•   
  •   

Monde « L’Irak restera toujours avec moi », lance le pape lors la dernière messe de son voyage au Moyen-Orient

18:55  07 mars  2021
18:55  07 mars  2021 Source:   nouvelobs.com

A la découverte du patrimoine irakien dans les traces du pape François

  A la découverte du patrimoine irakien dans les traces du pape François Le pape François a vu les choses en grand avec un programme fourni pour sa visite historique en Irak à partir de vendredi. Au menu notamment des sites parmi les plus emblématiques du pays. L'AFP vous propose une visite guidée. Bagdad, la forteresse © Fournis par GEO Cathédrale Notre-Dame du Perpétuel secours à Bagdad WIKIMEDIA COMMONSVendredi, le pape prononcera un discours en la cathédrale Notre-Dame du Perpétuel secours dans le quartier central de Karrada à Bagdad.

  « L’Irak restera toujours avec moi », lance le pape lors la dernière messe de son voyage au Moyen-Orient © Copyright 2021, L'Obs

« L’Irak restera toujours avec moi, dans mon coeur », a lancé dimanche le pape François à l’issue d’une messe dans un stade d’Erbil, la dernière étape de son voyage de trois jours dans le pays ravagé par guerres et pauvreté.

En Irak, a affirmé le souverain pontife devant des milliers de fidèles, « j’ai entendu des voix de douleur et d’angoisse, mais aussi des voix d’espérance et de consolation ». « Maintenant se rapproche le moment de repartir pour Rome. Mais l’Irak restera toujours avec moi, dans mon coeur », a-t-il dit, avant de bénir la foule en arabe sous les youyous.

Après avoir prié pour les « victimes de la guerre » dans le nord de l’Irak ravagé par les djihadistes, le pape a célébré dimanche sa plus grande messe durant son voyage historique dans ce pays devant des milliers de fidèles et sous haute sécurité.

Irak: un Américain meurt lors d'une attaque deux jours avant l'arrivée du pape

  Irak: un Américain meurt lors d'une attaque deux jours avant l'arrivée du pape Dix roquettes ont touché mercredi une base abritant des soldats américains en Irak, provoquant la mort d'un sous-traitant civil américain, deux jours avant une visite historique du pape François dans le pays. Cette nouvelle attaque, précédée de plusieurs avec le même mode opératoire ces dernières semaines, vient rappeler à quel point la première visite d'un souverain pontife en Irak est un casse-tête logistique. "Je me rendrai en Irak", a malgréCette nouvelle attaque, précédée de plusieurs avec le même mode opératoire ces dernières semaines, vient rappeler à quel point la première visite d'un souverain pontife en Irak est un casse-tête logistique.

Désormais au Kurdistan irakien, qui se présente en havre de paix dans un Moyen-Orient déchiré par les guerres, le pape François, friand de bains de foule et qui n’a cessé de louvoyer pour bénir des chrétiens irakiens sur son chemin, est enfin dans son élément.

Youyous pour François

Le souverain pontife argentin de 84 ans est apparu debout dans sa célèbre « papamobile » devant des milliers de fidèles installés à distance les uns des autres sur la pelouse ou les gradins du stade Franso Hariri à Erbil, certains sous des ombrelles pour se protéger du soleil.

Il a fait son entrée sous les youyous, les percussions et les cris de fidèles qui le suivaient en courant dans une vraie ambiance de stade.

Le pape a ensuite débuté la messe en latin, chape violette sur le dos et calotte blanche sur le crâne devant une assemblée silencieuse et recueillie, au dernier jour de sa visite en Irak, la première effectuée par un pape dans ce pays.

ENTRETIEN. Visite du Pape : des églises qui comptent « plus de fidèles en diaspora qu’en Irak »

  ENTRETIEN. Visite du Pape : des églises qui comptent « plus de fidèles en diaspora qu’en Irak » Le voyage du pape du 5 au 8 mars viendra « réaffirmer » la présence des chrétiens dans le berceau de la « chrétienté mésopotamienne ». Un pays d’où a fui un grand nombre de fidèles. Bernard Heyberger est historien. Directeur de recherches à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, il est spécialiste de l’Histoire des chrétiens d’Orient (XVIe-XXIe siècle) et auteur des ouvrages Les chrétiens d’Orient paru aux Presses universitaires de France (PUF) en 2017 et de Les chrétiens au Proche-Orient. De la compassion à la compréhension, aux éditions Payot en 2013.

Après des déplacements en avion, hélicoptère ou voiture blindée à travers un pays sorti il y a trois ans d’un conflit sanglant contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), le pape est dimanche au plus près des membres d’une des plus anciennes communautés chrétiennes mais aussi l’une des plus dispersées dans le monde.

Vigilance renforcée

Depuis son arrivée vendredi, gardes du corps et forces de sécurité sont en vigilance plus que renforcée. Ils le sont de nouveau pour cette messe au stade Franso Hariri - du nom d’un politicien chrétien assassiné il y a 20 ans -, après une attaque aux roquettes fin février contre l’aéroport d’Erbil.

