•   
  •   

Monde Que dit la loi sur l’euthanasie en Belgique, dont s’inspire la proposition de loi Falorni ?

17:50  08 avril  2021
17:50  08 avril  2021 Source:   nouvelobs.com

Euthanasie: 5 questions autour de la proposition de loi étudiée à l'Assemblée

  Euthanasie: 5 questions autour de la proposition de loi étudiée à l'Assemblée De quoi parle-t-on? Que contient cette loi? Pourquoi a-t-elle peu de chances de passer? Le Figaro répond à cinq questions concernant la proposition de loi pour une légalisation de l'euthanasie ce jeudi 8 avril à l'Assemblée nationale. » LIRE AUSSI - Ces médecins inquiets de la proposition de loi sur l’euthanasie

  Que dit la loi sur l’euthanasie en Belgique, dont s’inspire la proposition de loi Falorni ? © Copyright 2021, L'Obs

Largement inspirée de la loi belge sur l’euthanasie, la proposition de loi du député Olivier Falorni (Libertés et Territoires) pour instaurer une fin de vie « libre et choisie » en France est examinée ce jeudi 8 avril à l’Assemblée nationale.

Paulette Guinchard parlait de son suicide assisté « comme on parle de faire le jardin »

Selon l’élu, 2 000 à 4 000 euthanasies clandestines seraient pratiquées en France chaque année. Et beaucoup de Français traversent la frontière belge pour avoir recours à cette pratique, surtout depuis que l’écrivaine Anne Bert, atteinte de la maladie de Charcot, a médiatisé, en 2017, son choix de venir mourir en Belgique.

« L’enjeu de cette proposition de loi est de permettre l’euthanasie ou l’assistance au suicide dans des conditions assez strictes »

  « L’enjeu de cette proposition de loi est de permettre l’euthanasie ou l’assistance au suicide dans des conditions assez strictes » Un texte ouvrant le droit à une « assistance médicalisée active à mourir » pour des personnes souffrant d’une maladie incurable est examiné jeudi 8 avril à l’Assemblée. Le professeur Régis Aubry, spécialiste de l’éthique et de la fin de vie, a répondu à vos questions lors d’un tchat. © Fournis par Le Monde Dans l’unité de soins palliatifs de l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif (Val-de-Marne), en mars 2015. L’Assemblée nationale examine jeudi 8 avril la proposition de loi du député Olivier Falorni pour une « fin de vie libre et choisie ».

Dépénalisation depuis 2002

La Belgique a dépénalisé l’euthanasie en 2002, dans des conditions très strictes. Comme l’a précisé Laurent Ravez, membre du comité consultatif de bioéthique belge, dans le journal « la Croix », la loi « n’autorise pas l’acte, mais le dépénalise ».

Cela signifie que l’euthanasie n’y est pas un droit. Comme on peut le lire sur le site du service fédéral belge, « introduire une demande d’euthanasie ne garantit pas que celle-ci soit pratiquée. Même si toutes les conditions légales sont réunies, le médecin est libre d’accepter ou de refuser de pratiquer une euthanasie ».

Uniquement à la demande du patient

« Seul le patient concerné peut demander l’euthanasie », est-il précisé. Pour cela, la loi belge prévoie deux cas de figure.

Euthanasia Bill de la facture d'étincelles au parlement français

 Euthanasia Bill de la facture d'étincelles au parlement français Un projet de loi visant à légaliser l'euthanasie passe devant un Parlement français profondément divisé jeudi, avec des ailettes de droite qui envisage de torpiller tout vote avec des milliers d'amendements et le gouvernement ne prenant pas parti.

Débat sur l’euthanasie : « Le droit à la fin de vie libre et choisie est un devoir d’humanité »

Le premier, c’est la « demande actuelle ». Le patient doit être capable d’exprimer sa volonté, être conscient, se trouver dans une situation médicale sans issue, faire état de souffrances constantes, insupportables et inapaisables. La demande doit également être faite de manière volontaire, réfléchie, répétée et sans pression extérieure.

Le deuxième cas, c’est la « déclaration anticipée ». Un document écrit, dans lequel une personne donne son accord pour qu’un médecin pratique un jour l’euthanasie, dans l’hypothèse où elle ne pourrait plus manifester sa volonté. Là encore, la demande doit être encadrée : le médecin doit constater que le patient est atteint d’une pathologie grave et incurable, qu’il est inconscient (coma ou état végétatif) et que sa situation est irréversible selon l’état actuel de la science.

