•   
  •   

Monde Ces trois atouts qui peuvent encore faire gagner Trump

14:45  27 octobre  2020
14:45  27 octobre  2020 Source:   lepoint.fr

Avant le 3e débat, Trump s'en prend à nouveau au modérateur. Cette fois, c'est Kristen Welker de NBC qu'il appelle «injuste».

 Avant le 3e débat, Trump s'en prend à nouveau au modérateur. Cette fois, c'est Kristen Welker de NBC qu'il appelle «injuste». WASHINGTON - Le prochain (et dernier débat) n'a lieu que jeudi, mais le président Donald Trump tente déjà de faire pression et d'intimider la modératrice, la correspondante de NBC News à la Maison Blanche, Kristen Welker. Votre navigateur ne prend pas en charge cette vidéo "Elle a toujours été terrible et injuste, comme la plupart des journalistes de Fake News, mais je continuerai à jouer au jeu", a tweeté Trump samedi.

À cent jours de l’élection présidentielle, les difficultés s’accumulent pour Donald Trump . La courbe de son impopularité suit depuis plusieurs semaines

Droits de douane, sanctions financières, quotas : pour Donald Trump , l'arme économique est devenu un outil au service de "l'America first", en remplacement

  Ces trois atouts qui peuvent encore faire gagner Trump © Fournis par Le Point

À moins d'une semaine du scrutin présidentiel américain, la partie semble jouée. La plupart des sondages nationaux donnent au candidat démocrate, Joe Biden, une avance qui varie entre 8 et 12 points. Et les experts considèrent que, contrairement à 2016, l'écart à 7 jours de l'élection est trop important, même dans les « Swing States », les États clés, pour que Trump puisse le combler. Pourtant, depuis le débat du 23 octobre au cours duquel Trump a modéré ses excès habituels, sa cote nationale est légèrement remontée pendant que celle de son adversaire démocrate fléchissait imperceptiblement.

Trump est découragée alors qu'il continue de réutiliser des stratégies qui ont fonctionné contre Hillary Clinton mais n'atterrissent pas sur Joe Biden, selon les rapports

 Trump est découragée alors qu'il continue de réutiliser des stratégies qui ont fonctionné contre Hillary Clinton mais n'atterrissent pas sur Joe Biden, selon les rapports La campagne de © MANDEL NGAN / AFP via Getty Images Le président de , Donald Trump, à la fin d'un rassemblement à Carson City, Nevada le 18 octobre 2020. MANDEL NGAN / AFP via Getty Images L'équipe de campagne Trump craint que les attaques du président Donald Trump contre Joe Biden ne parviennent à se connecter, ont rapporté The New York Times et The Associated Press .

Edit : j'ai oublié les "opinions impopulaires" qui sont en fait évidemment très populaires, quand ce ne sont pas carrément des hommes de pailles qui ne sont Arrête de vouloir décider pour les autres ce qui est digne d'intérêt ? Peut -être qu'une majorité des gens ont une boule au ventre en ce moment et

A eux trois , ces trois groupes possèdent un pouvoir d’action de plusieurs millions de dollars. De fait , la base des électeurs conservateurs gardent leur confiance en Donald Trump . Dans sa dernière étude, l’institut Gallup rapporte que 94% des personnes se déclarant républicaines approuvent les

Lire aussi Gérard Araud ? Dernier débat : pour Trump, c'est maintenant ou jamais

La première raison pour laquelle les partisans du président sortant ne s'avouent pas vaincus est la mobilisation exceptionnelle d'une armée de bénévoles décidés à forcer la victoire. Plus importante même que celle qu'Obama, en son temps, avait rassemblée. Ils seraient 2,5 millions, soit 300 000 de plus que pour le candidat démocrate de 2008. Le travail de ces volontaires : faire du porte-à-porte en rendant systématiquement visite à tous ceux qui, d'après leurs listes, sont répertoriés comme républicains et pourraient avoir des hésitations au moment du vote. (Aux États-Unis, bien que cela ne soit pas obligatoire, on se déclare pour un parti ou un autre.) Et les bénévoles pour Trump ont ainsi sillonné tous les États où la victoire permet de rafler, même avec une avance minime, tous les grands électeurs. En une seule semaine, ils ont annoncé 500 000 visites dans les « Swing States ». Même si le chiffre est gonflé, l'effort des partisans du président est une réalité. Alors que la campagne de Biden est très en retard dans le démarchage individuel des électeurs. Un démarrage plus lent dû aux craintes du coronavirus, pour lequel le candidat démocrate, on le sait, a montré infiniment plus de prudence que son adversaire.

Que faire à propos de Crazy Oncle Trump (opinion)

 Que faire à propos de Crazy Oncle Trump (opinion) Dans la mairie NBC de la semaine dernière avec le président Donald Trump, le modérateur Savannah Guthrie a essayé de dire à Trump qu'il n'était pas censé être «comme l'oncle fou de quelqu'un». (Elle a fait ce commentaire alors que Trump défendait la dissémination d'une théorie du complot.) Nous connaissons tous le personnage auquel elle faisait référence: le membre de la famille non filtré qui dira n'importe quoi pour susciter l'intérêt des autres sans se soucier des faits.

