo. Tout semblait prêt mais à la veille du scrutin, certains membres de la Commission nationale électorale indépendante (Céni) ont décidé de sortir de leur réserve pour dénoncer des manquements dans le processus électoral. Avec notre correspondant à Conakry, Carol ValadeLe matériel est acheminé, les bulletins, les PV, les urnes sont en place.

Pour sa part, le QG de campagne du RPG s'est félicité du déroulement du scrutin sur toute l'étendue du territoire national mais dénonce des irrégularités dans le nord du pays favorable à l'opposition. En Basse-Guinée, aucun problème n'a été signalé jusqu'à la clôture du vote.

Un scrutin dans le calme

À Kankan, fief du chef de l'État guinéen, Alpha Condé, le dépouillement a également démarré environ un quart d'heure après la fermeture officielle des bureaux de vote, dans l’école primaire du quartier Bordo, rapporte notre envoyée spéciale sur place, Bineta Diagne.

Le président du bureau de vote a ouvert l’urne, qui était scellée, sous le regard attentif des membres de son bureau. Autour de lui se trouvaient six représentants de partis politiques, tous munis d’une feuille et prêts à noter en détail le décompte des voix de ce bureau. Le processus est très lent. Les membres du bureau de voterecomptent les enveloppes pour être sûrs d’avoir le bon nombre de votants, le tout à la lumière de lampes-torches.

Pour le reste, à Kankan, aucun incident majeur n’a été signalé par les observateurs. Près de 600 membres de la société civile ont été répartis dans la Haute-Guinée. À cela s’ajoutent 12 observateurs de la Cédéao, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest. Ils sont tous unanimes sur un point : les électeurs ont voté dans le calme.

En Guinée, les électeurs appelés aux urnes lors d'une présidentielle à haut risque

  En Guinée, les électeurs appelés aux urnes lors d'une présidentielle à haut risque Les Guinéens ont commencé à voter dimanche matin, légèrement en avance sur l'horaire prévu, au premier tour d'une présidentielle à haut risque qui lance un cycle électoral chargé en Afrique de l'Ouest. Les bureaux de vote ont ouvert dimanche 18 octobre en Guinée dans le cadre du premier tour de l'élection présidentielle. Les opérations de vote ont démarré plus d'une demi-heure avant l'heure officielle de l'ouverture des bureaux, fixée à 08H00   (GMT et locales), comme l'ont constaté des journalistes de l'AFP. C'est une élection qui suscite l'inquiétude de la communauté internationale.

Une fois le dépouillement achevé, les regards seront ensuite rivés vers la Commission électorale communale, chargée de centraliser les procès-verbaux issus de tous les bureaux de vote de la commune de Kankan.

Seule ombre au tableau : le PADES [Parti des démocrates pour l'espoir], le parti du candidat Ousmane Kaba, a dénoncé ce matin quelques anomalies. Il y aurait notamment eux des bureaux de vote fictifs dans un quartier de Kankan. Ces informations ont été démenties par Mohamed Lamine Traoré, le président de la CECI (Commission électorale communale indépendante) de Kankan. Ce dernier appelle à la sérénité en moment crucial du processus électoral.

Procès-verbal manquant

À Labé, en Moyenne-Guinée, le dépouillement a également commencé à l'école primaire du quartier Tata-1, rapporte notre envoyée spéciale sur place, Charlotte Idrac. Les habitants se sont rassemblés dans la cour dans la lumière déclinante du soir pour attendre l'affichage des procès-verbaux.

Le président de la Commission électorale de la préfecture parle d'un bon climat pour cette journée de vote. Même chose du côté de l'Organisation guinéenne des droits de l'homme (OGDH) qui saluent « l'engouement et la sérénité des électeurs ». Dans les bureaux de vote, ce 18 octobre, les électeurs étaient effectivement au rendez-vous. Ils étaient très nombreux, ce matin, à l'ouverture des bureaux de vote, vers 7h, et l'affluence a diminué ensuite au fur et à mesure de la journée.

Aux Etats-Unis le vote anticipé atteint un niveau record pour la présidentielle de 2020

  Aux Etats-Unis le vote anticipé atteint un niveau record pour la présidentielle de 2020 Plus de 30 millions d’Américains ont déjà déposé leur bulletin de vote pour l’élection présidentielle du 3 novembre. L’élection présidentielle aura lieu le 3 novembre aux Etats-Unis, mais plus de 33 millions d’électeurs ont déjà voté, soit par courrier soit dans des bureaux de vote ouverts en avance, d’après les dernières données répertoriées lundi 20 octobre par l’organisation indépendante Elections Project, sise à l’université de Floride.Il y a quatre ans, au même moment de la campagne, seuls 5,6 millions de suffrages avaient été exprimés par anticipation.

Le vote s'est donc déroulé dans le calme. Un problème est cependant à noter dans le quartier de Daka-1 : dans un bureau de vote, le président s'est rendu compte ce matin que l'enveloppe promise par la Commission électorale ne contenait pas de procès-verbal, seul document autorisé pour comptabiliser les résultats.

La question se pose de ce qu'il va se passer pour ces votes sachant que ce bureau compte 556 électeurs inscrits. De son côté, le président de la Commission électorale explique qu'il n'y a qu'un seul procès-verbal par bureau de vote, pas un peu de plus. On ne peut donc le remplacer. Des discussions sont en cours pour tenter de trouver une solution.

De son côté, le RPG [Rassemblement du peuple de Guinée] arc-en-ciel du président sortant Alpha Condé affirme que certains de ses délégués ont été empêchés d'accéder à des bureaux de vote de Labé. Les responsables de bureaux de vote ont expliqué que seul un représentant par parti était accepté dans chaque bureau. Ils ont donc demandé aux autres délégués de partir.

(Plus d'informations à venir)

► À lire aussi : Présidentielle en Guinée: cinq millions d'électeurs appelés aux urnes

Guinée : la victoire d'Alpha Condé contestée au sein même de la Ceni .
REPORTAGE. Alors que la Cedeao est au chevet de la Guinée, quatre commissaires de la commission électorale documentent des opérations de fraude électorale.D'autres zones, au contraire, bouillonnent. Dans les banlieues nord alignées sur la route Le Prince, plutôt favorables à l'opposition, des civils continuent d'être tués ou blessés par balle dans des affrontements entre jeunes contestataires, armés de pierres, et Forces de défense et de sécurité (FDS). Depuis la réquisition de l'armée annoncée jeudi soir, des militaires et en particulier des « bérets rouges » (Bataillon de sécurité présidentielle) ont été aperçus dans plusieurs quartiers aux côtés des FDS.

usr: 6
C'est intéressant!