•   
  •   

Monde Présidentielle en Guinée: des heurts meurtriers à Conakry, Condé appelle au calme

20:05  21 octobre  2020
20:05  21 octobre  2020 Source:   msn.com

Cellou Dalein Diallo, l'homme qui veut incarner l'alternance en Guinée

  Cellou Dalein Diallo, l'homme qui veut incarner l'alternance en Guinée A chaque étape de sa campagne à travers la Guinée, il pointe sa montre: Cellou Dalein Diallo en est convaincu, son heure est enfin venue, après deux mandats d'Alpha Condé. Entré dans l'arène politique après dix ans au gouvernement sous le général Lansana Conté (1984-2008), instruit par ses échecs en 2010 et 2015, Cellou Dalein Diallo s'est juré de ne plus retenir ses coups contre Alpha Condé pour le priver d'un troisième mandat controversé. Frêle et invariablement élégant, dans des costumes classiques ou de grands boubous clairs assortis à des toques brodées, ou en saharienne lorsqu'il fait campagne, cet homme à la voix douce et aux allures de Gandhi ouest-africai

Heurts entre jeunes opposants guinéens et forces de l'ordre le 21 octobre 2020 à Conakry © JOHN WESSELS Heurts entre jeunes opposants guinéens et forces de l'ordre le 21 octobre 2020 à Conakry

Des heurts entre des partisans de l'opposant guinéen Cellou Dalein Diallo, qui s'est autoproclamé vainqueur de la présidentielle, et les forces de l'ordre ont fait au moins trois morts mercredi à Conakry, exacerbant la tension dans ce pays d'Afrique de l'Ouest dans l'attente des résultats complets du scrutin.

IMAGESLa police guinéenne et des manifestants s'affrontent dans la banlieue de Bambeto, dans la capitale Conakry, après que les opposants au président Alpha Condé ont dénoncé des fraude lors des élections de dimanche dernier, malgré le soutien des observateurs africains. © Bangaly TOURE IMAGESLa police guinéenne et des manifestants s'affrontent dans la banlieue de Bambeto, dans la capitale Conakry, après que les opposants au président Alpha Condé ont dénoncé des fraude lors des élections de dimanche dernier, malgré le soutien des observateurs africains.

"Au moins trois personnes ont été tuées, que j'ai vues de mes propres yeux entre Lambanyi et Sonfonia", deux quartiers de la banlieue nord de la capitale, "une dizaine d'autres ont été blessées", a déclaré à l'AFP l'adjudant Mamadou Kéganan Doumbouya.

En Guinée, les chantiers du "bâtisseur" Condé à l'épreuve de la pauvreté et du vote

  En Guinée, les chantiers du Entre Fatou Conté et Diabate Famoro, le jugement sur la Guinée après dix années de présidence Alpha Condé et à l'aube d'une présidentielle incertaine ne saurait être plus discordant, y compris sur l'approvisionnement en électricité. "Depuis Condé, on a la lumière", dit Fatou Conté, vendeuse de pain de 41 ans. Diabate Famoro, 33 ans, qui subsiste comme il peut malgré un diplôme de chaudronnier, se plaint des coupures incessantes parmi toutes les incertitudes de sa vie, et s'inquiète de savoir comment il va recharger son portable.

Des Guinéens se rassemblent pour regarder en direct la publication des résultats préliminaires de l'élection présidentielle dans plusieurs communes, le 20 octobre 2020 à Conakry. © JOHN WESSELS Des Guinéens se rassemblent pour regarder en direct la publication des résultats préliminaires de l'élection présidentielle dans plusieurs communes, le 20 octobre 2020 à Conakry.

Il a cité "un jeune d'une trentaine d'années" tué d'une balle "venant de je ne sais où" et un homme "fauché par un mini-bus venant à pleine vitesse sur un trottoir". Il n'a pas donné d'indication sur les circonstances de la mort de la troisième victime.

Selon Hadjiratou Barry, une habitante du quartier de Bailobaya, son frère a été "tué par les forces de l'ordre qui lui ont tiré dessus alors qu'il tentait de fuir".

Un médecin ayant requis l'anonymat a assuré avoir reçu "deux corps et neuf blessés" dans une clinique.

Selon le parti de Cellou Dalein Diallo, les scènes de joie qui ont suivi sa déclaration de victoire lundi avaient entraîné des violences qui ont fait quatre morts dans ses rangs.

