•   
  •   

Monde Espagne. L’ancien roi Juan Carlos a versé environ 4,4 millions d’euros au fisc

15:25  26 février  2021
15:25  26 février  2021 Source:   ouest-france.fr

La santé de Juan Carlos surveillée de près : ce visiteur très particulier à Abu Dhabi

  La santé de Juan Carlos surveillée de près : ce visiteur très particulier à Abu Dhabi Parmi les fidèles amis de Juan Carlos, on retrouve Manuel Sánchez. Le médecin a rendu visite à plusieurs reprises au roi émérite lorsqu'il s'est exilé aux Émirats arabes unis. Depuis quelques jours, l'état de santé de Juan Carlos agite la presse. Le souverain émérite, qui s'est exilé loin de l'Espagne, aux Émirats arabes unis alors qu'il est poursuivi pour des affaires de corruption, serait dans"un état grave". Selon la biographe Pilar Eyre, "la maison royale envisage la possibilité de son transfert en Espagne", a-t-elle écrit sur les réseaux sociaux.

L’ancien roi d’Espagne Juan Carlos Ier arrive pour la cérémonie d’enterrement de Jean d’Aviano, Grand-Duc de Luxembourg, le 4 mai 2019. © JOHN THYS / AFP L’ancien roi d’Espagne Juan Carlos Ier arrive pour la cérémonie d’enterrement de Jean d’Aviano, Grand-Duc de Luxembourg, le 4 mai 2019.

Juan Carlos Ier, ancien roi d’Espagne, a dû régler 4,4 millions d’euros au fisc espagnol pour régulariser sa situation, a annoncé son avocat, dans un communiqué publié ce vendredi 26 février.

L’ancien roi d’Espagne Juan Carlos, en exil à Abu Dhabi et visé par plusieurs enquêtes judiciaires, a versé près de 4,4 millions d’euros au fisc afin de régulariser sa situation, a annoncé vendredi 26 février dans un communiqué son avocat.

« Juan Carlos m’a donné l’instruction de communiquer le fait qu’il ait présenté aux autorités fiscales une déclaration spontanée qui a entraîné une dette fiscale de 4 395 901,96 € », a indiqué son avocat, confirmant ainsi des informations de presse.

Comment la tentative de putsch du 23 février 1981 a renforcé la transition démocratique en Espagne

  Comment la tentative de putsch du 23 février 1981 a renforcé la transition démocratique en Espagne L'Espagne marquera sobrement mardi le 40e anniversaire d'une tentative de putsch militaire dont l'échec avait conforté la marche du pays vers la démocratie, en mettant définitivement fin aux espoirs des nostalgiques de la dictature franquiste. L'image du lieutenant-colonel de la Garde civile Antonio Tejero Molina pénétrant, le pistolet à la main, dans l'enceinte des Cortes (chambre basse du Parlement) à la tête de près de 200 de ses hommes est restée dans l'Histoire.

Ce versement a pour but de régulariser des vols en jet privé dont l’ancien monarque avait bénéficié et qui avaient été payés par une fondation basée au Liechtenstein appartenant à l’un de ses cousins éloignés.

L’ancien roi avait déjà réglé 680 000 € en décembre

C’est la deuxième fois que l’ancien souverain règle ainsi ses dettes avec l’administration fiscale.

En décembre, il avait déjà versé près de 680 000 €, une régularisation liée à une enquête anti-corruption portant sur l’utilisation par Juan Carlos de cartes de crédit liées à des comptes bancaires aux noms d’un entrepreneur mexicain et d’un officier de l’armée de l’air espagnole.

Dans cette affaire, la justice cherche à déterminer s’il a utilisé des prête-noms pour blanchir de l’argent après 2014, date de son abdication et donc de la fin de son immunité de chef d’État.

Juan Carlos, grand absent du 40e anniversaire du 23 février 1981

  Juan Carlos, grand absent du 40e anniversaire du 23 février 1981 Le roi Felipe VI d’Espagne a prononcé un discours, ce mardi, lors de la cérémonie d’anniversaire du 40e anniversaire du coup d’Etat manqué du 23 février 1981. Et évoqué son père le roi Juan Carlos, actuellement auto-exilé à Abu Dhabi. © Juan Carlos Hidalgo/Pool via REUTERS Le roi Felipe VI d’Espagne au Congrès des députés à Madrid, le 23 février 2021 Le 23 février 1981 est une date majeure pour l’histoire de la démocratie espagnole.

Visé par trois enquêtes

Parti en exil en août à Abu Dhabi alors que se multipliaient les soupçons sur l’origine opaque de sa fortune, Juan Carlos, 83 ans, est visé par trois enquêtes au total.

La principale, ouverte par la justice espagnole après l’enquête lancée par son homologue suisse, vise à déterminer si l’ex-roi a empoché une commission dans le cadre de l’attribution à des entreprises espagnoles d’un contrat pour la construction d’un train à grande vitesse en Arabie saoudite en 2011.

Une autre a été ouverte après un rapport du service de prévention du blanchiment de capitaux et confiée à la Cour suprême, seul habilitée à juger l’ancien souverain. Selon la presse, elle porte sur des sociétés liées à l’ex-roi et situées dans des paradis fiscaux.

Affaire Carlos Ghosn : Pression du Japon, abandon de la France… Le couple raconte sa version .
Le couple Ghosn a choisi de raconter son histoire sans un livre, intitulé « Ensemble toujours », qui sortira le 3 mars © LOIC VENANCE / AFP La femme de Carlos Ghosn se dit "inquiète" pour la santé de son mari, détenu au Japon.

usr: 1
C'est intéressant!