•   
  •   

Monde En Éthiopie, Abiy Ahmed ordonne l'offensive finale contre les autorités du Tigré

10:45  26 novembre  2020
10:45  26 novembre  2020 Source:   france24.com

Conflit au Tigré : Abiy justifie son devoir de "maintenir l'ordre" devant les émissaires de l'UA

  Conflit au Tigré : Abiy justifie son devoir de Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a redit vendredi qu'il était de son devoir de "maintenir l'ordre" en Éthiopie, au terme d'une avec les envoyés spéciaux chargés par l'Union Africaine (UA) d'une médiation dans le conflit au Tigré. Pour le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, le conflit au Tigré est une opération de "maintien de l'ordre". Il a réaffirmé cette défense vendredi 27 novembre, au terme d'une rencontre organisée à Addis Abeba avec les envoyés spéciaux chargés par l'Union Africaine (UA) d'une médiation dans le conflit au Tigré.

L ’ offensive militaire menée par le gouvernement éthiopien dans la région dissidente du Tigré La deuxième plus grande ville du Tigré , Adigrat, échappe maintenant au contrôle du FPLT. Cette avancée des soldats fédéraux vers Makalé est le moment qu’a choisi Abiy Ahmed , au pouvoir depuis

Abiy Ahmed , Premier ministre éthiopien et Prix Nobel de la paix 2019 a donc imposé ce mercredi un rejet net aux tentatives de médiation dans la région du Tigré , en proie à un conflit sanglant depuis début novembre. Abiy Ahmed a dit « comprendre les efforts destinés à aider ».

Des miliciens de la région d'Amhara, à Mai Kadra en Éthiopie, le 21 novembre 2020. © Eduardo Soteras, AFP Des miliciens de la région d'Amhara, à Mai Kadra en Éthiopie, le 21 novembre 2020.

L'armée éthiopienne va lancer la "phase finale" de son offensive dans le Tigré, a déclaré jeudi le Premier ministre Abiy Ahmed. De son côté, l'ONU s'inquiète des pénuries dans cette région dissidente du pays, où le nombre de déplacés augmente, atteignant plus d'un million de personnes.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a ordonné à l'armée, jeudi 26 novembre, de lancer l'offensive finale contre les autorités dissidentes du Tigré à Mekele, capitale de cette région du Nord de l'Éthiopie.

L'armée a reçu l'ordre de "mener la (...) dernière phase" de l'opération lancée le 4 novembre contre les dirigeants du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), a indiqué Abiy Ahmed sur son compte Facebook.

Ethiopie: Abiy ordonne l'offensive finale contre les autorités du Tigré à Mekele

  Ethiopie: Abiy ordonne l'offensive finale contre les autorités du Tigré à Mekele Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a ordonné jeudi, à l'issue d'un ultimatum de 72 heures, le lancement de l'offensive finale contre les autorités dissidentes du Tigré, encerclées à Mekele, la capitale d'un demi-million d'habitants de cette région du Nord de l'Ethiopie. M. Abiy a justifié l'envoi de l'armée au Tigré en accusant le TPLF d'avoir attaqué deux bases de l'armée fédérale dans la région, ce que nient les autorités tigréennes. Aucun bilan précis des combats jusqu'ici n'est disponible, mais au moins plusieurs centaines de personnes ont été tuées. Plus de 40.

En Éthiopie , l’ultimatum du Premier ministre Abiy Ahmed arrive à terme ce mercredi. Humanitaires et politiques craignent un bain de sang alors que la région est coupée du monde. Diplomates, institutions internationales et puissances étrangères tentent d’encourager le dialogue. Mais le pouvoir éthiopien

En Éthiopie , l’ultimatum du Premier ministre Abiy Ahmed arrive à terme ce mercredi. Humanitaires et politiques craignent un bain de sang alors que la Ultimatum rejeté dès lundi par le président de la région du Tigré . « Le Premier ministre ne nous comprend pas. Nous sommes un peuple de principe

"La période de 72 heures accordée à la clique criminelle du TPLF pour se rendre pacifiquement est désormais terminée et notre campagne de rétablissement de l'ordre est entrée dans sa phase finale", a-t-il par ailleurs écrit sur Twitter, promettant que "tout serait mis en œuvre pour que la ville de Mekele (...) ne subisse pas de graves dégâts" et "pour protéger les civils".

