•   
  •   

Monde Rwanda. La justice française saisie de la fuite de génocidaires permise en 1994

03:05  24 février  2021
03:05  24 février  2021 Source:   ouest-france.fr

Rwanda : la France a laissé s’enfuir des responsables du génocide en 1994

  Rwanda : la France a laissé s’enfuir des responsables du génocide en 1994 Un télégramme diplomatique de l’époque montre que la France a décidé de ne pas interpeller des responsables génocidaires alors qu’ils étaient dans la « Zone humanitaire sûre » contrôlée par les militaires français. « Retour à Kigali, une affaire française », le documentaire qui accable la France « Vous pouvez […] utiliser tous les canaux indirects et notamment vos contacts africains, en ne vous exposant pas directement, afin de transmettre à ces autorités notre souhait qu’elles quittent la Zone Humanitaire Sûre », lui répond un télégramme « confidentiel diplomatie », daté du 15 juillet 1994.

Vingt-six ans après le génocide des Tutsis au Rwanda , le journal en ligne Mediapart affirme avoir eu accès à un télégramme diplomatique français , datant du 15 juillet 1994 , demandant aux militaires français de ne pas interpeller les autorités génocidaires dans la zone humanitaire qu’ils contrôlaient. Il souhaitait obtenir des instructions claires concernant l’attitude à tenir face à la présence de responsables génocidaires dans la « zone humanitaire sûre », contrôlée par les militaires français de l ’opération Turquoise.

Dans son livre " Rwanda , la fin du silence", Guillaume Ancel (qui a quitté l'armée de terre en 2005 pour rejoindre le monde des entreprises) pointe notamment les menaces dont il a été la cible. Autre accusation portée à l'encontre de la France, des miliciens hutus, des génocidaires auraient pu passer la frontière pour se réfugier au Zaïre voisin profitant du couloir humanitaire créé par l'opération Turquoise. Voire des armes auraient été fournies aux forces rwandaises.

Ce télégramme, dévoilé par Mediapart et consulté par l’AFP le 15 février, a été retrouvé dans les archives d’un conseiller du président François Mitterrand. © Simon Wohlfahrt / AFP Ce télégramme, dévoilé par Mediapart et consulté par l’AFP le 15 février, a été retrouvé dans les archives d’un conseiller du président François Mitterrand.

Des associations et des rescapés du génocide au Rwanda demandent de nouvelles investigations à la justice française après la découverte d'un télégramme .

Des associations et des rescapés du génocide au Rwanda demandent à la justice française d’enquêter sur les instructions données en 1994 par la France de ne pas interpeller les autorités responsables des massacres des Tutsi, selon leur courrier consulté mardi par l’AFP.

Le procès du «héros» de l'hôtel Rwanda démarre

 Le procès du «héros» de l'hôtel Rwanda démarre Paul Rusesabagina, le héros polarisant du film à succès «Hotel Rwanda», a été jugé mercredi dans une affaire étroitement surveillée à Kigali où il est accusé de crimes graves, dont le terrorisme.

Publicité. Rwanda 1994 -2014. Rwanda : les origines du génocide. Le 6 avril 1994 , l'avion de Juvénal Habyarimana est abattu au-dessus de Kigali. Plusieurs personnes sont arrêtées et certaines massacrées. Le climat sociopolitique se dégrade. Les principaux protagonistes de la crise se donnent rendez vous à Arusha, en Tanzanie pour des discussions de paix. Des accords, dits accords d'Arusha sont signés en août 1993 et prévoient notamment un partage du pouvoir par la mise en place d'un gouvernement de transition auquel le FPR doit être associé.

Une campagne visant à dénoncer «les complicités françaises » dans le génocide au Rwanda en 1994 , a été lancée le 4 avril par l’association Survie. La veille, l’association avait lancé à Paris une campagne intitulée «25 ans d'impunité», qui vise à dénoncer «les complicitésfrançaises», selon ses termes, dans le génocide au Rwanda de 1994 . Ses membres, dont deux déguisés en facteurs, ont en outre déposé à Paris dans le hall du cabinet de conseil d'Hubert Védrine (l'ancien secrétaire général de la présidence française au moment du génocide) une fausse caisse d'armes, avant d'en être refoulés

Les avocats de Survie, de la Fédération internationale des droits de l’Homme et de six rescapés ont écrit en ce sens aux magistrats chargés de l’enquête sur les éventuelles responsabilités de l’opération militaro-humanitaire Turquoise lors des massacres de Bisesero fin juin 1994.

