•   
  •   

Monde Bolivie : Arce sera le futur président, Morales "tôt ou tard" dans le pays

23:55  19 octobre  2020
23:55  19 octobre  2020 Source:   msn.com

Présidentielle. La Bolivie retourne aux urnes sans Evo Morales

  Présidentielle. La Bolivie retourne aux urnes sans Evo Morales Un an après la présidentielle qui a semé le chaos et l’exil de l’ex-chef de l’État, les Boliviens désigneront un nouveau dirigeant, dimanche. Le scrutin, très polarisé, fait craindre de nouvelles violences. Pourquoi encore une présidentielle ?Depuis près d’un an, les Boliviens sont dirigés par un gouvernement non élu, avec à sa tête la très conservatrice Jeanine Añez, autoproclamée présidente par intérim. Evo Morales, premier président indigène (2006-2019) et ultime figure du virage à gauche des années 2000 en Amérique latine, a fui en novembre 2019 sous la pression de violentes manifestations.

(La Paz) Le socialiste Luis Arce sera le prochain président de la Bolivie , après sa large victoire à la présidentielle dimanche, tandis que son mentor, l’ex- président Evo Morales , a annoncé depuis l’Argentine son retour « tôt ou tard » dans le pays . Publié le 19 octobre 2020 à 13h43.

Les défis qui attendent Luis Arce sont de taille. Au niveau politique d’abord. « Il n’a pas la base sociale d’Evo Morales , il va devoir trouver sa place et Le pays , qui est le troisième au monde – derrière le Pérou et la Belgique – en nombre de morts par million d’habitants dus au Covid-19, est plongé dans

Le candidat de gauche à la présidence de la Bolivie, Luis Arce, au centre, et son colistier, David Choquehuanca, à droite, le 19 octobre 2020 à La Paz après avoir revendiqué leur victoire © RONALDO SCHEMIDT Le candidat de gauche à la présidence de la Bolivie, Luis Arce, au centre, et son colistier, David Choquehuanca, à droite, le 19 octobre 2020 à La Paz après avoir revendiqué leur victoire

Le socialiste Luis Arce sera le prochain président de la Bolivie, après sa large victoire à la présidentielle, tandis que son mentor, l'ex-président Evo Morales, a annoncé d'Argentine son retour "tôt ou tard" dans son pays.

M. Arce, le candidat du Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti fondé par M. Morales, a remporté dimanche l'élection présidentielle dès le premier tour avec plus de 52% des voix, selon plusieurs sondages de sortie des bureaux de vote.

Explainer: Lithium, Morales et cocaïne - Quels sont les enjeux du vote de la Bolivie?

 Explainer: Lithium, Morales et cocaïne - Quels sont les enjeux du vote de la Bolivie? Par Daniel Ramos © Reuters / DAVID MERCADO FILE PHOTO: Les partisans du parti MAS assistent à un rassemblement de clôture à El Alto LA PAZ (Reuters) - Alors que la Bolivie se prépare à voter lors d'une élection déterminante, un certain nombre de questions clés sont sur la table, y compris les énormes gisements de lithium du pays, le rôle de l'ex-dirigeant évincé Evo Morales et la politique de culture de la coca, l'ingrédient brut de la cocaïne.

Arce est le président de Bolivie ». Sur Twitter, il a écrit : «Mes sincères félicitations aux frères [Luis L'annonce est d'autant plus réjouissante pour le mouvement socialiste que la Bolivie a traversé une Pour discréditer Evo Morales et appuyer ses positions, le gouvernement bolivien dépose une plainte

La Bolivie a un nouveau président . Luis Arce , le candidat de la gauche et dauphin de l'ancien chef de l'État Evo Morales , a remporté, dimanche, la présidentielle en Bolivie dès le premier tour avec plus de 52 % des voix, selon plusieurs sondages de sortie des urnes.

Alors que les résultats officiels, n'étaient toujours pas connus lundi, le comptage des bulletins de vote avançant très lentement, le principal rival de M. Arce, l'ex-président centriste Carlos Mesa (2003-2005), a reconnu la "large" victoire de son adversaire.

"Le résultat est (...) très clair", a déclaré M. Mesa, à propos de sondages de sortie des bureaux de vote qui donnent à Luis Arce une avance d'environ 20 points. "Il nous appartient, comme il convient à ceux d'entre nous qui croient en la démocratie (...) de reconnaître qu'il y a eu un gagnant dans cette élection", a-t-il ajouté.

