•   
  •   

Monde Formation d’un gouvernement au Liban : « plus on tarde, plus le bateau coule » alerte Le Drian

22:35  21 octobre  2020
22:35  21 octobre  2020 Source:   ouest-france.fr

Onze morts après le naufrage d'un bateau transportant des réfugiés au large de la Tunisie

 Onze morts après le naufrage d'un bateau transportant des réfugiés au large de la Tunisie Au moins 11 personnes sont mortes, dont huit femmes et trois enfants, et sept autres ont été sauvées lorsqu'un bateau transportant des réfugiés a coulé au large du sud de la Tunisie, ont annoncé dimanche des responsables. © Une source policière a déclaré que le bateau transportant 27 migrants, tous africains, a coulé au large des côtes du port cit ...

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. © LUDOVIC MARIN / AFP Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Son appel intervient à la veille des consultations parlementaires organisées pour désigner un Premier ministre, dans un pays durement frappé par le coronavirus, une crise économique et l’explosion du port de Beyrouth le 4 août dernier.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian a demandé mercredi au Liban de se doter rapidement d’un nouveau gouvernement, à la veille de consultations parlementaires organisées pour désigner un Premier ministre dans un pays en proie à une grave crise politique.

Toulouse et Montpellier passent en zone d’alerte maximale dès mardi

  Toulouse et Montpellier passent en zone d’alerte maximale dès mardi Comme dans la plupart des grandes villes françaises, cette mesure entraînera la fermeture des bars et salles de sport, un protocole renforcé dans les restaurants, ainsi que des jauges réduites dans les universités et centres commerciaux.Elles rejoignent ainsi la plupart des grandes villes françaises à savoir Lyon, Grenoble, Saint-Etienne et Lille, Paris et à Aix-Marseille, ainsi que la Guadeloupe. Le ministre de la Santé Olivier Véran avait prévenu jeudi que Toulouse, quatrième ville de France, et Montpellier, « qui présentent des caractéristiques épidémiques inquiétantes », pourraient passer en zone d’alerte maximale.

Plus on tarde, plus le bateau coule. Il n’y a plus beaucoup de temps pour réagir. Si le Liban ne mène pas les réformes qu’il convient de mener, alors c’est le pays lui-même qui risque la dislocation, a averti le ministre devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat.

La population libanaise ne peut pas être victime des incuries et des impérities de ses dirigeants, a ajouté le ministre.

Saad Hariri, qui a été trois fois Premier ministre, est donné comme favori pour ce poste, alors que le parti du président Michel Aoun, le Courant patriotique libre, s’oppose à sa nomination.

Les vieilles tendances, les répartitions par clans, par confession ont repris le dessus alors que l’urgence est au-delà, a déploré Jean-Yves Le Drian.

Au Liban, où le président doit être chrétien maronite, le Premier ministre musulman sunnite et le chef du Parlement musulman chiite, les dirigeants sont abonnés aux marchandages interminables pour former un gouvernement, selon un système imposant un équilibre entre les différentes communautés.

Il y a un an, M. Hariri et son gouvernement ont démissionné sous la pression d’un soulèvement populaire inédit, déclenché le 17 octobre 2019 pour dénoncer l’ensemble de la classe politique accusée de corruption et d’incompétence.

Le Liban est englué dans une crise économique sans précédent amplifiée par le coronavirus et par l’énorme explosion du 4 août au port de Beyrouth, qui a fait plus de 200 morts et 6 500 blessés et a ravagé des quartiers entiers de la capitale.

Un an après la "revolution", le Liban ne sort pas de la crise .
Les Libanais marquent le premier anniversaire de leur mouvement de contestation populaire, qui a secoué l'élite politique, mais n'est pas parvenu à engager de véritables réformes. Il y a un an, en octobre 2019, un soulèvement populaire inédit contre la classe dirigeante, accusée de corruption et d'incompétence, était déclenchée au Liban. Trois chefs du gouvernement ont démissionné depuis le début du mouvement, mais les principales personnalités politiques occupent toujours le pouvoir malgré les pressions au Liban et à l'international.

usr: 1
C'est intéressant!