•   
  •   

Monde Tunisie : Les « frustrations » de la jeunesse la poussent à nouveau dans la rue

23:18  21 janvier  2021
23:18  21 janvier  2021 Source:   20minutes.fr

Dans les archives de Match - Dans Tunis insurgée, le 14 janvier 2011

  Dans les archives de Match - Dans Tunis insurgée, le 14 janvier 2011 Il y a dix ans, les Tunisiens renversaient Ben Ali Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match. © Christophe Ena/AP/SIPA La Tunisie célèbre, ce jeudi, le dixième anniversaire de sa Révolution du jasmin. Le 14 janvier 2011, Zine el Abidine Ben Ali, président autocrate, prenait la fuite sous la pression populaire, ses 23 ans de règne balayés en moins d’un mois.

On est bien loin des scènes de liesse d'il y a sept ans dans les rues de Tunisie . Tout un peuple chavirait alors de bonheur et applaudissait la chute du président Ben Ali. Des manifestants tunisiens face à face avec les forces de l 'ordre à Tunis, le 12 janvier 2018. REUTERS/Zoubeir Souissi.

De l ’Egypte à la Libye et de la Tunisie à la Syrie, la tragique illusion a en effet été payée au prix fort, celui du sang. Ce furent en effet des revendications bourgeoises et citadines qui mirent les foules dans la rue . Les premiers acteurs de la révolution tunisienne furent en effet ceux qui avaient le plus

La classe politique semble impuissante face à une crise économique ancienne, et aggravée par la crise sanitaire

Lors de la manifestation du 20 janvier, à Tunis. © FETHI BELAID / AFP Lors de la manifestation du 20 janvier, à Tunis. CRISE - La classe politique semble impuissante face à une crise économique ancienne, et aggravée par la crise sanitaire

La jeunesse tunisienne est à nouveau dans la rue. Les dix ans cette semaine de la chute du régime dictatorial de Ben Ali ne sont pas un hasard, et la foule ne vient clairement pas célébrer. La police et l'armée non plus : près d’un millier de personnes ont été arrêtées d’après la Ligue tunisienne pour les droits de l’homme, qui déplore aussi des abus. La police reconnaît officiellement 600 arrestations. En cause ? « Comme d’habitude », pourrait-on dire, la situation économique critique du pays et la marginalisation de sa jeunesse.

Tunisie: «Nous sommes dans une période d’apprentissage de la démocratie»

  Tunisie: «Nous sommes dans une période d’apprentissage de la démocratie» 14 janvier 2011, 14 janvier 2021. Voilà dix ans que la Tunisie mettait un terme à l’ère Ben Ali. Une décennie plus tard, où en est ce petit pays du Maghreb, précurseur des printemps arabes ? Eléments de réponse avec Sophie Bessis, historienne, spécialiste de l'Afrique subsaharienne et du Maghreb. RFI : Quel bilan peut-on tirer de la révolution tunisienne, dix ans après ? Sophie Bessis : Il faudrait des pages et des pages pour tirer un bilan de ce qui s’est passé en décembre 2010 et janvier 2011. La façon dont je pourrais résumer cela est que les Tunisiennes et les Tunisiens ont d’abord chasser un dictateur, mis à bas un régime autoritaire.

Nous voulons permettre à la jeunesse tunisienne de réussir en Tunisie », a souligné le président français, en annonçant la création d'un «Vous n'avez pas une démocratie qui naît à une heure de la France tous les ans. Nous sommes une démocratie véritable, avec une liberté de presse, une liberté

La révolution de la jeunesse tunisienne en 2011 est l’un de ces moments. Lasse de subir une répression infâme, la jeunesse tunisienne s’est Un nouveau cadre légal garantissant la liberté d’association a permis à de nouvelles associa- tions de voir le jour. Ces dernières ont apporté une

Deux phénomènes qui n’ont rien de nouveau. Ils préexistaient à la révolution du Jasmin d’il y a dix ans. Ils en ont été l’un des moteurs même. « La crise économique est liée au modèle de développement choisi pendant les années Ben Ali, rappelle à 20 Minutes Aude-Annabelle Canesse, conseillère en politiques publiques auprès d’organisations internationales, et spécialiste de la Tunisie. Un modèle basé sur l’export, qui souffre quand les temps sont durs et que les pays riches n’importent plus, et sur un tourisme de masse qui n’apporte aucune retombée aux populations locales. C’est l’effet des formules 'all inclusive'. »

Un système éducatif inadapté

« Ces choix économiques ont été faits de manière autoritaire et sans rapport avec la situation réelle du pays », juge Kmar Bendana, enseignante à l’université de la Manouba, en banlieue de Tunis. La révolution de 2011, si elle a apporté des institutions démocratiques au pays – ce qui n’est pas une petite avancée – n’a pas su s’attaquer aux grandes réformes de structure dont le pays à besoin. Résultat, le chômage est galopant. Y compris chez les jeunes. Y compris chez les jeunes diplômés.

