•   
  •   

Monde REPORTAGE. Brexit : Rosslare, le port irlandais qui a renforcé ses liaisons avec l’Europe

11:20  02 mars  2021
11:20  02 mars  2021 Source:   ouest-france.fr

Le premier ministre d'Irlande du Nord monte dans le différend commercial entre le Royaume-Uni et l'UE

 Le premier ministre d'Irlande du Nord monte dans le différend commercial entre le Royaume-Uni et l'UE BELFAST (Reuters) - Le premier ministre d'Irlande du Nord a fait monter la barre mercredi dans un différend entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur le commerce avec la province, appelant le Premier ministre Boris Johnson pour "intensifier et protéger le Royaume-Uni".

Vue aérienne du port de Rosslare , en Irlande. En Irlande, l’ensemble de l’industrie tente tant bien que mal de se préparer au Brexit . Les ports commerciaux en particulier s’inquiètent des obstacles que pourrait poser un Brexit à la dure. Pour éviter la pagaille, Rosslare a déjà mis en place un certain nombre de dispositifs.

Reportage à Dublin, alors que l'Irlande connaît depuis quatre ans une hausse des demandes d'obtention d'un passeport, qui permet de conserver les avantages d'une appartenance à l'Union européenne. Ils sont tous de couleur bordeaux. Mais de tous ces passeports, celui qui présente sur sa couverture la harpe irlandaise semble susciter davantage les convoitises. "Si le Brexit signifie une réduction des avantages et de la libre circulation au sein de l'UE, il est probable que la demande de passeports irlandais continuera de monter en flèche dans les mois et les années à venir", conclut-il.

Pour Bernard, chauffeur routier, « la situation aurait pu être pire ». © Juliette Démas Pour Bernard, chauffeur routier, « la situation aurait pu être pire ».

Ce petit port de la pointe sud de l’Irlande a renforcé ses liaisons directes avec l’Europe, et notamment Dunkerque, depuis le 1er janvier. Une initiative bienvenue : ses échanges avec l’UE ont presque quintuplé.

C’est l’endroit le plus ensoleillé d’Irlande. Sur la côte sud de l’île d’Émeraude, les employés de Rosslare Europort profitent d’un moment de calme. Rare depuis le Brexit. Les liaisons directes vers l’Europe sont passées de trois à seize par semaine. Désormais, toute la journée, 600 camions, en moyenne, défilent pour embarquer sur l’un des ferries qui les emmène en Europe… en contournant le Royaume-Uni.  Il y a un peu de queue, quand les ordinateurs buguent, mais les systèmes ont été bien conçus, ça aurait pu être pire, sourit Bernard, chauffeur routier prêt à filer vers le Donegal, au nord. ​On a même une application sur notre portable pour savoir où aller.

Irlande du Nord: pourquoi le protocole post-Brexit divise toujours

  Irlande du Nord: pourquoi le protocole post-Brexit divise toujours Depuis le 1er janvier et la fin de la période de transition post-Brexit, le Royaume-Uni est traversé par une frontière : en mer d’Irlande, entre la Grande-Bretagne et la province de l’Irlande du Nord. Avec la sortie du pays de l’Union européenne, c’était une obligation : il fallait délimiter les deux espaces douaniers. C’est ce qu’on appelle le protocole nord-irlandais. Cette solution ne plaît pas à tout le monde en Irlande du Nord. De notre correspondante à Dublin,En Irlande du Nord, la politique est quasiment binaire : on est soit unioniste, soit nationaliste. Les unionistes sont attachés à l’union avec le Royaume-Uni – schématiquement, la communauté protestante.

Tout cela a donc renforcé un sentiment « irlandais » au nord comme au sud, y compris chez les unionistes qui voient désormais que Boris Johnson n'a plus besoin d'eux. Le Brexit a aussi réveillé ces gens-là lorsqu'il a été question de remettre une frontière commerciale entre le Nord et le Sud. Faire cela, c'était remettre en cause les accords de paix du Vendredi saint de 1998 qui a mis fin à trente années de guerre et de violences. Ce n'est plus d'actualité, mais n'importe quelle expression symbolique d'une communauté ou de l'autre pousse ces gens à réagir et à revendiquer l'esprit

Mais qui sont donc ces dix députés du Democratic Unionist Party (DUP, Parti unioniste démocratique) à Westminster, et pourquoi tiennent-ils à ce point la dragée haute au gouvernement britannique, et du coup à toute l ’ Europe , dans la négociation du Brexit ? Jeudi 17 octobre au matin, quelques heures à peine avant le début nord- irlandais – donc des unionistes – sur ce dispositif… Enfin, ce sont aussi leurs hésitations à soutenir le résultat de la négociation entre le gouvernement britannique et Bruxelles, ces derniers jours, qui ont rétréci la marge de manœuvre de Boris Johnson et rendu l’accord si difficile.

