•   
  •   

Monde Équateur : violences meurtrières dans trois prisons

20:20  24 février  2021
20:20  24 février  2021 Source:   msn.com

L’Équateur suspend le recomptage des voix du premier tour de la présidentielle

  L’Équateur suspend le recomptage des voix du premier tour de la présidentielle Le Conseil national électoral en Équateur a mis en suspens, mardi soir, le recomptage des votes du premier tour de l'élection présidentielle réclamé par le candidat indigène Yaku Perez. Ce dernier, écarté du deuxième tour, se dit victime de fraude électorale. Une suspension qui sème la confusion. Alors qu’il devait commencer le recomptage des votes du premier tour de l’élection présidentielle, le Conseil national électoral équatorien a suspendu sa démarche, mardi 16 février. Le recomptage avait été réclamé par le candidat indigène Yaku Perez, écarté du deuxième tour et se disant victime de fraude électorale.

Au moins 75 détenus ont été tués dans des affrontements entre bandes rivales. View on euronews

  Équateur : violences meurtrières dans trois prisons © Angel Dejesus/AP

Des familles en pleurs devant la prison de Guayaquil, en Équateur, au lendemain d'affrontements sanglants entre bandes rivales…

Mardi, les violences ont éclaté simultanément dans trois prisons du pays, celles de Guayaquil, de Cuenca et de Cotopaxi. Le bilan est de 75 morts au moins parmi les détenus. Des dizaines d'autres ont été blessés.

« Tout le monde sait que les détenus ont des téléphones, raconte une mère. Nos fils nous ont prévenues la nuit précédente et les jours d'avant qu'ils étaient en danger, qu'à tout moment, ça allait se produire. Et voilà le résultat. »

Birmanie: funérailles d'une jeune manifestante au lendemain des violences les plus meurtrières

  Birmanie: funérailles d'une jeune manifestante au lendemain des violences les plus meurtrières La Birmanie se prépare dimanche aux funérailles de la première victime de la répression militaire, au lendemain des violences les plus meurtrières depuis le coup d'Etat avec deux manifestants tués par les forces de l'ordre.La Birmanie se prépare dimanche aux funérailles de la première victime de la répression militaire, une épicière de 20 ans devenue une icône de la résistance anti-junte, au lendemain des violences les plus meurtrières depuis le coup d'Etat avec deux manifestants tués par les forces de l'ordre. Près de trois semaines après le putsch du 1er février, la mobilisation pro-démocratie ne faiblit pas des grandes villes aux villages reculés du pays.

Dans ces trois centres pénitentiaires, qui représentent à eux seuls 70 % de la population carcérale en Équateur, les rixes ont débuté dans la nuit de lundi et se sont prolongées toute la journée de mardi. Depuis des mois, ces affrontements étaient redoutés, une lutte de pouvoir étant engagée entre bandes rivales depuis l'assassinat du chef de l'organisation régnant sur ces prisons.

« Ce sont deux groupes qui s'affrontaient pour prendre la tête des activités criminelles à l'intérieur des centres pénitentiaires », a confirmé le responsable de l'autorité gérant les prisons, Edmundo Moncayo.

Près d'un millier de policiers et d'agents ont été déployés dans les prisons pour mettre un terme aux violences et aux mutineries.

Les établissements équatoriens ont été conçus pour 27 000 détenus mais en accueillent quelque 11 000 de plus.

VIDEO. L’Equateur en état de choc après la barbarie du « massacre » de 79 prisonniers .
Le gouvernement a attribué ces violences à une attaque coordonnée d’un gang de narcotrafiquants pour éliminer une bande rivale © FERNANDO MACHADO / AFP Il s'agissait "d'une extermination entre bandes criminelles", a déclaré le président Lenin Moreno, au lendemain de ce qu'il a qualifié de "barbarie".

usr: 0
C'est intéressant!