Relancer les investigations

S’appuyant sur la révélation récente d’un télégramme diplomatique, ils demandent aux magistrats de relancer et d’élargir leurs investigations, en procédant notamment à l’audition d’Alain Juppé, alors ministre des Affaires étrangères, et à celle de son conseiller de l’époque, Bernard Emié, actuel patron de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

Ce télégramme « confidentiel diplomatie » du 15 juillet 1994, signé par M. Emié, demandait au représentant du Quai d’Orsay auprès de l’opération Turquoise de transmettre aux responsables génocidaires, par des « canaux indirects », le « souhait qu’elles quittent la Zone Humanitaire Sûre » alors contrôlée par les militaires français.

Paul Rusesabagina: Un dissident de l'hôtel Rwanda affirme qu'il est retenu en otage alors que le procès pour terrorisme commence à Kigali

 Paul Rusesabagina: Un dissident de l'hôtel Rwanda affirme qu'il est retenu en otage alors que le procès pour terrorisme commence à Kigali Paul Rusesabagina, qui a inspiré le film "Hotel Rwanda", a comparu mercredi devant le tribunal de Kigali avec 20 autres accusés d'avoir conspiré pour lancer des attaques sur le territoire rwandais en 2018 et 2019, faisant au moins neuf morts. © Getty Images Le héros de l'hôtel Rwanda, Paul Rusesabagina, arrêté ctw vpx_00000000.jpg L'homme de 66 ans a été arrêté pour la première fois en août 2020 et fait face à neuf chefs d'accusation, dont financement du terrorisme, meurtre en tant qu'acte de t

Le génocide des Tutsi au Rwanda se déroule du 7 avril 1994 jusqu'au 17 juillet 1994 . Ce génocide s'inscrit historiquement dans un projet génocidaire latent depuis plusieurs décennies, à travers plusieurs phases de massacres de masse

Publicité. Rwanda 1994 -2014. Les génocidaires demandent pardon. Ces dialogues communautaires continuent jusqu'au 13 Avril, jour de la clôture du deuil national. Cependant d'autres activités liées à la mémoire telles que les veillés de mémoire, l'entretient des sites mémoriaux continuent pendant 100 jours et prendront fin le 04 juillet 2014.

« Vous soulignerez que la communauté internationale et en particulier les Nations Unies devraient très prochainement déterminer la conduite à suivre à l’égard de ces soi-disant autorités », poursuivait le texte.

Ce télégramme, dévoilé par Mediapart et consulté par l’AFP le 15 février, a été retrouvé dans les archives d’un conseiller du président François Mitterrand par le chercheur François Graner, membre de Survie.

« Un nouvel élément »

Il était adressé à l’ambassadeur Yannick Gérard en réponse à sa demande sur le sort de ces autorités, qu’il suggérait d’arrêter ou de placer en résidence surveillée.

Les avocats demandent qu’il soit lui aussi entendu ainsi qu’Hubert Védrine, Secrétaire général de l’Élysée à l’époque des faits.

Ce télégramme « est indubitablement un nouvel élément » susceptible de relancer l’enquête, « notamment en ce qu’il met en lumière le soutien actif des plus hautes autorités françaises à des responsables rwandais », écrivent les avocats Eric Plouvier, Olivier Foks, Laure Heinich, Karine Bourdie, Patrick Baudoin et Michel Tubiana.

Ces parties civiles, qui accusent Turquoise d’avoir sciemment abandonné aux génocidaires des centaines de Tutsis des collines de Bisesero du 27 au 30 juin 1994, tentent depuis trois ans de relancer les investigations. Celles-ci ont été closes sans poursuites à l’été 2018, ouvrant la voie à un non-lieu qui n’a pas encore été prononcé.

Selon l'ONU, environ 800 000 personnes, essentiellement dans la minorité tutsi, ont été tuées en trois mois au Rwanda lors de massacres déclenchés après l’attentat contre l’avion du président Habyarimana le 6 avril 1994.

Sonia Rolland : comme son ex, Jalil Lespert, elle prépare aussi un biopic ! .
Actrice, réalisatrice, et ex-Miss France, Sonia Rolland prépare un projet d'envergureTandis que Jalil Lespert serait en train de préparer un biopic sur Johnny Hallyday, son ex, Sonia Rolland prépare elle aussi un film biographique. L'ex Miss France devenue actrice et réalisatrice, s'est confiée cette semaine au magazine "Nous deux". Et elle a annoncé à nos confrères  : "j'écris un film inspiré de mon parcours de candidate à Miss France dont je serai également co-productrice".

usr: 1
C'est intéressant!