Bernard, chauffeur routier, se réjouit du trafic fluide à Rosslare. © Infographie Ouest-France Bernard, chauffeur routier, se réjouit du trafic fluide à Rosslare.

Rien à voir avec les escales en Grande-Bretagne, où le trafic a diminué de moitié depuis le 1er janvier. En cause, les nouvelles formalités administratives qui ralentissent les échanges et augmentent les coûts. Ceux qui ont misé sur les liaisons directes entre l’Europe et l’Irlande ont vu juste : la demande est au rendez-vous. La compagnie danoise DFDS a lancé six trajets hebdomadaires vers Dunkerque. L’un de ses bateaux est à quai, prêt à larguer les amarres pour 24 heures de traversée.

« Nous n’avons pas de place pour tout le monde ! »

Même avec 100 camions par bateau, nous n’avons pas de place pour tout le monde ! se réjouit Aidan Coffey, chargé des itinéraires auprès de DFDS. Nous sommes surpris de la quantité de biens qui transitent entre l’Europe et l’Irlande.  ​La compagnie envisage de mobiliser de nouveaux bateaux, et elle n’est pas la seule : le Stena Embla de Stena Lines, qui devait relier Liverpool (Angleterre) à Belfast (Irlande du Nord), voguera finalement sur la ligne Rosslare-Cherbourg. Irish Ferries a aussi remplacé un trajet vers le Pays de Galles par un autre pour Cherbourg. Produits pharmaceutiques, viande, fruits, pièces détachées, sirops et nourriture pour bébés ne transitent plus par la Grande-Bretagne. Et les véhicules Amazon bleu vif se remarquent de loin.

Des paramilitaires loyalistes nord-irlandais retirent leur soutien à l'accord de paix de 1998: Belfast Telegraph

 Des paramilitaires loyalistes nord-irlandais retirent leur soutien à l'accord de paix de 1998: Belfast Telegraph Par Guy Faulconbridge © Reuters / PHIL NOBLE Des gens marchent sur le terrain des bâtiments du Parlement Stormont à Belfast LONDRES (Reuters) - Des organisations paramilitaires loyalistes nord-irlandaises ont déclaré Le Premier ministre britannique Boris Johnson retire temporairement son soutien à l'accord de paix de 1998 en raison des inquiétudes suscitées par l'accord sur le Brexit, a rapporté le Belfast Telegraph.

Depuis le 1er janvier et la fin de la période de transition post- Brexit , le Royaume-Uni est traversé par une frontière : en mer d’Irlande, entre la Grande-Bretagne et la province de l’Irlande du Nord. Avec la sortie du pays de l’Union européenne, c’était une obligation : il fallait délimiter les deux espaces douaniers. Cette solution ne plaît pas à tout le monde en Irlande du Nord. De notre correspondante à Dublin,En Irlande du Nord, la politique est quasiment binaire : on est soit unioniste, soit nationaliste. Les unionistes sont attachés à l’union avec le Royaume-Uni – schématiquement, la communauté

Les investissements de l ’ Europe dans nos infrastructures, nos écoles, nos universités, nous ont aidés à nous transformer. L’Union européenne a aussi joué un rôle déterminant dans l’accord de paix de 1998. Les gens voient que cela a été possible du fait que le Nord [province du Royaume-Uni] et le Sud [la Absolument. Je pense que la solidarité incontestable manifestée par les vingt-six autres pays de l’UE dans la négociation a fait changer d’avis certains Irlandais , et renforcé les convictions proeuropéennes d’autres. Certains prédisaient qu’après le vote du Brexit l’Irlande serait isolée, que les autres pays ne

Décongestionner Dublin

Si Rosslare est un petit port d’à peine 1 200 habitants, il s’avère un maillon important pour décongestionner Dublin, la capitale. Prévoyantes, les autorités locales n’ont d’ailleurs pas attendu le Brexit pour lancer un plan de travaux et d’investissement, avec un réaménagement des routes et un agrandissement des parkings. À terme, un parc éolien et la transformation de la baie pour accueillir des cargos sont envisagés. Les flux restent toutefois faussés par le Covid-19 :  On accueille normalement près de 850 000 passagers, mais la pandémie a mis cette activité à l’arrêt ​, explique Glenn Carr, gestionnaire du port. Pas d’inquiétude toutefois : lors de la reprise, il y aura de la place pour tout le monde.  Nous ne travaillons pas encore 24 heures sur 24 !

Lord Frost appelle l'UE à «se débarrasser de sa mauvaise volonté à propos du Brexit» .
Le négociateur en chef du gouvernement sur le Brexit, Lord Frost, a appelé Bruxelles à «se débarrasser de toute mauvaise volonté» envers le Royaume-Uni pour avoir quitté le bloc en tant qu'arrangements régissant le commerce. L'Irlande du Nord continue de se révéler controversée.

usr: 3
C'est intéressant!