•   
  •   

Monde Brexit : retour sur quatre ans d'incertitude à la frontière nord-irlandaise dans la ville portuaire de Warrenpoint

15:30  21 décembre  2020
15:30  21 décembre  2020 Source:   msn.com

C’est l’histoire d’un Brexit lancé sur un coup de tête...

  C’est l’histoire d’un Brexit lancé sur un coup de tête... Il aura suffi d’une promesse en l’air de David Cameron pour allumer la mèche eurosceptique au Royaume-Uni, en 2015. Cinq ans plus tard, tout est cassé mais rien n’est joué. Dimanche, faute d’accord sur les futures relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, les négociateurs ont convenu de se laisser encore un peu de temps… Mais tout doit être bouclé avant le 31 décembre 2020. Cela ressemble à la vieille blague de l’arroseur arrosé. Janvier 2013 : le Premier ministre conservateur David Cameron voit d’un sale œil la montée en puissance du parti Ukip.

Dans quelques jours, le Royaume-Uni aura quitté marché unique européen et union douanière. Sans trop savoir ce qui l'attend, la ville nord-irlandaise de Warrenpoint a passé les quatre dernières années ballottée au rythme des cahots du divorce avec l'Union européenne.

Warrenpoint (Royaume-Uni)

Ville portuaire vivant dans le bourdonnement des ferries, Warrenpoint se trouve à la frontière avec la République d'Irlande. Elle a été le théâtre de l'attaque la plus meurtrière - 18 morts - contre les troupes britanniques pendant les trois décennies de "troubles" dans la province. "A Warrenpoint, nous sommes malheureusement pile au milieu d'une pléthore de problèmes, anciens et nouveaux, autour du Brexit", explique le patron de la Chambre de commerce de la ville, Mark Kelly. Co-propriétaire d'une entreprise de commerce de gros dont 70% de la marchandise provient de l'Union européenne, il appréhende la fin de la période de transition, qui court jusqu'au 31 décembre. "Il faut juste qu'on fasse au mieux", explique-t-il à l'AFP.

Post-Brexit : voyages, études, prix des produits... Ce qui va changer dans votre quotidien en 2021

  Post-Brexit : voyages, études, prix des produits... Ce qui va changer dans votre quotidien en 2021 La période de transition entre le Royaume-Uni et l'Union européenne prend fin d'ici quelques jours. Cela signifie quelques changements importants pour les Français. © Fournis par Franceinfo Au 1er janvier, les choses changent." Comme le rappelle le gouvernement français sur son site dédié au Brexit, la fin de la période de transition qui a suivi la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE) va avoir des conséquences sur le quotidien des Français, ainsi que sur celui des Britanniques installés dans l'Hexagone.

Après le référendum de juin 2016 où les Britanniques ont décidé à 52% de quitter l'Union européenne, les discussions entre Londres et Bruxelles ont immédiatement buté sur l'épineuse question de la frontière irlandaise, qui coupe en deux l'estuaire de Warrenpoint. La frontière de 500 kilomètres qui sépare la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, membre de l'Union européenne, s'est largement estompée depuis que les violences entre républicains essentiellement catholiques et loyalistes, surtout protestants ont cessé avec l'accord de paix conclu en 1998. Les trois décennies des "troubles" ont fait plus de 3 500 morts.

La frontière représentait un point de friction, et le retour d'éventuelles infrastructures à cause du Brexit fait craindre que ne vacille une paix précaire. A Warrenpoint le 27 août 1979, 18 soldats britanniques ont été tués par deux bombes de l'IRA, groupe paramilitaire opposé à la présence britannique en Irlande. Aux confins de la ville, l'endroit porte des couronnes de coquelicots soignées. "L'Irlande du Nord a été au cœur de la tempête du Brexit depuis le tout début", explique Jane Morrice, ancienne représentante de la Commission européenne en Irlande du Nord. Selon cette architecte de l'accord de paix, "la plupart des gens en Grande-Bretagne n'a pas compris l'impact qu'aurait la frontière dans ces discussions".

