•   
  •   

Monde L’Équateur suspend le recomptage des voix du premier tour de la présidentielle

19:05  17 février  2021
19:05  17 février  2021 Source:   france24.com

Présidentielles en Équateur: les électeurs se protègent pour éviter les contaminations

  Présidentielles en Équateur: les électeurs se protègent pour éviter les contaminations En Équateur, ce dimanche 7 février est jour de vote pour 13 millions d’électeurs appelés à choisir leur président et leur députés malgré la pandémie. On redouble de précautions dans les bureaux de vote pour éviter les contaminations. Reportage à la sortie d'un bureau du centre de Quito, la capitale. Avec notre envoyé spécial à Quito, Raphael Moran « J’ai mis une combinaison sanitaire, deux masques, une visière et j’ai ma bouteille de désinfectant. » Dans ce bureau de vote de Quito, il n’est pas rare de voir des électeurs qui viennent voter en combinaison intégrale comme Lilian, cette retraitée.

Le candidat à la présidentielle Yaku Pérez, lors d'une manifestation devant le Conseil national électoral de l'Équateur, à Quito, le 12 février 2021. © Cristina Vega Rhor, AFP Le candidat à la présidentielle Yaku Pérez, lors d'une manifestation devant le Conseil national électoral de l'Équateur, à Quito, le 12 février 2021.

Le Conseil national électoral en Équateur a mis en suspens, mardi soir, le recomptage des votes du premier tour de l'élection présidentielle réclamé par le candidat indigène Yaku Perez. Ce dernier, écarté du deuxième tour, se dit victime de fraude électorale.

Une suspension qui sème la confusion. Alors qu’il devait commencer le recomptage des votes du premier tour de l’élection présidentielle, le Conseil national électoral équatorien a suspendu sa démarche, mardi 16 février. Le recomptage avait été réclamé par le candidat indigène Yaku Perez, écarté du deuxième tour et se disant victime de fraude électorale. Le candidat de la droite Guillermo Lasso s’est également associé à la demande.

Equateur: Arauz en tête du premier tour de la présidentielle

  Equateur: Arauz en tête du premier tour de la présidentielle Equateur: Arauz en tête du premier tour de la présidentielle © Reuters/SANTIAGO ARCOS EQUATEUR: ARAUZ EN TÊTE DU PREMIER TOUR DE LA PRÉSIDENTIELLE par Alexandra Valencia et Brian Ellsworth QUITO (Reuters) - L'économiste Andres Arauz a remporté dimanche le premier tour de l'élection présidentielle équatorienne, rapprochant le pays d'Amérique latine du socialisme après des années de mesures d'austérité que la crise sanitaire du coronavirus a rendu plus douloureuses.

Réunis en session plénière, les cinq membres du CNE n'ont pu se mettre d'accord pour confirmer la tenue de ce recomptage. Cela à cause de deux voix pour, deux contre et une abstention

Résultat : le CNE "n'a malheureusement donné aucune réponse à la demande ni approuvé ou rejeté le rapport technique présenté", a déclaré sa présidente Diana Atamaint. L'un des membres ayant voté contre, le conseil a déclaré qu'il fallait d'abord "proclamer les résultats" du premier tour avant tout recours.

Le recomptage devait commencer mardi 16 février, avait indiqué sa présidente Diana Atamaint lors d'une conférence de presse à Quito, où elle avait annoncé que le CNE allait recompter quelque six millions de votes, soit 45 % des suffrages exprimés lors du premier tour du 7 février.

GOP remporte la dernière course à la Chambre de 2020 après que le démocrate ait concédé

 GOP remporte la dernière course à la Chambre de 2020 après que le démocrate ait concédé Le cycle électoral de 2020 est enfin terminé. © Fourni par POLITICO Anthony Brindisi est photographié le mardi 6 novembre 2018. Brindisi a concédé lundi 8 février 2021 à son challenger républicain, l'ancienne républicaine Claudia Tenney, mettant fin à une bataille d'un mois. L'ancien représentant Anthony Brindisi (D-N.Y.) A concédé lundi à son challenger républicain, l'ancienne représentante Claudia Tenney, mettant fin à une bataille de plusieurs mois sur la dernière course au Congrès non résol

"Plus ou moins 6 millions de votes seront révisés vote par vote, selon les accords conclus par le Conseil national électoral", avait-elle déclaré, précisant que le recomptage pourrait commencer mardi au plus tard et durer "au moins quinze jours".

