•   
  •   

Monde Des expertes de l’Onu mettent en cause la Russie pour la tentative d'assassinat de Navalny

21:40  01 mars  2021
21:40  01 mars  2021 Source:   fr.reuters.com

du Kremlin, Navalny, de retour au tribunal pour appel en prison, amende possible

 du Kremlin, Navalny, de retour au tribunal pour appel en prison, amende possible Le critique du MOSCOU (Reuters) - Le critique du Kremlin, Alexei Navalny, est retourné au tribunal samedi pour entendre ses avocats faire appel contre ce qu'ils disent être une décision motivée par des raisons politiques de l'emprisonner pendant près de trois années.

RUSSIE-POLITIQUE-NAVALNY-ONU:Des expertes de l’Onu mettent en cause la Russie pour la tentative d'assassinat de Navalny

DES EXPERTES DE L’ONU METTENT EN CAUSE LA RUSSIE POUR LA TENTATIVE D'ASSASSINAT DE NAVALNY © Reuters/MIKE SEGAR DES EXPERTES DE L’ONU METTENT EN CAUSE LA RUSSIE POUR LA TENTATIVE D'ASSASSINAT DE NAVALNY

par Stephanie Nebehay

GENEVE (Reuters) - Deux expertes indépendantes de l'Onu ont mis en cause lundi la Russie pour la tentative d’assassinat de l’opposant Alexeï Navalny et ont demandé l’ouverture d’une enquête internationale sur les causes de son empoisonnement par un agent neurotoxique en août dernier.

"Nous pensons que l'empoisonnement de M. Navalny au Novitchok aurait pu être délibérément effectué pour envoyer un avertissement clair et sinistre que ce serait le sort de quiconque critiquerait et s'opposerait au gouvernement", ont déclaré Agnès Callamard, rapporteure spéciale des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, et Irene Khan, rapporteure spéciale sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression.

Le chef de l'opposition à Poutine, Alexey Navalny, pourrait être envoyé dans un camp de prisonniers russe quelques jours après avoir perdu son appel

 Le chef de l'opposition à Poutine, Alexey Navalny, pourrait être envoyé dans un camp de prisonniers russe quelques jours après avoir perdu son appel © Tribunal municipal de Moscou via AP Le chef de l'opposition russe Alexei Navalny s'entretient avec l'un de ses avocats Tribunal municipal de Moscou via AP Le chef de l'opposition russe et Poutine critique, Alexey Navalny, susceptible d'être envoyé au camp de prisonniers. Navalny a perdu son appel, bien qu'un juge ait réduit sa peine de trois ans de six semaines. L'ancien avocat fait face à un autre procès samedi, cette fois pour calomnie.

"Notre conclusion est que la Russie est responsable de la tentative d'empoisonnement de monsieur Navalny", a déclaré Agnès Callamard lors d'une conférence de presse lors de laquelle elle a présenté les conclusions préliminaires de leurs travaux.

Alexeï Navalny, opposant au président Vladimir Poutine, a été victime d'un malaise le 20 août à bord d'un avion entre la Sibérie et Moscou. Hospitalisé dans un premier temps à Omsk, en Sibérie, il a été transféré le 22 août en Allemagne, où les médecins ont conclu qu'il avait été empoisonné au Novitchok.


Vidéo: A. Navalny transféré : l'opposant incarcéré dans une colonie pénitentiaire en Russie (France 24)

La Russie dément toute responsabilité dans sa maladie et dit n’avoir vu aucune preuve de son empoisonnement. Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré que la Russie espérait que l'intervention des rapporteures de l'Onu inciterait l'Allemagne à publier des données que Moscou a accusé Berlin de retenir.

Affaire Navalny : l'Union européenne décide de nouvelles sanctions contre la Russie

  Affaire Navalny : l'Union européenne décide de nouvelles sanctions contre la Russie Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont donné leur feu vert lundi à des sanctions contre des hauts responsables russes en réponse à l'emprisonnement de l'opposant Alexeï Navalny. Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont décidé, lundi 22 février, l'adoption de nouvelles sanctions ciblées contre les responsables du traitement infligé à l'opposant russe Alexeï Navalny. Un "accord politique" pour de nouvellesLes ministres des Affaires étrangères de l'UE ont décidé, lundi 22 février, l'adoption de nouvelles sanctions ciblées contre les responsables du traitement infligé à l'opposant russe Alexeï Navalny.

"Nous partageons la volonté d'établir la vérité sur cet incident", a dit Maria Zakharova dans une déclaration à Reuters.

Alexeï Navalny a été arrêté à son retour en Russie le 17 janvier après quasiment cinq mois de convalescence en Allemagne. Il a été condamné à deux ans et demi de prison ferme le 2 février pour avoir violé les conditions de sa libération conditionnelle dans une précédente affaire.

"Compte tenu de la réponse inadéquate des autorités russes, de l’utilisation d’armes chimiques interdites et du schéma apparent de tentatives d’assassinats ciblés, nous pensons qu’une enquête internationale doit être menée de toute urgence afin d’établir les faits et de clarifier toutes les circonstances de l'empoisonnement de M. Navalny", ont ajouté les deux rapporteures de l'Onu.

"L’utilisation du Novitchok viole les engagements de la Russie au titre de la Convention sur les armes chimiques. Elle visait à tuer M. Navalny et constitue en tant que telle une violation de l'interdiction des homicides arbitraires."

Agnès Callamard et Irene Khan ont également publié le contenu d'une lettre officielle envoyée aux autorités russes en décembre 2020, affirmant que si ces allégations venaient à être confirmées, des fonctionnaires russes pourraient être tenus pénalement responsables pour la tentative de meurtre d'Alexeï Navalny.

(Stephanie Nebehay et Vladimir Soldatkin, version française Laura Marchioro)

Affaire Navalny: la Russie dénonce les "inacceptables" sanctions occidentales .
Moscou a dénoncé mercredi les nouvelles sanctions "inacceptables" adoptées par l'Union européenne et les Etats-Unis après l'empoisonnement et l'emprisonnement de l'opposant Alexeï Navalny, avertissant les Occidentaux de ne pas "jouer avec le feu". Ces sanctions, officialisées lundi par Bruxelles et mardi par Washington, visent plusieurs hauts fonctionnaires russes dont Alexandre Bortnikov, patron des puissants services de sécurité (FSB), le chef des services pénitentiaires Alexandre Kalachnikov ou encore le Procureur général du pays, Igor Krasnov.

usr: 1
C'est intéressant!