•   
  •   

Monde Centrafrique: trois nouveaux juges internationaux nommés à la Cour pénale spéciale

07:15  24 janvier  2021
07:15  24 janvier  2021 Source:   rfi.fr

Centrafrique : à Bouar, des habitants réfugiés dans les églises "vivent dans la peur" des rebelles

  Centrafrique : à Bouar, des habitants réfugiés dans les églises Des groupes armés à l’offensive contre le président Faustin-Archange Touadéra ont attaqué la ville de Bouar, dans le nord-ouest de la Centrafrique, les 7 et 9 janvier. Depuis, plus de 5 000 habitants ont trouvé refuge dans l’ancienne cathédrale pour échapper au rebelles. Malgré le retour au calme, la ville reste paralysée et la situation humanitaire se dégrade, selon l’évêque qui accueille les habitants. Des couvertures et des matelas tapissent le sol de l’ancienne cathédrale de Bouar, où des femmes et des enfants, majoritairement, se sont rassemblés.

En République démocratique du Congo (RDC), trois nouveaux juges de la Cour constitutionnelle ont été officiellement nommés par ordonnance présidentielle. C'est par cette procédure, selon la Constitution, que trois juges auraient dû être désignés comme sortants cette année.

Trois magistrats internationaux , une Française, un Burkinabé et un Canadien, ont d'ailleurs déjà été nommés et sont attendus à Bangui dans la deuxième Quoi qu'il en soit, cette journée de vendredi marque solennellement le début des travaux de la Cour pénale spéciale puisque le procureur

Le magistrat de la Cour pénale spéciale (CPS) Michel Landry Louanga, président de l'institution (image d'illustration). © Gaël Grilhot/RFI Le magistrat de la Cour pénale spéciale (CPS) Michel Landry Louanga, président de l'institution (image d'illustration).

Les décrets présidentiels ont été signés en fin de semaine pour la nomination de trois nouveaux juges internationaux pour la Cour pénale spéciale en Centrafrique. C’est une étape cruciale vers la tenue des premiers procès promis cette année. Créé en 2015 et en activité depuis 2018, ce tribunal mixte, employant des magistrats centrafricains et étrangers doit juger les crimes graves commis depuis 2003 dans le pays.

Avec notre envoyée spéciale à Bangui, Florence Morice

Le nombre de réfugiés fuyant la Centrafrique a doublé en une semaine à 60.000 (ONU)

  Le nombre de réfugiés fuyant la Centrafrique a doublé en une semaine à 60.000 (ONU) Le nombre de personnes ayant fui les violences en Centrafrique depuis décembre "a doublé en une semaine" pour atteindre désormais 60.000 personnes, a indiqué vendredi le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) à Genève. La très grande majorité des réfugiés s'est rendu en RDC, où leur nombre s'élève désormais à 50.000 personnes. En un mois, 9.000 personnes venues de Centrafrique ont aussi trouvé refuge au Congo, au Tchad et au Cameroun.Quelque 58.000 sont des déplacés en Centrafrique même, selon la commission des mouvements de population, a précisé le porte-parole.

Face à l ’insécurité croissante causée par les groupes armés, le gouvernement centrafricain a décrété l’état d’urgence. Les évènements des dernières semaines mettent en exergue les limites de l’approche adoptée par la communauté internationale pour ramener la paix en RCA.

Une Cour spéciale (CPS), dont les premières inculpations ne devraient pas sortir avant plusieurs mois En tout état de cause, il faudra que les partenaires de la Centrafrique financent la totalité de la Après trois ans d’exil au Kenya, le fils de Bozizé, s’est rendu début août 2016 à la Mission des

Les trois nouveaux juges internationaux de la Cour spéciale sont originaires de Belgique, du Burkina Faso et de Madagascar. Leur nomination était très attendue. En octobre dernier encore, lors de l’inauguration du bâtiment de la Cour, son président Landry Michel Louanga avait déploré les difficultés rencontrées pour ces recrutements.

Il évoquait notamment le manque d’« engouement » des pays partenaires pour mettre à sa disposition des juges. Or la CPS étant une cour hybride, toutes ses instances doivent être composées de magistrats centrafricains et étrangers, sous peine d’être bloquées.

Désormais, et c’est une étape importante, plus rien ne devrait faire obstacle à la mise sur pied de la cour d’assises, dont les autorités ont promis qu’elle tiendrait cette année ses premiers procès, sans dire qui serait jugé ni à quelle échéance.

Centrafrique: le général Perrin rappelle l’engagement de la France dans le pays

  Centrafrique: le général Perrin rappelle l’engagement de la France dans le pays Le général Jean-Pierre Perrin, commandant des forces françaises au Gabon, est arrivé en Centrafrique mercredi. Il a rencontré notamment le président Faustin-Archange Touadéra et Michaël Moussa Adamo, le ministre de la Défense. Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset Le général Jean-Pierre Perrin s’est adressé à la presse ce vendredi 15 janvier, condamnant sans équivoque l’entreprise des groupes armés, « de l’aventure militaire » de François Bozizé, qui n’a « aucun avenir ».Il a rappelé que la Centrafrique est engagée dans un processus électoral soutenu par les différents partenaires dont la France.

En Centrafrique , le nouveau régime Touadéra est en place depuis six mois, mais les violences ont repris dans le pays. Or les crimes restent souvent impunis, à Mais l'un des plus grands chantiers de la Centrafrique en la matière est sans doute la mise en place de la Cour pénale spéciale , chargée

Les reporters de France 24 James André et Anthony Fouchard sont allés à la rencontre d'un des plus puissants groupes armés du pays, dans la capitale de leur État parallèle. La République centrafricaine n’a quasiment jamais connu la paix.

Depuis l’audience inaugurale de la CPS en 2018, dix dossiers ont fait l’objet d’une saisine par le juge d’instruction. Et une quinzaine de personnes sont officiellement en détention à la prison de Ngaragba et son annexe du camp de roux.

Mais la cour refuse de divulguer leur identité. Ce choix est régulièrement critiqué, notamment par l’ONG Amnesty International. La cour le justifie par l’insécurité régnant dans le pays, dont les 2/3 sont sous le contrôle de groupes armés.

Région des Grands Lacs: la Centrafrique au menu d’un sommet de chefs d’État en Angola .
L’Angola accueille ce vendredi un sommet de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) qui regroupent les chefs d’État de la région. Le président tchadien Idriss Déby est également convié. Principaux points à l’ordre du jour : la situation sécuritaire en Centrafrique, toujours en proie à une rébellion au lendemain de la réélection de Faustin-Archange Touadéra. Avec notre envoyée spéciale à Bangui, Florence Morice ParmiAvec notre envoyée spéciale à Bangui, Florence Morice

usr: 0
C'est intéressant!