Mais dimanche, il est parvenu à toucher la foule, d’abord à Mossoul, ancienne « capitale » autoproclamée de l’EI, où il a déploré l’exil des chrétiens d’Orient sur une estrade construite au milieu des ruines faute d’église toujours debout.

"Que se taisent les armes !", lance le pape depuis l'Irak

  "Que se taisent les armes !", a lancé le pape François au début de la première visite papale de l'histoire de l'Irak ravagé par les guerres et désormais confronté à la pandémie, saluant des chrétiens "restés" malgré tout. View on euronews © Photo : Andrew Medichini (Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.) Le pape accueilli par le président irakien Barham Saleh au palais présidentiel à Bagdad le 5 mars 2021.

Là, le pape, qui marche avec difficulté en raison d’une sciatique, a fait un tour en voiturette de golf sous les youyous et les vivats d’une petite foule.

« Plus beau jour »

« C’est le plus beau des jours ! »

, s’exclame Hala Raad, qui l’a vu passer. « Maintenant, on espère vivre en sécurité, c’est ça le plus important », poursuit cette chrétienne, qui a fui Mossoul lors de la percée jihadiste et n’y revient plus que pour de courtes visites.

Puis, à Qaraqosh, localité chrétienne martyre à mi-chemin entre Mossoul et Erbil, le souverain pontife a appelé une foule émue à « reconstruire » et à « ne pas se décourager » alors que le nombre de chrétiens est passé en 20 ans de 6% à 1% de la population en Irak.

Si le pape se déplace sous haute protection dans un pays où se terrent encore des cellules jihadistes clandestines, il doit aussi composer avec le Covid-19 pour son premier déplacement en 15 mois.

L’Irak est en confinement total après que les contaminations quotidiennes ont atteint un record : plus de 5 000 cas. De ce fait, le nombre de fidèles dans le stade a été réduit à plusieurs reprises.

À Bagdad, le pape François célèbre la première messe papale de l'histoire de l'Irak

  À Bagdad, le pape François célèbre la première messe papale de l'histoire de l'Irak Le pape poursuit son voyage en Irak. Après sa rencontre inédite avec l'ayatollah chiite Ali Sistani, le chef de l'Église catholique a dirigé une prière œcuménique dans la ville de Ur. Puis il a célébré ce samedi 6 mars une messe à Bagdad. François a appelé à l'unité et à la paix entre les peuples. Tout a commencé pour ces fidèles par une longue attente silencieuse sous le soleil couchant de Bagdad. Puis, ce que la plupart d'entre euxTout a commencé pour ces fidèles par une longue attente silencieuse sous le soleil couchant de Bagdad. Puis, ce que la plupart d'entre eux n'imaginaient que dans leurs rêves les plus fous est arrivé : le pape François est apparu.

Car si le pape et tous les journalistes et ecclésiastiques qui l’accompagnent ont été vaccinés avant leur départ, aucun des fidèles présent au stade ne l’a été.

Seules 50 000 doses de vaccin sont arrivées à ce jour en Irak et seuls des médecins ont pu en bénéficier.

« Geste d’amour »

« C’est un voyage particulier aussi au regard des conditions » sanitaires et de sécurité, convient Matteo Bruni, le porte-parole du Vatican.

Mais, poursuit-il, c’est « un geste d’amour pour cette terre et ce peuple » que François voulait visiter depuis la percée de l’EI en 2014 en Irak, et « tout geste d’amour est toujours un peu extrême ». Le pape doit quitter lundi matin l’Irak pour Rome.

Avant d’aller dans le nord du pays, le souverain pontife s’était rendu samedi à Najaf, ville sainte musulmane chiite du Sud, pour rencontrer le grand ayatollah Ali Sistani. Ce dernier lui a dit oeuvrer pour que les chrétiens d’Irak vivent en « paix », en « sécurité » et avec « tous leurs droits constitutionnels ». De nombreux chrétiens hésitent encore à rentrer définitivement chez eux.

Quand en 2014, l’EI a pris la plaine de Ninive, des dizaines de milliers d’entre eux ont fui et peu font désormais confiance à des forces de l’ordre qui les avaient alors abandonnés disent-ils. Aujourd’hui, beaucoup affirment vivre dans la peur des paramilitaires désormais intégrés à l’Etat qui ont repris le terrain aux jihadistes.

Le siège du pape a-t-il été volé lors de sa visite en Irak ? .
La société libanaise qui organisait une cérémonie du souverain pontife est accusée d'avoir fait disparaître son fauteuil, rapporte « Courrier international ».Ce fauteuil a en effet disparu après le départ du pape François. A-t-il été subtilisé ou simplement repris par la société qui organisait l'événement ? Une source anonyme, qui s'est confiée au site irakien Al-Alam Al-Jadid en est persuadée : « La société libanaise, mandatée par la présidence de la République [irakienne], a volé le siège sur lequel le pape s'est assis et a présidé la prière interreligieuse.

usr: 0
C'est intéressant!