Ce recomptage, décidé aux termes d'accords conclus le 12 février, devant des observateurs internationaux, entre le CNE et les deux candidats contestant les résultats du premier tour, devait encore être validé en plénière. Il devait concerner, selon le CNE, 100 % des votes dans la province du Guayas, qui comporte le plus d'électeurs, ainsi que 50 % des votes dans 16 autres provinces.

"La résistance continue"

Le recomptage a été réclamé par Yaku Perez, 51 ans, un avocat écologiste candidat du Pachakutik, expression politique du mouvement indigène équatorien. Le candidat Guillermo Lasso, un ex-banquier de droite âgé de 65 ans, s'est associé à sa demande.

Equateur: il y aura un recomptage partiel de l'élection présidentielle

  Equateur: il y aura un recomptage partiel de l'élection présidentielle Il y aura un recomptage partiel des bulletins de l'élection présidentielle en Equateur, à la suite de la demande en ce sens des deux candidats en lutte pour une place au second tour, a annoncé vendredi l'autorité électorale.L'ex-banquier de droite Guillermo Lasso et le leader indigène de gauche Yaku Perez sont au coude à coude à l'issue du premier tour de dimanche pour pouvoir affronter au second tour Andres Arauz, dauphin de l'ancien président socialiste Rafael Correa (2007-2017).

"La résistance continue", a déclaré Yaku Perez après l'annonce du CNE.

Selon les résultats presque complets qu'avait publiés le CNE après le premier tour, auxquels ne manquent plus que 0,16 % des bulletins, ce candidat arrive troisième avec 19,38 % des voix, devancé de peu pour la deuxième place qualificative par Guillermo Lasso avec 19,74 %.

Le premier tour de la présidentielle, tenue en même temps que des législatives, a été largement dominé, par Andres Arauz. Cet économiste de gauche, âgé de 36 ans, a obtenu 32,71 % des voix selon le CNE, et est soutenu par l'ancien président équatorien Rafael Correa, qui vit en exil en Belgique.

Le second tour, prévu pour le 11 avril, désignera le successeur du président sortant Lenin Moreno, qui ne se représentait pas et dont le mandat de quatre ans prend fin le 24 mai.

Des groupements d'indigènes soutenant Yaku Perez ont annoncé pour mercredi des mobilisations et une marche sur Quito pour protester contre la fraude électorale.

La mission d'observation de l'Organisation des États américains (OEA) avait exprimé, lundi, sa "préoccupation" et lancé "un appel énergique" au CNE pour clarifier le processus électoral.

L'Équateur, pays de 17,4 millions d'habitants, compte 13,1 millions d'électeurs inscrits.

À lire aussi : L'Équateur élit un nouveau président dans une situation de crise économique et sanitaire dramatique

L'Equateur en état de choc après la barbarie du "massacre" de 79 prisonniers .
Des cadavres ensanglantés, certains décapités, empilés pour être brûlés: l'Equateur était mercredi horrifié par les violences survenues la veille dans plusieurs prisons en proie à une guerre des gangs, qui s'est traduite par 79 morts en cette seule journée.Il s'agissait "d'une extermination entre bandes criminelles", a déclaré le président Lenin Moreno, au lendemain de ce qu'il a qualifié de "barbarie".Jamais ce petit pays de 17,4 millions d'habitants, niché entre l'océan Pacifique, les montagnes des Andes et la jungle d'Amazonie, n'avait été confronté à une crise carcérale d'une telle dimension.

usr: 1
C'est intéressant!