•   
  •   

Monde Mali: des experts onusiens demandent la libération de Ras Bath et de ses co-accusés

18:00  08 avril  2021
18:00  08 avril  2021 Source:   msn.com

Le raid français au Mali peut enfreindre le droit humanitaire, l'ONU a déclaré

 Le raid français au Mali peut enfreindre le droit humanitaire, l'ONU a déclaré (Bloomberg) - une grève aérienne française qui a tué 22 personnes aurait assisté à un mariage au Mali plus tôt cette année pourrait constituer une violation du droit international humanitaire, a déclaré les Nations Unies. © Photographe: Alexander Koerner / Getty Images Gao, Mali - Mars 07: Un soldat des Nations Unies Bangladeshi se promène par une voiture lors du marché hebdomadaire des bovins le 7 mars 2017 à Gao, au Mali.

Ras Bath et quatre hauts fonctionnaires sont soupçonnés détenus depuis plus de trois mois, soupçonnés de tentative de complot contre l'État. Leurs proches et des experts onusiens parlent d'un dossier «politique», Bamako, avril 2021. © RFI/David Baché Ras Bath et quatre hauts fonctionnaires sont soupçonnés détenus depuis plus de trois mois, soupçonnés de tentative de complot contre l'État. Leurs proches et des experts onusiens parlent d'un dossier «politique», Bamako, avril 2021.

Au Mali, cela fait plus de trois mois que le chroniqueur radio et militant Ras Bath, ainsi que quatre hauts fonctionnaires, sont détenus. Ils sont soupçonnés d’avoir fomenté un complot contre l’État malien. L’ex-Premier ministre Boubou Cissé a lui aussi été accusé, mais pas arrêté, il se cache actuellement quelque part au Mali. La justice malienne a déjà ordonné l’abandon des poursuites, mais le procureur général du Mali conteste cette décision. Les proches des personnes incarcérées demandent toujours leur libération, à leur voix s’ajoutent celle d’experts des Nations unies.

Frappe française au Mali a tué 19 civils en janvier: UN

 Frappe française au Mali a tué 19 civils en janvier: UN Une grève aérienne française a tué 19 civils au centre du Mali en janvier, selon un rapport de l'ONU, vu mardi par AFP, qui a suscité un déni de la France. © Ludovic Marin La grève aérienne de janvier a été réalisée par un bombardier Mirage 2000 du type illustré ci-dessus, selon l'armée française le 3 janvier, les fusil de guerre français ont frappé près du village éloigné de Bounti dans des circonstances qui ont suscité la controverse dans le Sahel déchiré par la guerre.

Les arguments avancés par les experts onusiens sont les mêmes que ceux des avocats de la défense. Mais dans une procédure qualifiée de « politique » par les proches des personnes toujours incarcérées, leur voix pourrait porter davantage.

L'expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali, la rapporteuse spéciale sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression et le rapporteur spécial sur l’indépendance des juges et des avocats se disent « alarmés par le maintien en détention » de Ras Bath, chroniqueur radio et militant très connu au Mali, et de quatre hauts fonctionnaires (Vital Robert Diop, Souleymane Kansaye, Mahamadou Koné et Aguibou Macky Tall) travaillant pour des institutions publiques et parapubliques maliennes.

La France défends l'Honor's de l'Armée après l'ONU a déclaré que les civils du Mali ont tué

 La France défends l'Honor's de l'Armée après l'ONU a déclaré que les civils du Mali ont tué La ministre de la Défense de la France a déclaré qu'elle ne permettrait pas à l'honneur des forces françaises "chulées" jeudi, deux jours après que l'ONU ait déclaré une frappe française a tué 19 civils au Mali . © John Macdougall France, l'ancien pouvoir colonial, intervenu au Mali en 2013 pour battre les djihadistes, et compte maintenant quelque 5 100 soldats déployés à travers le Sahel Florence parcouru mercredi à la capitale de Sahel State Mercredi après que la sonde a été soulevée.

Leur arrestation par les services de renseignements maliens, fin décembre, s’est faite sans l’implication d’aucune autorité judiciaire et « en dehors de tout cadre légal », rappellent les experts onusiens, qui déplorent également la mise au secret qui leur a été infligé dans un premier temps.

Les détenus ont ensuite été accusés de tentative de déstabilisation de l’État, sur la base d’une dénonciation des services de renseignements, mais la cour d’appel de Bamako a balayé ces charges et décidé d’abandonner la procédure. C’était le 2 mars. Depuis, le procureur général du Mali a contesté la décision et s'est pourvu en cassation. Une décision qualifiée de « harcèlement judiciaire » par les experts onusiens, qui n’hésitent pas à parler, à leur tour, de « motivations à connotation politique ».

Mali a payé la rançon pour la libération de leader de l'opposition, déclare Intermédiaire .
Un ancien djihadiste qui a contribué à assurer la libération de quatre otages au Mali en octobre dernier a déclaré à la radio française lundi que le gouvernement de Bamako a payé deux millions d'euros (2,36 millions de dollars) pour la liberté de la liberté de la liberté de L'un des captifs, le responsable de l'opposition tardif de l'opposition malienne Soumaila Cisse.

usr: 0
C'est intéressant!