Luis Arce, le candidat de la gauche et dauphin de l'ancien chef de l'Etat Evo Morales, remporte la présidentielle en Bolivie dès le premier tour avec plus de 52% des voix, selon plusieurs sondages de sortie des urnes. Le pays © Jesus OLARTE Luis Arce, le candidat de la gauche et dauphin de l'ancien chef de l'Etat Evo Morales, remporte la présidentielle en Bolivie dès le premier tour avec plus de 52% des voix, selon plusieurs sondages de sortie des urnes. Le pays "a renoué avec la démocratie" se réjouit le vainqueur, tandis que Morales, réfugié en Argentine, salue cette victoire.

La présidente par intérim, la conservatrice Jeanine Añez, une farouche opposante au candidat du MAS, avait déjà reconnu dimanche soir sa victoire.

Bolivie : Luis Arce, dauphin d'Evo Morales, devient président dès le premier tour

  Bolivie : Luis Arce, dauphin d'Evo Morales, devient président dès le premier tour Le candidat de la gauche a été élu avec 52 % des voix, selon plusieurs sondages. Il devance de près de 20 points son principal rival, Carlos Mesa.L'ancien ministre de l'Économie, 57 ans, devance de plus de 20 points son principal rival, le centriste Carlos Mesa, et assure le retour au pouvoir du Mouvement vers le socialisme (MAS), après la démission en novembre 2019 d'Evo Morales, accusé par l'opposition de fraude électorale.

Luis Arce , le candidat de la gauche et dauphin de l'ancien chef de l'État, Evo Morales , a remporté dimanche 18 octobre la présidentielle en Les agitations dans les rues ne sont point l'expression de la majorité, elles sont parfois organisées par des offices étrangères, comme en Biélorussie.

« Les choix de politique étrangère d’un futur président Biden restent disputés ». La tension était de plus en plus palpable, samedi 17 octobre, en Bolivie , à la veille d’un scrutin-clé censé faire sortir le pays de la crise politique dans laquelle il est enfoncé depuis un an.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a quant à lui salué des "élections pacifiques", appelant tous les responsables politiques boliviens à travailler pour la "réconciliation nationale".

A l'annonce de son triomphe, Luis Arce avait estimé que la Bolivie avait "renoué avec la démocratie" et "retrouvé l'espoir".

Principales informations sur les deux favoris à la présidentielle du 18 octobre en Bolivie : le dauphin d'Evo Morales, Luis Arce, et l'ex-président centriste Carlos Mesa © Gustavo IZUS Principales informations sur les deux favoris à la présidentielle du 18 octobre en Bolivie : le dauphin d'Evo Morales, Luis Arce, et l'ex-président centriste Carlos Mesa

Pour la première fois en 20 ans, Evo Morales, un emblématique dirigeant de la gauche sud-américaine, n'était pas candidat à la présidentielle.

L'ancien chef de l'Etat (2006-2019), le premier président indigène de son pays, avait démissionné en novembre 2019, accusé de fraude électorale par l'opposition, avant de s'enfuir au Mexique puis en Argentine.

Au précédent scrutin d'octobre 2019, au cours duquel il briguait un quatrième mandat, le dépouillement avait été suspendu pendant plus de 20 heures. A sa reprise, Evo Morales avait été déclaré vainqueur dès le premier tour.

La gauche bolivienne remporte gros lors de nouvelles élections

 La gauche bolivienne remporte gros lors de nouvelles élections Evo Morales, l’ancien président de la Bolivie, est toujours en exil en Argentine. Mais le résultat de l’élection présidentielle de cette semaine peut signifier que Morales pourra bientôt rentrer chez lui en toute sécurité, sinon nécessairement au pouvoir.

Luis Arce , a été élu dès le premier tour par le peuple Bolivien à la tête du pays . Reste à espérer que le nouveau président sera digne de son prédécesseur, Evo Morales . Rappelons nous en effet le cas de l’Equateur, où le successeur désigné de Rafael Correa, Lenine Moreno avait complètement trahi

"La Bolivie doit retrouver le chemin de la stabilité, de la croissance économique et de la justice sociale", avait lancé Luis Arce durant la campagne, dans un pays parmi les plus pauvres d'Amérique latine qui a aussi la plus forte proportion d'Amérindiens du continent. A la différence de son mentor passionné de

L'opposition avait alors crié à la fraude, des affrontements avaient éclaté entre partisans et détracteurs du chef de l'Etat. Lâché par la police et l'armée, ce dernier avait finalement démissionné.

- "Dans ma région" -

Au lendemain de la victoire de M. Arce, Evo Morales a annoncé qu'il rentrerait rapidement dans son pays.