La conjoncture récente semble, en effet, calamiteuse pour Donald Trump . De l’affaire George Floyd (cet homme noir tué par un policier blanc) à la crise Cerise sur le gâteau : le président a attrapé le virus après l’avoir dédaigné des mois durant. Son concurrent, le pâle Joe Biden, n’a rien à faire : la

Trump reste perçu comme un atout . Sincère ou non, cette manière d’exonérer M. Trump en dit long sur les espoirs qui continuent à être placés sur sa Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Lire aussi « Ça me rendrait malade » : Hillary Clinton n'imagine pas Trump l'emporter

La position tranchée de Biden sur l'avortement pourrait lui faire perdre des électeurs

Si le deuxième débat de la campagne est resté feutré ? et, d'ailleurs, assez ennuyeux ?, il a donné l'occasion à Joe Biden d'éclaircir sa position sur deux sujets sensibles. Le premier est l'avortement. Le candidat démocrate a clairement indiqué que, si la Cour suprême, avec la nomination d'Amy Barrett, revenait sur l'arrêt de 2016, validant un arrêt de 1973, qui réaffirme cette possibilité donnée aux femmes, il ferait voter une loi pour réaffirmer ce droit ou élargirait la composition de la Cour suprême pour rétablir l'équilibre ancien. Même si, lui, catholique pratiquant, est contre l'avortement.

Si ce sujet peut paraître à peu près digéré en Europe il reste extrêmement sensible aux États-Unis, où beaucoup d'États, contre la règle fédérale, ont voté des lois pour en réduire considérablement la portée. Les Églises évangélistes, notamment, sont vent debout. Des manifestations « pro-life » ont lieu régulièrement, des chirurgiens qui pratiquent l'intervention sont menacés, et une vingtaine d'États attendraient une nouvelle décision de la Cour suprême pour interdire totalement l'avortement. C'est donc là un sujet sur lequel la position tranchée de Biden pourrait lui faire perdre des électeurs. Chez les évangélistes et aussi les latinos, communauté où les fidèles pro-life sont nombreux.

Trump ne peut pas poser un gant sur un vrai homme comme Fauci

 Trump ne peut pas poser un gant sur un vrai homme comme Fauci Donald Trump a finalement rencontré quelqu'un sur lequel il ne peut pas utiliser sa célèbre réplique «vous êtes viré». L'homme qui est immunisé est le Dr Anthony Fauci, l'épidémiologiste aux manières douces qui en sait plus sur les pandémies que n'importe qui dans le monde sauf, bien sûr, Trump, la seule personne au monde qui pourrait passer quatre jours en soins intensifs sous oxygène. , pompé avec des médicaments expérimentaux, et ne pas comprendre que COVID-19 n'est pas la grippe.

- Trump , le sauveur d’emplois ? Reportage dans la Rust Belt, cette région industrielle où certains ouvriers acclament leur président comme un sauveur, quand d'autres subissent les revers de sa politique protectionniste. Peut -il l’influencer ? Et qui gagne la bataille des images ?

Il faut salir et diffamer Trump pour le faire perdre, une opération de longue main que Hillary fait échouer en traitant l’électorat populaire de Trump de panier de PS : si Biden gagne , le résultat sera encore plus contesté ! Trump a déjà expliqué que ce ne pourrait être que le résultat d’une fraude.

L'autre risque pris par Biden au cours du débat est économique. Il concerne l'industrie pétrolière. Trump, qui voulait l'obliger à prendre position sur le développement durable, a d'ailleurs immédiatement crié victoire quand son adversaire a reconnu qu'il souhaitait une évolution pour diminuer la part des énergies fossiles dans la croissance. « Écoutez cette importante déclaration de mon adversaire, vous les électeurs du Texas, de l'Ohio de la Pennsylvanie. Il veut détruire l'industrie qui fait la richesse de vos États », a-t-il martelé.

Lire aussi Israël et Netanyahou prient pour leur « ami » Donald Trump

Les sondés ont tendance à ne pas avouer qu'ils voteront pour lui

La mobilisation de ses armées de fanatiques et leur offensive de porte-à-porte, le débat sur l'avortement et l'avenir du pétrole, ce sont donc là les atouts sur lesquels Trump compte pour combler son retard. Non pas nationalement, mais, comme il l'avait fait en 2016, dans les États qui comptent. Et particulièrement ceux ? Texas, Floride, Géorgie, Michigan ? où l'écart séparant les deux adversaires est, comme le disent les sondeurs, « dans la marge d'erreur ». D'autant que les partisans du président ont remarqué que ? comme on le disait en France pour le vote Rassemblement national ? les sondés, compte tenu de la mauvaise réputation médiatique de Trump, ont tendance à ne pas avouer qu'ils voteront pour lui. L'avance de Biden dans les sondages ne serait donc pas ce qui est annoncé.

À une semaine du vote, l'élection américaine n'est pas autant jouée que beaucoup le disent.

Ces femmes de la banlieue de l'Ohio disent qu'elles ne se présentent pas pour Trump dans les sondages, mais prévoient de se présenter le jour du scrutin .
Une famille de Cincinnati suit de près les signes politiques qui parsèment les cours avant de leur quartier de banlieue. Les panneaux soutenant le président Donald Trump et le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden présentent un intérêt particulier pour le père et le fils, qui comptabilisent le nombre de panneaux pour chaque candidat en conduisant dans leur quartier et rapportent les chiffres à la mère.

usr: 1
C'est intéressant!