Euthanasie : droit de mourir ou paternalisme médical ?

  Euthanasie : droit de mourir ou paternalisme médical ? La proposition de loi, débattue ce jeudi à l’Assemblée, échappera-t-elle à cette idéologie qui relève plus du paternalisme et du dolorisme que de la recherche d’une solution émancipatrice respectueuse des libertés individuelles ?Si l’euthanasie élargit à n’en pas douter le champ des libertés, elle demeure dans l’état actuel du droit très limitée. Il s’agit effectivement d’un palliatif permettant de mettre fin à «une souffrance intolérable» dans le contexte d’une «maladie grave et incurable» ou de douleurs «chroniques plaçant l’individu dans une situation d’incapacité».

Une loi ouverte aux mineurs depuis 2014

En février 2014, la Belgique est devenue le premier pays à autoriser sans limite d’âge l’euthanasie pour les enfants« en capacité de discernement » atteints d’une maladie incurable.

Quand Guy Bedos nous parlait du suicide, cette « liberté ultime »

L’enfant qui la demande doit faire état de souffrances physiques uniquement (les souffrances psychiques n’étant pas prises en compte pour les mineurs) et se trouver dans une situation médicale sans issue, qui entraînerait de toute façon un décès à brève échéance.

Cela n’est possible que pour des demandes actuelles (et pas pour des déclarations anticipées). Les représentants légaux du patient mineur doivent marquer leur accord.

Des médecins encadrés et formés

Comme le rappelle France-Bleu, « l’euthanasie est très encadrée chez nos voisins belges ». Les médecins qui la pratiquent doivent suivre la formation « End of Life » (EOL, fin de vie). Ils ont également l’obligation de suivre le patient pendant plusieurs mois, voire plusieurs années avant l’opération. Ils sont soumis à la Commission d’évaluation et de contrôle de l’euthanasie.

Kedist Deltour élue Miss Belgique 2021 : pourquoi cette nouvelle Miss de 23 ans fait le buzz

  Kedist Deltour élue Miss Belgique 2021 : pourquoi cette nouvelle Miss de 23 ans fait le buzz Ce mercredi 31 mars 2021, se tenait l'élection de Miss Belgique à Adinkerke. A l'isue de la cérémonie qui s'est déroulée sans public, c'est Kedist Deltour, une jeune femme de 23 ans qui a été couronnée. Sur les réseaux sociaux, la jolie brune fait le buzz car en plus d'être très jolie, elle partage une histoire personnelle très émouvanteEt depuis son sacre, la nouvelle reine de beauté fait littéralement le buzz sur les réseaux sociaux. Tout d'abord les internautes sont le charme de cette bombe de 23 ans originaire d'Ethiopie. On note aussi que son histoire personnelle a ému toute la toile et qui le discours qu'elle a prononcé en a charmé plus d'un.

Pour mourir le moment venu, ces seniors ont caché un flacon de poison dans leur armoire : « On s’endort en deux minutes »

La Belgique n’est pas le seul pays européen à l’autoriser et l’encadrer. C’est le cas des Pays-Bas depuis 2002, avec toutefois l’obligation de l’avis d’un second médecin, rappelle l’AFP. Ils ont également été les premiers à autoriser, sous de strictes conditions, l’euthanasie pour les mineurs de plus de 12 ans. En avril 2020, la Cour suprême a donné son accord pour les personnes atteintes de démence avancée, même si elles ne sont plus en état de réitérer leur souhait.

En Suisse, le suicide assisté est autorisé et les euthanasies indirecte (traiter la souffrance du patient, avec comme effets secondaires possibles la mort) et passive (l’interruption du dispositif médical de maintien en vie) tolérées.

Sécurité globale : l'Assemblée nationale adopte définitivement la proposition de loi controversée .
L'Assemblée nationale a adopté définitivement jeudi la proposition de loi "sécurité globale" et sa disposition polémique, qui pénalise la "provocation à l'identification" des forces de l'ordre. La gauche a annoncé son intention de saisir le Conseil constitutionnel. La proposition de loi "sécurité globale" définitivement adoptée. Les députés ont donné leur feu vert, jeudi midi, à l'adoption définitive de la proposition de loi "sécurité globale" et à son controversé article 24.

usr: 0
C'est intéressant!