•   
  •   

Monde Ligue des champions : Istanbul Basaksehir, le club de foot d'Erdogan

17:05  28 octobre  2020
17:05  28 octobre  2020 Source:   lepoint.fr

: le risque Biden menace pour Erdogan de la Turquie et la lire assiégée

: le risque Biden menace pour Erdogan de la Turquie et la lire assiégée Analyse Par Jonathan Spicer © Reuters / Murad Sezer FILE PHOTO: Le VP américain Biden rencontre le président turc Erdogan à Istanbul ISTANBUL (Reuters) - La Turquie risque de perdre plus que la plupart d'autres pays si Joe Biden est élu président car il devrait durcir la position américaine contre les interventions militaires étrangères du président Tayyip Erdogan et une coopération plus étroite avec la Russie.

  Ligue des champions : Istanbul Basaksehir, le club de foot d'Erdogan © Fournis par Le Point

Entre Basaksehir et le palais présidentiel, les liens sont tels que beaucoup ont rebaptisé le club « Erdoganspor » ou « Erdogan Football Club ». Le dirigeant, Göksel Gümüsdag, n'est autre que le neveu par alliance de Recep Tayyip Erdogan et son homme de confiance depuis de longues années. Le sponsor et principal actionnaire du club, Medipol, est une chaîne d'hôpitaux privés détenue par Fahrettin Koca, le médecin de la famille Erdogan devenu le ministre de la Santé. Le stade Fatih-Terim, dans le quartier de Basaksehir, a été construit par Kalyon, une des entreprises de BTP qui gravitent autour du président, impliquée dans tous les grands projets d'infrastructures.

Erdogan met en doute « la santé mentale » de Macron, l’Elysée dénonce des propos « inacceptables »

  Erdogan met en doute « la santé mentale » de Macron, l’Elysée dénonce des propos « inacceptables » Le courroux français s’est traduit par le rappel immédiat de l’ambassadeur de France à Ankara, un acte diplomatique rare.Le courroux français se traduit par le rappel immédiat de l’ambassadeur de France à Ankara, un acte diplomatique rare, semble-t-il pour la première fois de l’histoire des relations diplomatiques franco-turques. L’acte, dit l’entourage d’Emmanuel Macron, se veut « un signal très fort ».

Pour l'inauguration du stade en 2014, à quelques jours de l'élection présidentielle, le leader turc avait même chaussé les crampons et une tenue orange frappée du numéro 12 ? il aspirait à devenir le 12e président turc pour disputer un match de gala. Il avait fait admirer sa technique et marqué trois buts. Basaksehir est au service du pouvoir. Ses joueurs peuvent se transformer en messagers du palais. En octobre 2019, l'équipe avait fait le salut militaire pour soutenir les troupes turques dans leur opération Source de paix au nord de la Syrie. Depuis plusieurs semaines, elle met en scène son soutien au FC Qarabagh, le club azerbaïdjanais du Karabakh en exil. Face au Paris Saint-Germain, dans une atmosphère de tensions avec le président français Emmanuel Macron, Basaksehir pourrait de nouveau servir de tribune.

Istanbul Basaksehir-PSG : deux retours et cinq absents dans les rangs parisiens

  Istanbul Basaksehir-PSG : deux retours et cinq absents dans les rangs parisiens Le club de la capitale enregistre deux retours avant son déplacement en Turquie, mercredi, en Ligue des champions.Thomas Tuchel devra néanmoins composer sans Mauro Icardi, Leo Paredes, Marco Verratti et Julian Draxler, tous blessés, face au champion de Turquie. Idem pour l’habituel troisième gardien, Alexandre Letellier, positif au Covid-19 et de nouveau suppléé par le jeune (17 ans) Mathyas Randriamamy.