Sous confinement, la Tunisie fête les dix ans de sa révolution

  Sous confinement, la Tunisie fête les dix ans de sa révolution Sous confinement, la Tunisie fête les dix ans de sa révolution« Normalement, on aurait manifesté sur l'avenue pour demander plus de justice sociale, car les gouvernements qui se succèdent depuis 2011 n'ont toujours pas pris en compte cette demande », explique Alaa Talbi, président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, une ONG. « Mais ce 14 janvier, je reste chez moi pour la première fois depuis dix ans, car la crise sanitaire est grave », estime-t-il.

Jeunesse = optimisme, lâche l’ado, âgé de 17 ans. Qui a deux frères, dont «enn andan. La rue , c’est un peu l’endroit où l’on évacue ses frustrations , où l’on passe du stade d’enfant à «zom». L’étau se resserre autour d’Ivan Collendavelloo, qui avait poussé pour la nomination de Christelle

Chants de l 'Emmanuel - Продолжительность: 20:48 Emmanuel Music 143 999 просмотров. Messe célébrée par le Pape François et Canonisation de François et Jacinthe - Продолжительность: 3:15:51 KTOTV 106 822 просмотра.

« Je suis bien placée pour dire en tant qu’enseignante que la réforme de l’éducation dont la jeunesse a besoin n’a pas été faite. Le système éducatif est inadapté », confie sans fausse pudeur Kmar Bendana à 20 Minutes. Au-delà des très nombreux non-diplômés qui quittent le système éducatif local chaque année, l’universitaire constate qu’« on forme de bons médecins, de bons informaticiens, c’est utile. Mais ça n’est pas suffisant pour l’équilibre d’une société. Les sciences humaines et sociales sont délaissées, on ne forme pas à l’esprit critique, on ne forme pas de bons citoyens. »

La crise sanitaire balaye une jeunesse précarisée

Aude-Annabelle Canesse évoque l’acronyme anglais « Neet » (Not in Education, Employment or Training) pour parler de ces jeunes : « Ni à l’école, ni en emploi, ni en formation ». La précarité de la jeunesse avait déjà été illustrée par le suicide, en décembre 2010, de Mohamed Bouazizi, jeune vendeur de fruits de 26 ans, point de départ de la révolution de Jasmin. Et au temps du coronavirus et des contraintes sanitaires, les petits boulots au jour le jour ne permettent plus de s’offrir que la plus maigre protection. « En tant qu’enseignante je suis au contact de jeunes qui ont à peine de quoi louer un appartement, pas de bourses. Pas d’aide pour les étudiants », décrit Kmar Bendana.

Une nuit d’émeutes en Tunisie malgré le confinement

  Une nuit d’émeutes en Tunisie malgré le confinement Des dizaines de jeunes ont été arrêtés après des troubles nocturnes à Tunis et dans d’autres villes du pays malgré un confinement général pour lutter le nouveau coronavirus. Dix ans après le printemps arabe et la chute de Ben Ali, l’instabilité politique et la crise socio-économique demeurent. Ces troubles, dont les motifs exacts ne sont pas connus dans l’immédiat, interviennent dans un contexte d’instabilité politique et de problèmes socio-économiques en Tunisie, dix ans après la chute du président Zine El Abidine Ben Ali sous la pression d’un soulèvement populaire.

Gendarmes du var, gardiens des joyaux de la côte d'Azur - Продолжительность: 1:12:51 imineo Recommended for you. En Écosse, un enfant se souvient de sa vie antérieure : retour sur les lieux - Продолжительность: 48:13 bouddhismeaufeminin Recommended for you.

Lors d’une conférence de presse samedi, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a appelé la junte à libérer les prisonniers, à mettre fin à la censure et à «agir immédiatement pour rendre le Le PM: «En tant que dirigeants, nous devons être attentifs aux frustrations des citoyens dans la rue .

Il faut ajouter à cela le fait que, comme partout, les restrictions sanitaires ont réduit à la portion congrue la possibilité même de se changer les idées. « Le sentiment de frustration c’est ce qui revient le plus souvent dans mes entretiens, explique Aude-Annabelle Canesse. Il y a de la frustration sur tout. La Tunisie est un pays où le contrôle social, familial, est très fort. Alors si en plus vous ne pouvez plus sortir de chez vous… »

Si cette dernière ne veut pas accabler la révolution, force est de constater que le paysage politique qui en est issu n’a rien pu faire face à ces problèmes structurels. « La révolution a créé une sorte de petite bouffée d’espoir, se souvient Kmar Bendana. Mais la gestion politique et économique n’a pas été à la hauteur : entre l’instabilité et la bagarre pour les places, personne ne s’est occupé des réformes de fond. » Mais elle veut voir dans les manifestations de ces derniers jours un espoir : « Tant que la société bouge ça va, c’est quand ça ne bougera pas que ça sera vraiment inquiétant », juge l’universitaire.

Tunisie: le FMI exhorte à contrôler le déficit alors même que les manifestants réclament des emplois .
Le Fonds monétaire international (FMI) a averti que le déficit budgétaire de la Tunisie pourrait dépasser 9% du produit intérieur brut (PIB) et a exhorté le pays à contrôler les subventions énergétiques, les transferts aux entreprises publiques et les salaires, alors même que les manifestants exigent des emplois et un développement économique. © Tunisie s'attend à une croissance du PIB de 3,8% cette année contre une contraction record de 8,2% ...

usr: 0
C'est intéressant!