Brexit : les entreprises du Royaume-Uni face à "une pagaille totale"

  Brexit : les entreprises du Royaume-Uni face à Incertitudes, paperasse, horaires à rallonge Les entreprises du Royaume-Uni s'affolent à l'approche de la fin de la période de transition post-Brexit. "Accord ou pas, il est impossible d'avoir une frontière qui fonctionne bien le 1er janvier pour le transport routier. Le Royaume-Uni est en retard, les entreprises européennes sont tout sauf prêtes", prévenait dernièrement Duncan Buchanan, un responsable de l'association sectorielle RoadPour Terry Goodwin, les préparatifs pour le jour J, qui marquera la sortie du Royaume-Uni du marché unique européen après un an de période de transition, ont un goût amer puisque sa société, Conference Haul International, peine à se remettre du choc de la pandémie.

Se préparer, mais à quoi ?

Royaume-Uni et Union européenne ont fini par trouver un accord pour éviter le retour à une frontière physique en alignant l'Irlande du Nord sur les règles du marché unique européen et de l'union douanière. Néanmoins à Warrenpoint, les changements s'annoncent spectaculaires. Le port, le deuxième en termes d'activité dans la région, deviendra de fait une frontière entre le Royaume-Uni et l'Union européenne puisque les contrôles s'y dérouleront.

Depuis le bureau du centre-ville de l'entreprise de transport de fret Trans Europe Express, résonne le grondement de camions chargés de conteneurs. Un grondement qui pourrait s'estomper à partir du 1er janvier, craint le commercial Ryan McGovern. "Mon père a fondé l'entreprise en 1990 et l'une de ses principales motivations était la disparition des contrôles douaniers", explique-t-il. Malheureusement maintenant avec le Brexit, on assiste à un retour de ces contrôles." Bien que le "protocole nord-irlandais" encadrant le régime prévu pour la province ait été conclu en octobre 2019, l'année 2020 n'a apporté que peu de clarifications quant à son fonctionnement.

Un Royaume-Uni divisé quitte l'orbite de l'UE, se dirige vers le Brexit inconnu

 Un Royaume-Uni divisé quitte l'orbite de l'UE, se dirige vers le Brexit inconnu Par Guy Faulconbridge © Reuters / HANNAH MCKAY FILE PHOTO: Le chapeau du manifestant anti-Brexit Steve Bray est photographié devant les portes de Downing Street à Londres LONDRES (Reuters) - Le Royaume-Uni sort jeudi de l'orbite de l'Union européenne, tournant le dos à une liaison tumultueuse de 48 ans avec le projet européen d'un avenir incertain du Brexit qui façonnera la fortune de son peuple pour les générations à venir.

Mais début décembre, Bruxelles et Londres ont conclu un accord pour gérer ces dispositions, espérant adoucir la fin de la période de transition. Celui-ci accorde aux importateurs de produits alimentaires une période de grâce de trois mois avant que les contrôles sur l'agroalimentaire ne soient exigés et élimine presque entièrement la perspective de droits de douane sur les produits destinés au marché nord-irlandais. L'accord apporte un peu de certitudes pour l'avenir en Irlande du Nord. Mais à Warrenpoint, las après quatre ans de bricolage, les chefs d'entreprises se sentent toujours mal préparés pour le 1er janvier. "Pour l'instant, le conseil que j'ai reçu de la part du ministre des Entreprises c'est 'préparez-vous'", souffle le comptable Adrian Markey. "Mais il n'y a pas vraiment de précisions. A quoi est-ce qu'on se prépare ?"

A lire aussi :

En travaux, Big Ben va résonner de nouveau pour le Nouvel an... et le Brexit

Brexit : les biens culturels volés s'invitent dans les discussions entre l'Union européenne et le Royaume-Uni

Brexit : un petit village bavarois devient le centre géographique de l'Union européenne

Brexit : no deal ou pas, aux douanes, ce sera file verte ou orange ! .
Un accord sur les discussions post-Brexit reste incertain. Mais no deal ou pas, les formalités de passage de la frontière entre la France et le Royaume-Uni seront identiques et matérialisées par un code-barre. Il rendra son verdict pendant que les camions traverseront la Manche : file verte, ou file orange si des contrôles sont nécessaires. Le Royaume-Uni entretien le suspense sur le front des discussions post-Brexit. Si l'UE se reprend à croire aux chances d'un accord, à l'image des récents propos de Michel Barnier ou d'Ursula von der Leyen, Londres a toutefois averti jeudi qu'un no deal avec l'Union européenne restait le scénario "le plus probable".

usr: 1
C'est intéressant!