•   
  •   

Monde Procès de l'attaque du Thalys: la version du tireur

01:15  26 novembre  2020
01:15  26 novembre  2020 Source:   rfi.fr

France: le procès de l'attaque déjouée du Thalys en 2015 s'ouvre ce lundi

  France: le procès de l'attaque déjouée du Thalys en 2015 s'ouvre ce lundi Le procès de l'attaque déjouée du Thalys s'ouvre ce lundi 16 novembre aux assises spéciales de Paris. Le 21 août 2015, Ayoub el-Khazzani, un Marocain de 25 ans avait ouvert le feu dans le train Thalys Amsterdam-Paris et fait deux blessés, avant que des passagers parviennent à le maîtriser. Il est accusé de tentatives d'assasinats terroristes. Quand vers 17h45 Ayoub el-Khazzani passe à l'attaque, il est lourdement armé, notamment d'uneQuand vers 17h45 Ayoub el-Khazzani passe à l'attaque, il est lourdement armé, notamment d'une kalachnikov et 270 munitions. Mais dès qu'il sort des toilettes où il s'est préparé, un premier passager tente de l'immobiliser, puis un deuxième agrippe sa kalachnikov.

Au procès de l ' attaque déjouée du Thalys , la cour d'assises spéciale de Paris est revenue mardi sur la version "fantaisiste" servie par Ayoub El Khazzani en garde à vue. Ce dernier a été tué en banlieue parisienne par la police dans la foulée des attaques du 13-Novembre. Mais en août 2015

Au procès de l ' attaque déjouée du Thalys , la cour d'assises spéciale de Paris est revenue mardi sur la version "fantaisiste" servie par Ayoub El Khazzani en garde à vue. 21 août 2015, 18H00 environ. Ayoub El Khazzani est interpellé en gare d'Arras, où s'est arrêté en urgence le train Amsterdam-Paris

Le TGV Thalys où a eu lieu l'attentat raté , le 21 août 2015. © AP Photo Le TGV Thalys où a eu lieu l'attentat raté , le 21 août 2015.

Au procès de l’attentat contre le Thalys du 21 août 2015, la cour a interrogé mercredi 25 novembre l’assaillant sur le déroulement de l’attaque déjouée par l’intervention de plusieurs passagers dont 2 militaires américains. Ayoub el Khazzani a confirmé avoir été envoyé pour tuer par Abdlehamid Abaaoud, le cerveau des attentats du 13 novembre. Il a toutefois maintenu qu’il n’avait jamais eu l’intention de commettre un crime de masse et avait même renoncé au dernier moment.

Avec notre envoyée spéciale au palais de justice de Paris, Laura Martel

Thalys, contrecarré par les Américains, est jugé à Paris

 Thalys, contrecarré par les Américains, est jugé à Paris Un assaillant du train PARIS (Reuters) - Un homme armé islamiste présumé qui a ouvert le feu à bord d'un train à grande vitesse traversant l'Europe du Nord mais a été maîtrisé par trois citoyens américains avant de tuer qui que ce soit en procès lundi dans la capitale française.

Au procès de l ' attaque déjouée du Thalys , la cour d'assises spéciale de Paris est revenue mardi sur la version "fantaisiste" servie par Ayoub El Khazzani en garde à vue. 21 août 2015, 18H00 environ. Ayoub El Khazzani est interpellé en gare d'Arras, où s'est arrêté en urgence le train Amsterdam-Paris

Le parquet national antiterroriste (PNAT) a requis un procès aux assises pour Ayoub El Khazzani, le tireur de l ' attaque déjouée à bord d'un train Thalys Dernier acte d'enquête, une reconstitution a eu lieu le 18 septembre près de Paris pour examiner successivement sa version et celle des passagers.

« Je suis monté dans le train et j’ai commencé à chercher les gens qu’Abaaoud m’avait indiqués pour les tuer », commence Ayoub el khazzani. D’une voix posée, il raconte ses préparatifs aux toilettes : « Je tremblais, j’hésitais, je vais tuer des gens. J’étais dans un état… comme si j’allais me jeter d’une falaise ».

Nouvelle hésitation, dit-il, quand il sort des toilettes. « J’ai vu Mark Mooligan, il m’a souri, ça m’a rappelé que je devais tuer des êtres humains. » « Pourquoi alors lui tirer dans le dos quand il vous prend l’arme ? » interroge le président. L’accusé soutient avoir visé sa main, puis avoir hésité encore, renoncé même, alors qu’un premier militaire américain se jetait sur lui : « J’ai vu son visage, c’est dur de tirer, je n’ai pas pu », affirme-t-il.

Attentat déjoué du Thalys en 2015. Pourquoi Clint Eastwood va être appelé en tant que témoin

  Attentat déjoué du Thalys en 2015. Pourquoi Clint Eastwood va être appelé en tant que témoin L’histoire de l’attaque du train Thalys en 2015, dont le procès commence ce lundi 16 novembre à Paris, aurait pu être celle d’un carnage. Elle est devenue celle du courage d’une poignée de passagers parvenus à maîtriser un tireur surarmé. Un scénario digne d’un film… réalisé plus tard par Clint Eastwood. L’acteur et réalisateur américain va d’ailleurs être appelé à témoigner. Pourquoi ? Une des questions qui restent posées à l’ouverture du procès de l’attaque terroriste manquée dans le Thalys Amsterdam-Paris, le 21 août 2015, est celle-ci : viendra-t-il ? Oui, Clint Eastwood, acteur et réalisateur américain âgé de 90 ans, fera-t-il le déplacement jusqu’à Paris,

Le procès aux assises ordonné dans le cadre de l ' attaque déjouée à bord d'un train Amsterdam-Paris à l'été 2015 Ayoub El Khazzani, le tireur de l ' attaque déjouée du train Thalys Amsterdam-Paris du 21 août 2015, ira bien aux assises. Vous êtes abonné au magazine dans sa version papier ?

Le procès des responsables de l ' attaque déjouée à bord d'un train Thalys Amsterdam-Paris aura lieu prochainement. En ce qui concerne Bilal Chatra, Redouane Sebbar et Mohamed Bakkali, considérés comme les complices du tireur , le parquet demande qu’ils soient jugés pour « complicité de tentative

A lire aussi : Procès de l'attaque du Thalys: le chauffeur présumé de l'assaillant nie l'accusation

« La bagarre qui s’en suit semble peu cohérente avec quelqu’un qui abandonne », relève le président, avant d’explorer une autre incohérence : Ayoub el Khazzani martèle qu’il n’était pas question de crime de masse, « même si à l’époque j’étais comme sous hypnose, je n’aurais jamais fait ça ». Son objectif, dit-il, était de venger les victimes des bombardements de la coalition en Syrie, mais via un attentat ciblé : « Abaaoud m’avait dit que dans ce wagon de 1ère, je serai avec 3 ou 4 soldats américains et des membres de la Commission européenne ». « Monsieur Abaaoud a des dons de divination », remarque le président, qui pointe qu’il est matériellement prouvé qu’anticiper la présence des Américains était impossible. L’avocat général, lui résume : « Vous vous dites aujourd'hui repenti mais dès qu’on vous pose des questions gênantes, vous êtes tout sauf sincère. »

« J’ai visé sa tête et je n’ai pas pu » : au procès de l’attaque du Thalys, la version du tireur .
Le principal accusé a livré, ce mercredi 25 novembre, sa version des faits, un scénario confus d’attaque qui ne visait selon lui que des soldats américains mais qu’il n’a pas été capable de mener à bout. « J’ai visé sa tête… et je n’ai pas pu.

usr: 1
C'est intéressant!