Un million de déplacés

L'ONU a fait part, jeudi, de son inquiétude quant aux pénuries "très critiques" dans la région du Tigré, où la population de 6 millions d’habitants reste isolée et sa capitale, menacée d’attaques par les forces éthiopiennes cherchant à arrêter les dirigeants régionaux.

Alors que le carburant et les liquidités s'épuisent, plus d'un million de personnes sont désormais déplacées et la nourriture pour près de 100 000 réfugiés d'Érythrée aura disparu dans une semaine, selon un rapport publié dans la nuit. Par ailleurs, plus de 600 000 personnes dépendant des rations alimentaires mensuelles ne les ont pas reçues ce mois-ci.

Ethiopie. Cinq questions pour comprendre le conflit dans la région du Tigré

  Ethiopie. Cinq questions pour comprendre le conflit dans la région du Tigré Un conflit armé fait rage dans l’État du Tigré, au nord de l’Ethiopie, depuis début novembre. Il oppose le gouvernement fédéral éthiopien et le gouvernement régional du Tigré. Et pousse des dizaines de milliers d'Ethiopiens à fuir au Soudan voisin. Explications. Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé samedi soir que l'armée avait pris le « contrôle » de Mekele, la capitale du Tigré situé au Nord de l’Ethiopie. Il s’agit selon lui de l'accomplissement de la « phase finale » de l'opération militaire démarrée le 4 novembre.

Les appels à la médiation et à la protection des populations civiles du Tigré se faisaient plus pressants mardi, à la veille de l'expiration de l'ultimatum donné par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed aux dirigeants de la région dissidente pour se rendre. Les explications d'Armelle Charrier, chroniqueuse

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a demandé mercredi à la communauté internationale de ne pas interférer dans le conflit au Tigré , à quelques heures de la fin de l'ultimatum qu'il a donné aux dirigeants de cette région pour se rendre ou subir une attaque "sans pitié" sur leur capitale.

Liaisons téléphoniques coupées

Reuters n'a pas été en mesure de joindre les forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) pour obtenir de commentaires de leur part. Il est pour l'heure impossible de vérifier les affirmations des deux camps, les liaisons téléphoniques et internet avec le Tigré étant coupées et l'accès à la région strictement contrôlé.

Le 4 novembre, le Premier ministre éthiopien a lancé une offensive pour reprendre le contrôle du Tigré, dont il accuse les forces d'avoir attaqué une base gouvernementale. Il a sommé, dimanche, les forces du TPLF, qui gouverne cette région du nord du pays, de déposer les armes avant mercredi soir, faute de quoi l'armée donnerait l'assaut à Mekele, son chef-lieu. Addis-Abeba a fait savoir lundi que la ville, qui compte 500 000 habitants, était totalement encerclée.

Avec AFP et Reuters

Ethiopie: le Tigré tire de nouveau des roquettes en région voisine Amhara .
Des roquettes tirées par les forces du Tigré, qui affrontent l'armée fédérale éthiopienne, ont à nouveau visé la région voisine d'Amhara quelques heures après que le gouvernement central a affirmé que ses troupes se rapprochaient de Mekele, capitale de la région dissidente. Les autorités du Tigré avaient également reconnu avoir tiré le lendemain des roquettes sur Asmara, capitale de l'Erythrée voisine qui borde toute la frontière nord du Tigré, accusant les autorités érythréennes de laisser les forces d'Addis Abeba utiliser son territoire et l'armée érythréenne de leur prêter main-forte dans des combats au Tigré.

usr: 0
C'est intéressant!