Présidentielle en Guinée: deux campagnes, deux styles pour les favoris

  Présidentielle en Guinée: deux campagnes, deux styles pour les favoris Alors qu’approche l’élection présidentielle guinéenne du 18 octobre, les douze candidats continuent de battre campagne, à l’image des deux favoris, le président sortant Alpha Condé et son principal opposant Cellou Dalein Diallo. Douze candidats et chacun a sa méthode. Exemple en Haute-Guinée, fief du président sortant Alpha Condé. Là-bas, ses militants ont mené pour l’essentiel des campagnes de proximité. Alpha Kabinet Camara entre dans chaque concession du quartier Dalako, rapporte notre envoyée spéciale à Kankan, Bineta Diagne. Ce militant du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) veut d’abord savoir si les habitants ont retiré leur carte d’électeur.

- Frondes et gaz lacrymogène -

Depuis le début de la matinée mercredi, une épaisse fumée noire s'échappait de plusieurs carrefours de la route Le Prince, qui traverse les fiefs de l'opposition dans la banlieue de la capitale, où des barricades ont été placées sur la route et enflammées, selon des journalistes de l'AFP.

Dans l'un de ces quartiers populaires, Wanindara, les forces de l'ordre peinaient à contenir des dizaines de jeunes sortant des ruelles pour se rassembler sur la route principales, jetant des pierres sur les policiers qui répondaient à coups de gaz lacrymogène, de pierres et de frondes, selon la même source.

Des coups de feu continuaient à être entendus dans le quartier de Hamdallaye Rond-Point en début d'après-midi, selon une habitante jointe par l'AFP.

De nombreux témoins ont rapporté avoir entendu des tirs et d'autres ont téléphoné à l'AFP pour dire qu'il y avait d'autres victimes, sans que ces informations puissent être vérifiées dans l'immédiat de source indépendante.

En Guinée, une présidentielle à haut risque après une campagne mouvementée

  En Guinée, une présidentielle à haut risque après une campagne mouvementée Plus de 5,4 millions de Guinéens sont appelés à choisir leur président dimanche, épilogue d'un an de divisions meurtrières autour d'un éventuel troisième mandat d'Alpha Condé et prélude à un cycle électoral en Afrique de l'Ouest, scruté anxieusement par les défenseurs de la démocratie. C'est une élection qui suscite l'inquiétude de la communauté internationale. Après une campagne vindicative et fiévreuse, le premier tour de la présidentielle guinéenne se tient le dimanche 18 octobre dans un climat de tension extrême alimenté par la contestation contre le candidature d'Alpha Condé, élu en 2010 et réélu en 2015.

Le président sortant Alpha Condé, qui brigue à 82 ans un troisième mandat controversé, a lancé sur les réseaux sociaux un "appel au calme et à la sérénité, en attendant l'issue du processus électoral en cours dans notre pays".

- "Il y aura un vainqueur" -

La commission électorale nationale a annoncé mardi soir de premiers résultats du scrutin de dimanche portant sur quatre des 38 circonscriptions du pays, dont trois à Conakry et sa périphérie.

M. Condé l'emporte largement dans les quatre circonscriptions sur son principal rival Cellou Dalein Diallo, 68 ans, et dépasse les 50% dès le premier tour dans trois d'entre elles, selon ces résultats, qui ne permettent pas "d'extrapoler" un résultat national, selon un responsable de la commission électorale.

Le camp de M. Diallo a accusé celui du chef de l'Etat de "tout mettre en oeuvre pour faire modifier les résultats sortis des urnes en sa faveur".

"Bien sûr qu'il y aura un vainqueur, mais ce n'est pas pour autant que la démocratie sera menacée ou que la paix sociale devient impossible. Si la victoire me revient, je reste ouvert au dialogue et disponible à travailler avec tous les Guinéens", a assuré mercredi Alpha Condé sur Facebook, en se disant "conforté" par les premiers résultats publiés.

Des heurts ont également éclaté mercredi à Mamou et Labé, dans le centre du pays, selon des sources sécuritaires et diplomatiques en Guinée.

cv-bm/siu/thm

Présidentielle en Guinée: Condé déclaré vainqueur, violences à Conakry .
Le président guinéen sortant, Alpha Condé, 82 ans, a gagné la présidentielle, remportant ainsi un troisième mandat controversé, selon les résultats provisoires annoncés samedi par la commission électorale (CENI) et qui ont entraîné immédiatement des violences à Conakry. Annonçant ces résultats encore provisoires, le président de la CENI Kabinet Cissé a déclaré que M. Condé avait remporté 59,49% des voix au scrutin du 18 octobre. Son principal rival Cellou Dalein Diallo, 68 ans, qui s'était proclamé vainqueur de la présidentielle avant la publication des résultats, a obtenu 33,5% des suffrages, selon la CENI.

usr: 1
C'est intéressant!