Lire aussi Comment Macron est devenu la tête de Turc d'Erdogan

Erdogan, ancien président du club

Jusqu'en 2014, Basaksehir s'appelait le « club des sports de la mairie d'agglomération d'Istanbul ». Créé en 1990 et développé dans la décennie suivante, l'un de ses présidents les plus actifs fut? Recep Tayyip Erdogan, maire d'Istanbul et président du club entre 1994 et 1998. Confié à des proches, il accéda à la première division en 2007, mais, avec des résultats piteux, il se trouva au bord de la faillite en 2013. Géré comme une rente par le clan au pouvoir, le club municipal fut privatisé pour y injecter de l'argent, tout en restant dans le giron présidentiel. En attirant quelques vedettes sur le retour (comme le Brésilien Robinho) ou des joueurs étrangers auxquels on avait promis un salaire alléchant, l'équipe s'est renforcée et s'est rapprochée du sommet. Le club a pris le nom de Basaksehir, « la ville de l'épi de blé », le quartier d'Istanbul situé à 25 km à l'ouest du détroit du Bosphore, où il a été installé. Ce quartier, créé de toutes pièces dans les années 1990 par le maire de l'époque, Recep Tayyip Erdogan, se voulait le quartier modèle des islamistes. L'épi de blé était le symbole du parti de la « prospérité » (« refah »), auquel appartenait Erdogan.

Ligue des champions. Avant de recevoir le PSG, Basaksehir, proche d’Erdogan, démine la situation

  Ligue des champions. Avant de recevoir le PSG, Basaksehir, proche d’Erdogan, démine la situation Le PSG se déplace mercredi en Turquie, dans un contexte tendu après les déclarations du président Recep Tayyip Erdogan au sujet de la santé mentale d’Emmanuel Macron. Le club de la capitale affrontera Basaksehir affilié au pouvoir en place. Mais le club a tenu à rassurer les Parisiens avant leur voyage. « Le PSG et Monsieur Nasser sont des amis » : c’est par ces mots que le président du club turc de Basaksehir a tenté mardi d’apaiser les esprits avant le match de Ligue des champions mercredi face au Paris SG dans un contexte tendu entre Ankara et Paris.

En 2020, Basaksehir a finalement remporté le titre de champion de Turquie pour la première fois, prenant le meilleur sur Fenerbahçe, Galatasaray et Besiktas, les trois grands clubs historiques d'Istanbul, habitués des trophées. Au grand dam des supporteurs stambouliotes qui, malgré les bons résultats, restent très peu nombreux à soutenir Basaksehir. Son stade, Covid-19 ou pas, est souvent vide.

« L'imam Beckenbauer »

Basaksehir a permis à Recep Tayyip Erdogan de concrétiser ses ambitions dans le football. Jeune, il faillit devenir joueur professionnel, selon sa légende personnelle, et on le surnommait « imam Beckenbauer » tant ce défenseur longiligne et technique s'inspirait du grand joueur allemand de l'époque. Depuis qu'il est arrivé au pouvoir, il n'a cessé d'intervenir sur et en dehors du terrain, sur les nominations dans les clubs ou à la tête de la fédération nationale. Il a, sur les pelouses aussi, mené des purges contre ses adversaires. Celui qui était considéré comme le plus grand joueur turc de l'histoire, Hakan Sükür, élu député de l'AKP en 2011, a été forcé à l'exil après avoir été désavoué par le président. Accusé de terrorisme, dépouillé de ses biens, il tient désormais un café aux États-Unis.

Mais le football turc est aussi un terrain d'investissements pour le Qatar. L'émirat propriétaire du Paris Saint-Germain est l'un des rares alliés du président Erdogan sur la scène internationale, le financier des Frères musulmans, dont il est proche. Et, depuis 2016, Doha a annoncé avoir investi pas moins de 20 milliards de dollars dans l'économie turque pour la renflouer. La chaîne sportive du groupe Al-Jazira, beIN, que dirige Nasser al-Khelaïfi, le président du PSG, détient les droits télévisés du championnat turc jusqu'en 2021. Le Qatar a racheté le diffuseur attitré en Turquie, le bouquet satellite D-Smart. Et, en 2017, le Qatar avait même envisagé de racheter le club de Basaksehir aux proches d'Erdogan, comme l'avait rapporté à l'époque le journal sportif turc Fanatik.

L'Istanbul Başakşehir fait glisser MU .
Istanbul BB 2-1 Manchester United Buts : Ba (13e) et Višća (40e) pour Başakşehir // Martial (43e) pour MU Cuit à la broche. Jour historique à Cuit à la broche.

usr: 1
C'est intéressant!