"Tôt ou tard, nous allons rentrer en Bolivie (...) Mon grand souhait est de retourner en Bolivie, dans ma région", a déclaré M. Morales au cours d'une conférence de presse à Buenos Aires où il réside.

Des supporters du candidat victorieux à la présidence de la Bolivie Luis Arce devant le siège de leur parti, le Mouvement vers le Socialisme (MAS), à La Paz le 19 octobre 2020 © Aizar RALDES Des supporters du candidat victorieux à la présidence de la Bolivie Luis Arce devant le siège de leur parti, le Mouvement vers le Socialisme (MAS), à La Paz le 19 octobre 2020

Il a également fait savoir que le futur gouvernement bolivien entretiendrait des relations diplomatiques avec tous les pays, y compris les Etats Unis, qui n'ont aucun ambassadeur à La Paz depuis 2008.

"Si les Etats-Unis veulent renouer des relations diplomatiques, bienvenue. Mais qu'ils nous respectent, qu'ils respectent la dignité et la souveraineté du peuple", a déclaré M. Morales.

Après la victoire de Luis Arce, les Boliviens rassurés par un «retour à la normale»

  Après la victoire de Luis Arce, les Boliviens rassurés par un «retour à la normale» La Bolivie se prépare au retour du MAS d'Evo Morales. L'ancien président a pourtant été poussé à l'exil l'année dernière après un mouvement social l'accusant de fraude et de corruption. Depuis un an, la Bolivie est mené par un gouvernement de transition aux politiques opposées à celles d'Evo Morales. Selon plusieurs sondages à la sortie des bureaux de vote, son dauphin Luis Arce a remporté dès le premier tour l'élection présidentielle. AvecAvec notre envoyée spéciale à La Paz, Oriane Verdier

Le gouvernement avait indiqué plus tôt que le scrutin s' était déroulé " dans la tranquillité dans tout le pays ", mis à part quelques incidents isolés. Principales informations sur les deux favoris à la présidentielle du 18 octobre en Bolivie : le dauphin d'Evo Morales , Luis Arce , et l'ex- président

Le président bolivien Evo Morales s' est égaré pendant une heure dans la forêt, alors qu'il accompagnait des pompiers qui combattaient un incendie. Plus de

"Nous attendons les résultats officiels, mais le président Trump et les États-Unis se réjouissent de travailler avec les personnes élues par les Boliviens", a pour sa part déclaré un porte-parole du département d'Etat américain.

Après un an d'une grave crise post-électorale, le scrutin s'est déroulé dans le calme, alors que de nombreux Boliviens craignaient une répétition des violences qui ont fait 36 morts l'an dernier.

Luis Arce "était un grand ministre, maintenant qu'il est président, l'économie va être florissante", se félicitait lundi auprès de l'AFP Ada Mary Medrano, une étudiante de 18 ans.

Selon un sondage de la chaîne Unitel, Luis Arce obtient 52,4% des voix, contre 31,5% pour Carlos Mesa. Un autre sondage de la Fondation catholique Jubileo crédite le socialiste de 53% des suffrages, contre 30,8% pour son rival.

Des supporters du candidat victorieux à la présidence de la Bolivie Luis Arce devant le siège de leur parti, le Mouvement vers le Socialisme (MAS), à La Paz le 19 octobre 2020 © Aizar RALDES Des supporters du candidat victorieux à la présidence de la Bolivie Luis Arce devant le siège de leur parti, le Mouvement vers le Socialisme (MAS), à La Paz le 19 octobre 2020

La victoire du dauphin d'Evo Morales a été saluée par de nombreux dirigeants de gauche d'Amérique latine, de Cuba au Nicaragua, en passant par le Venezuela, l'Argentine et le Mexique.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a "félicité le peuple frère de Bolivie à l'occasion du large et indiscutable triomphe du Mouvement vers le socialisme (MAS)" et de l'"éclatante victoire" de Luis Arce.

Cela "n'est pas seulement une bonne nouvelle pour ceux d'entre nous qui défendent la démocratie en Amérique latine, c'est aussi un acte de justice face à l'agression subie par le peuple bolivien", a écrit sur Twitter le président argentin Alberto Fernandez.

bur-jb/bds

Bolivie: Arce s'engage à "reconstruire" le pays .
Bolivie: Arce s'engage à "reconstruire" le paysLA PAZ (Reuters) - Le président élu de Bolivie, Luis Arce, s'est engagé vendredi à "reconstruire" le pays andin après une année tumultueuse marquée par la tourmente politique et la pandémie.

usr: 1
C'est intéressant!