•   
  •   

Monde Paris: Le cortège contre l'article 24 et les violence policières a pris le départ

16:50  28 novembre  2020
16:50  28 novembre  2020 Source:   fr.reuters.com

demandent une enquête sur les violences contre les partisans de Trump lors de la `` Marche du million de MAGA ''

 demandent une enquête sur les violences contre les partisans de Trump lors de la `` Marche du million de MAGA '' Les républicains de la Maison Les républicains de la Maison appellent la présidente du comité de surveillance de la Chambre, Carolyn Maloney, à tenir des auditions pour enquêter sur la violence contre les partisans du président Trump lors de la "Marche du million de MAGA" à Washington, DC © Fourni par Washington Examiner «Nous demandons respectueusement une audience sur la violence dirigée contre les partisans du président Trump le 14 novembre 2020», a écrit à Maloney.

France 24 . Producteur tabassé à Paris : l 'IGPN ouvre une enquête… En cette semaine internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, la pétition d’une Au lieu d'attendre un signe de cet homme pendant peut-être un long moment, la spécialiste lui conseille de prendre les devants.

France 24 . Producteur tabassé à Paris : l 'IGPN ouvre une enquête… Au lieu d'attendre un signe de cet homme pendant peut-être un long moment, la spécialiste lui conseille de prendre les devants. Quatre policiers mis en cause dans les violences contre le producteur de musique à Paris sont

FRANCE-POLICE-MANIFESTATION:Paris: Le cortège contre l'article 24 et les violence policières a pris le départ

PARIS: LE CORTÈGE CONTRE L'ARTICLE 24 ET LES VIOLENCE POLICIÈRES A PRIS LE DÉPART © Reuters/BENOIT TESSIER PARIS: LE CORTÈGE CONTRE L'ARTICLE 24 ET LES VIOLENCE POLICIÈRES A PRIS LE DÉPART

PARIS (Reuters) - Le cortège des manifestants rassemblés samedi place de la Réublique à Paris contre un article controversé de la proposition de loi "sécurité globale" s'est ébranlé pour rallier la place de la Bastille.

Militants d'extrême-gauche, écologistes et anti-racistes, gilets jaunes, étudiants, journalistes ou simples citoyens ont commencé à défiler derrière des pancartes ou l'on peut lire "Qui nous protège de la police?" ou "Etat d'urgence permanent".

Traceurs GPS, caméras cachées en hausse alors que la violence domestique augmente pendant la pandémie

 Traceurs GPS, caméras cachées en hausse alors que la violence domestique augmente pendant la pandémie © Fourni par ABC Health Près d'un tiers des travailleurs de la violence domestique disent voir les lieux des victimes suivis «tout le temps», selon une enquête. (Unsplash: Henry Perks) Les délinquants de violence domestique utilisent de plus en plus des traceurs GPS et des caméras de surveillance pour surveiller leurs victimes, les agents de soutien disant que les abus liés à la technologie ont augmenté pendant la pandémie.

EN COURS DE LECTURE: Monde. Violences policières en France : controverse autour de l ' article … Quatre personnes ont été tuées et des dizaines blessées vendredi dans des affrontements entre manifestants rivaux dans le sud de l'Irak, où le leader chiite Moqtada Sadr avait appelé ses

La commission indépendante voulue par Jean Castex, dont l'instauration a déclenché une levée de boucliers de tous bords au Parlement, ne sera finalement pas chargée de réécrire le controversé article 24 de la proposition de loi "Sécurité globale", a annoncé Matignon à l'AFP vendredi.

L'article 24 interdit de filmer des membres des forces de l'ordre dans l'intention de nuire à leur intégrité "physique ou psychique". Les syndicats de journalistes et les mouvements de défense des droits de l'homme estiment qu'il restreindra la liberté d'expression.

La mobilisation contre cet article a pris un relief nouveau, à Paris comme en régions, après la violente évacuation de migrants sur la même place de la République, et après la violente interpellation d'un producteur de musique noir par des policiers.

Face au tollé suscité par cette dernière affaire, le président de la République Emmanuel Macron a évoqué une agression dont les images "nous font honte".

Le préfet de police de Paris a écrit pour sa part samedi aux policiers pour les appeler à ne pas s'éloigner de la ligne républicaine.

"Dévier de la ligne républicaine qui nous sert de guide, c'est renier ce que nous sommes, c'est ébranler le pacte de confiance qui nous unit à nos concitoyens, c'est perdre le sens de notre mission", a-t-il dit dans un courrier relayé via Twitter. "J'attends (...) de chacun d'entre vous qu'il tienne cette ligne jusqu'au bout."

(Tangi Salaun, avec Gilles Guillaume)

«L’exigence que je place en vous, je me l’impose aussi» : Didier Lallement recadre les policiers .
Dans une lettre adressée aux fonctionnaires placés sous son autorité, le préfet de police de Paris somme ce samedi les agents de police de tenir «la ligne républicaine». L'ONG Reporters sans frontières a, de son côté, annoncé avoir porté plainte contre Didier Lallement pour des «violences injustifiées» lundi contre des journalistes. Se sent-il mis en cause au terme d’une semaine ponctuée de révélations et vidéos de violences policières, en plein débat sur la très contestée loi «sécurité globale» ? Alors que le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est depuis quelques jours sous le feu des critiques au sein même de la majorité, le préfet de police de Paris, Did

usr: 0
C'est intéressant!