•   
  •   

Monde Tunisie: les manifestations se poursuivent contre les brutalités policières, la corruption

07:05  24 janvier  2021
07:05  24 janvier  2021 Source:   aljazeera.com

L’Afrique des musées: Le musée national du Bardo en Tunisie

  L’Afrique des musées: Le musée national du Bardo en Tunisie Le musée national du Bardo à Tunis, en Tunisie, est considéré comme l’un des plus grands musées sur le continent africain et l’un des plus beaux du monde. Dix ans après la révolution tunisienne du 14 janvier 2011, cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015 au Bardo et un an après le début de la pandémie du Covid-19, quels sont aujourd’hui les enjeux du musée ? Entretien avec Fatma Naït Yghil, historienne, archéologue, spécialiste de l’époque romaine, et directrice du musée national du Bardo. RFI : Quel est le côté unique du musée national du Bardo ? Fatma Naït Yghil : Il est unique par sa riche collection de mosaïques.

Les manifestations ont commencé de manière sporadique le 4 janvier et se sont rapidement étendues à plusieurs villes à travers la Tunisie , à la suite Les manifestations se sont atténuées depuis le 15 janvier. Le colonel Khelifa Chibani, porte-parole du ministère de l'Intérieur, a déclaré le 13 janvier que

Le Collectif justice pour Hadama poursuit le combat sur le terrain des VIOLENCES policières Plus de 90 000 personnes étaient place de la République, les Leglobe777 Lanceur d’alerte, reportage , droits de l’Homme, milite contre la justice à deux vitesses, contre la désinformation , contre la corruption

Des centaines de personnes ont défilé samedi dans la capitale tunisienne pour protester contre la répression policière, la corruption et la pauvreté, à la suite de plusieurs nuits de troubles marquées par des affrontements et des arrestations.

a group of people holding a sign: A Tunisian protester lifts a national flag during an anti-government demonstration in the capital Tunis, on January 23, 2021 [Fethi Belaid/AFP] © Un manifestant tunisien lève un drapeau national lors d'une manifestation anti-gouvernementale dans la capitale Tu ... Un manifestant tunisien lève un drapeau national lors d'une manifestation anti-gouvernementale dans la capitale Tunis, le 23 janvier 2021 [Fethi Belaid / AFP]

Les manifestants à Tunis ont scandé «Plus de peur, les rues appartiennent au peuple» et «le peuple veut la chute du régime» - un slogan popularisé lors du printemps arabe il y a dix ans. Ils ont également brandi des banderoles appelant à la libération de centaines de manifestants détenus depuis le 14 janvier.

Confinée, la Tunisie célèbre le 10e anniversaire de sa révolution

  Confinée, la Tunisie célèbre le 10e anniversaire de sa révolution Quelques émissions spéciales mais pas de drapeaux ni de manifestations: le 10e anniversaire de la chute de Zine el Abidine Ben Ali en Tunisie sera marqué par des rues vides en raison d'un confinement suite à l'aggravation de la pandémie."Normalement, on aurait manifesté sur l'avenue pour demander plus de justice sociale, car les gouvernements qui se succèdent depuis 2011 n'ont toujours pas pris en compte cette demande", explique Alaa Talbi, président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, une ONG.

Dans la presse de ce mardi 9 juin 2020, toujours, l’onde de choc après la mort de George Floyd, dont les funérailles ont lieu aujourd’hui à Houston.

Des manifestations contre la brutalité policière se sont intensifiées au cours de la semaine, multipliant les demandes de réformes. Des gens brandissent des banderoles alors qu'ils manifestent dans la rue pour protester contre les brutalités policières à Lagos, au Nigeria, le jeudi 15 octobre

Selon la police, plus de 700 personnes ont été arrêtées à la suite des affrontements de la semaine dernière, au cours desquels des jeunes ont lancé des pierres et des bombes à essence sur les forces de sécurité, qui gaz lacrymogène et canon à eau.

Des groupes de défense des droits humains affirment qu'au moins 1 000 personnes ont été arrêtées.

«On ne peut pas accepter un état policier en Tunisie 10 ans après la révolution… c'est honteux», a déclaré Mahmoud, un jeune employé de café qui n'a pas donné son nom de famille.

Une grande partie des troubles a eu lieu dans des zones privées de leurs droits et marginalisées, où la colère bouillonne face à la flambée du chômage et une classe politique accusée d'avoir échoué à assurer la bonne gouvernance, une décennie après la révolution de 2011 qui a renversé le président de longue date Zine El Abidine Ben Ali .

Une nuit d’émeutes en Tunisie malgré le confinement

  Une nuit d’émeutes en Tunisie malgré le confinement Des dizaines de jeunes ont été arrêtés après des troubles nocturnes à Tunis et dans d’autres villes du pays malgré un confinement général pour lutter le nouveau coronavirus. Dix ans après le printemps arabe et la chute de Ben Ali, l’instabilité politique et la crise socio-économique demeurent. Ces troubles, dont les motifs exacts ne sont pas connus dans l’immédiat, interviennent dans un contexte d’instabilité politique et de problèmes socio-économiques en Tunisie, dix ans après la chute du président Zine El Abidine Ben Ali sous la pression d’un soulèvement populaire.

