•   
  •   

Monde Mali : une attaque "sans précédent" contre les Casques bleus et les forces françaises à Tombouctou

09:45  15 avril  2018
09:45  15 avril  2018 Source:   francetvinfo.fr

Mali : 30 jihadistes tués le 1er avril par les forces françaises et maliennes

  Mali : 30 jihadistes tués le 1er avril par les forces françaises et maliennes Lors d'un affrontement avec plusieurs dizaines de combattants au Mali, près de la frontière du Niger, 30 jihadistes ont été tués par les forces françaises et maliennes le 1er avril, a indiqué jeudi l'armée française. Trente jihadistes ont été tués dimanche au Mali par des forces françaises et maliennes lors d'une confrontation avec une soixantaine de combattants dans la zone d'Akabar, près de 1/1 DIAPOSITIVES © Ludovic Marin, AFP

Casques bleus près de l'aéroport de Tombouctou le 4 février 2016 (image d'illustration). Des zones entières du Mali échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et à la partie sud du Mali et le phénomène déborde sur les

Une patrouilles de Casques bleus à Tombouctou le 29 janvier 2016. © Baba Ahmed/AP/SIPA. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et à la partie sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger, où quatre soldats américains

L'ONU s'est dite victime d'une "importante attaque complexe" associant "mortiers", "échanges de tirs" et "attaque au véhicule suicide".

  Mali : une attaque © Fournis par Francetv info

Des tirs de roquettes, des assaillants déguisés en Casques bleus montés à bord de véhicules piégés, des échanges de coups de feu... Les camps de la Minusma et de la force Barkhane à Tombouctou ont été la cible, samedi 14 avril, d'une attaque "sans précédent" qui a fait au moins un mort et une vingtaine de blessés. L'assaut s'est produit peu après 14 heures (16 heures à Paris) sur le site aéroportuaire de cette ville légendaire du nord du Mali où sont cantonnés des Casques bleus de la Minusma et des hommes de l'opération française Barkhane.

Facs bloquées : nouveaux incidents cette nuit à Tolbiac (Vidéo)

  Facs bloquées : nouveaux incidents cette nuit à Tolbiac (Vidéo) Alors que l'université Tolbiac est bloquée depuis deux semaines, des incidents ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi 6 avril entre des étudiants et des personnes non identifiées. Non Stop Zapping vous montre les images.La tension est toujours à son combre dans les universités françaises. A travers la métropole, plusieurs établissements sont bloqués depuis près de 15 jours pour protester contre la réforme de l'éducation voulue par Emmanuel Macron et le gouvernement d'Edouard Philippe.

Sept soldats français ont été blessés dans l' attaque qui a visé samedi les camps de la Minusma et de la force française Barkhane à Tombouctou , dans le Des tirs de roquettes, des assaillants déguisés en Casques bleus montés à bord de véhicules piégés, des échanges de coups de feu: les camps de

Un casque bleu de la Minusma à Tombouctou , dans le nord du Mali . Au Mali , le camp de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et celui de la force française Barkhane, à Certains assaillants portaient également des casques bleus . Une attaque sans précédent enfin par sa durée.

Alors que les deux camps essuyaient une "dizaine de tirs de roquettes", des hommes portant des Casques bleus ont tenté de "s'infiltrer" dans la zone militaire à bord de deux véhicules piégés, a précisé dans un communiqué le ministère malien de la Sécurité. L'un des véhicules portait les couleurs des Forces armées maliennes (FAMas) et l'autre le sigle "UN" des Nations unies. Le premier "a explosé", tandis que le second "a pu être immobilisé".

"Une attaque qu'on n'avait jamais connue"

Selon la Minusma, un de ses Casque bleus a été tué lors d'"échanges de tirs". Une dizaine d'autres ont été blessés. Le ministère malien a indiqué que l'attaque avait également fait une "dizaine" de blessés "côté Barkhane". "Les combats ont pris fin vers 18h30", plus de quatre heures après leur début, selon le ministère. Bamako et la Minusma ont assuré que la situation était à nouveau "sous contrôle". Sur Twitter, la force de l'ONU a évoqué une "importante attaque complexe" associant "mortiers", "échanges de tirs" et "attaque au véhicule suicide".

Les Françaises solides contre le Canada

  Les Françaises solides contre le Canada par Grégoire Duez (iDalgo)

Alors que les attaques djihadistes contre l ’ONU s’amplifient au Mali , l’offensive qui a touché les camps de la Plus de 160 casques bleus tués. Le « supercamp » de Tombouctou est pourtant situé dans le quartier hautement sécurisé de l’aéroport. Cette attaque sans précédent à Tombouctou est

*Des individus déguisés en Casques bleus ont attaqué samedi des positions de la Mission de l'ONU au Mali (MINUSMA) et des forces armées françaises à Tombouctou au nord du Mali . Peut-être une nouvelle stratégie des terroristes.* Une attaque complexe vu la confusion que les assaillants ont

"C'est la première fois qu'il y a eu une attaque de cette envergure contre la Minusma à Tombouctou", a relevé une source sécuritaire étrangère. "C'est une attaque qu'on n'avait jamais connue", a confirmé un responsable du gouvernorat de Tombouctou.

Déployée au Mali en juillet 2013, la Minusma, qui compte environ 12.500 militaires et policiers, est actuellement la mission de maintien de la paix de l'ONU la plus coûteuse en vies humaines. Elle avait, avant l'attaque de samedi, perdu plus de 160 Casques bleus, dont 102 dans des actes hostiles, ce qui représente plus de la moitié des soldats de l'ONU tués sur cette période dans le monde.

Mali : des roquettes lancées près du camp de l'ONU et des militaires français n'ont fait aucune victime .
Le porte-parole de l'état-major des armées, Patrik Steiger, a expliqué, dimanche sur franceinfo, ne pas savoir, "pour le moment avec précision, qui a lancé ces roquettes".Deux ou trois roquettes artisanales sont tombées, dimanche 22 avril, à l'extérieur du camp partagé par les Casques bleus de l'ONU et les militaires français à Tombouctou, dans le nord du Mali, a appris franceinfo auprès du porte-parole de l'état-major des armées, Patrik Steiger.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!