Les manifestations se propagent à tout le pays.

Manifestation à Halifax contre le racisme et la brutalité policière - Продолжительность: 2:21 ICI Acadie 13 531 просмотр. Pressions policières sur une conférence de la Ligue des Droits de l'Homme - Продолжительность: 6:09 La mule du pape 33 009 просмотров.

Bien que les jeunes qui se heurtent à la police anti-émeute après la tombée de la nuit dans les quartiers pauvres des villes tunisiennes ont exprimé peu d'objectifs politiques clairs, les manifestations de jour se sont concentrées sur le manque d'emplois et sur la réponse de la police aux manifestations.

«La situation est catastrophique», a déclaré Omar Jawadi, 33 ans, directeur des ventes hôtelières, qui n'a reçu que la moitié de son salaire pendant des mois au milieu de la pandémie de coronavirus.

"Les politiciens sont corrompus, nous voulons changer le gouvernement et le système." Les manifestations de samedi

sont survenues alors que la Tunisie luttait pour endiguer la nouvelle pandémie de coronavirus, qui a paralysé l'économie et menacé de submerger les hôpitaux. Plus de 6000 personnes sont mortes du COVID-19 en Tunisie, avec un record de 103 décès signalés jeudi.

Tunisie. Troisième nuit d’émeutes, 600 arrestations, l’armée appelée en renfort

  Tunisie. Troisième nuit d’émeutes, 600 arrestations, l’armée appelée en renfort De nombreuses villes de Tunisie ont été le théâtre de manifestations et d’émeutes pour la troisième nuit consécutive, dans un contexte d’instabilité politique et de dégradation de la situation sociale dans un pays touché par le Covid-19. Plus de 600 personnes ont été arrêtées après une troisième nuit d’émeutes dans de nombreuses villes de Tunisie, a indiqué le ministère de l’Intérieur ce lundi 18 janvier 2021.Des troubles ont éclaté au lendemain du dixième anniversaire de la chute du président Zine El Abidine Ben Ali et de son régime policier, le 14 janvier 2011.

Comme dans plusieurs villes de France, ce samedi 6 juin, une manifestation était organisée à Avignon contre les violences policières . Bras levé, environ 500

La fin de la manifestation , mardi soir, a été émaillée d'incidents sporadiques: jets de projectiles, tirs de gaz lacrymogènes, incendies, manifestants sur

Le gouvernement a prolongé samedi un couvre-feu nocturne de 20 h 00 à 5 h 00 (19 h 00 à 4 h 00 GMT) et interdit les rassemblements jusqu'au 14 février.

À partir de lundi, le gouvernement interdit également les déplacements entre les régions et ordonne à toutes les personnes de plus de 65 ans de rester à la maison dans le cadre des mesures antivirus plus strictes annoncées samedi par le porte-parole du ministère tunisien de la Santé, Nissaf Ben Alaya Ben Alaya.

Les restaurants et bars resteront fermés sauf pour les plats à emporter. Les écoles et universités peuvent reprendre les études lundi mais de nombreuses classes seront transférées en ligne. Ben Alaya a menacé de «mesures drastiques» contre les contrevenants, affirmant que le pays était «à un moment critique» dans sa bataille contre le COVID-19.

Dans la capitale, la police a placé des barricades le long de l'avenue Habib Bourguiba, la majestueuse artère bordée d'arbres allant de la mer jusqu'à la vieille ville de Tunis, dans le but d'arrêter le rassemblement des manifestants. Les manifestants du

se sont plutôt rassemblés devant le bâtiment de la banque centrale et ont défilé dans la ville, avec des policiers en civil se déplaçant de chaque côté avec des radios bidirectionnelles.

Bien que les manifestants aient par la suite réussi à atteindre Habib Bourguiba, un point focal symbolique du soulèvement de 2011, la tentative de fermer l'avenue a souligné le malaise du gouvernement face à l'élan des manifestations. La manifestation avait été autorisée pendant deux heures et la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les foules lorsque les deux heures étaient écoulées.

Tunisie a marqué la semaine dernière une décennie depuis que Ben Ali a fui le pays au milieu de manifestations de masse, mettant fin à 23 ans au pouvoir. Le leadership politique de

Tunisie est divisé, le Premier ministre Hichem Mechichi attendant que le parlement confirme un important remaniement ministériel annoncé samedi dernier.

Tunisie: le FMI exhorte à contrôler le déficit alors même que les manifestants réclament des emplois .
Le Fonds monétaire international (FMI) a averti que le déficit budgétaire de la Tunisie pourrait dépasser 9% du produit intérieur brut (PIB) et a exhorté le pays à contrôler les subventions énergétiques, les transferts aux entreprises publiques et les salaires, alors même que les manifestants exigent des emplois et un développement économique. © Tunisie s'attend à une croissance du PIB de 3,8% cette année contre une contraction record de 8,2% ...

usr: 0
C'est intéressant!