•   
  •   

Monde Coronavirus: Au Brésil, la majorité des patients en soins intensifs a moins de 40 ans

02:55  12 avril  2021
02:55  12 avril  2021 Source:   20minutes.fr

A Damas confronté au virus, soins intensifs saturés et listes d'attente qui s'allongent

  A Damas confronté au virus, soins intensifs saturés et listes d'attente qui s'allongent Aux urgences à Damas, une septuagénaire luttant contre le coronavirus attend qu'un lit se libère en soins intensifs. Dans la capitale syrienne, le secteur médical est dépassé par l'explosion des contaminations. Gémissant et respirant avec difficulté, la patiente a été placée sous oxygène. Accompagnée par son fils, elle est allongée sur un lit, sous la lumière blafarde d'une pièce carrelée, où les malades et leurs proches se côtoient dans une proximité inquiétante.

Ce chiffre particulièrement alarmant s'explique principalement par le variant dit «brésilien», plus contagieux mais également plus mortel

Des malades du coronavirus dans un hôpital de campagne de Sao Paulo, au Brésil, le 9 juin 2020. © Andre Penner/AP/SIPA Des malades du coronavirus dans un hôpital de campagne de Sao Paulo, au Brésil, le 9 juin 2020. CORONAVIRUS - Ce chiffre particulièrement alarmant s'explique principalement par le variant dit «brésilien», plus contagieux mais également plus mortel

Un signe de plus que l’épidémie de coronavirus au Brésil est devenue totalement hors de contrôle. Ce dimanche, le coordinateur d’une étude de l’Association brésilienne des soins intensifs a révélé que la majorité des Brésiliens souffrant du Covid-19 en soins intensifs ont désormais moins de 40 ans. Ils sont plus de 11.000 dans les hôpitaux, soit 52,2 % au mois de mars, précise le Dr Ederlon Rezende.

Covid-19 : pourquoi la mortalité explose-t-elle au Brésil ?

  Covid-19 : pourquoi la mortalité explose-t-elle au Brésil ? Covid-19 : pourquoi la mortalité explose-t-elle au Brésil ?« Malheureusement on se rend compte avec le Brésil à quel point l’épidémie peut être meurtrière lorsque l’on ne met pas en place les mesures nécessaires », souligne l’épidémiologiste Mircea T. Sofonea. L’épidémie flambe et le président Bolsonaro ne varie pas, lui qui ne cesse de plaider pour un retour à la vie normale. « Arrêtez de geindre ! », avait-il encore lancé au début du mois de mars en parlant de l’épidémie, qui avait tué à l’époque 260 000 personnes. « Ça suffit avec ces histoires (...

Ils n’étaient que 14,6 % au début de la pandémie il y a un an, puis 45 % entre septembre et février, selon la même étude. « Cette population ne contractait auparavant qu’une forme moins grave de la maladie et n’avait pas besoin de soins intensifs », a expliqué le Dr Rezende. « Une telle hausse pour ce groupe d’âge est très significative. »

Des patients plus jeunes et plus gravement atteints

L’étude entrevoit plusieurs raisons à ce chiffre. Les personnes de plus de 80 ans – qui ne constituent plus que 7,8 % des personnes en soins intensifs souffrant du Covid-19 – sont désormais pour la plupart vaccinées. En outre, les plus jeunes s'exposent davantage, soit parce qu’elles doivent travailler, soit parce qu’elles se croient moins vulnérables, selon l’étude de l’AMIB. Enfin, la variante brésilienne du virus, nommée P1, est selon les experts la principale cause de la hausse spectaculaire du nombre des morts au mois de mars.

Covid-19. Combien l’Ouest a-t-il accueilli de patients venant d’autres régions ?

  Covid-19. Combien l’Ouest a-t-il accueilli de patients venant d’autres régions ? Depuis plus d’un an, les transferts entre régions de patients atteints du Covid-19 se multiplient. Et en la matière, l’Ouest a semblé faire office de terre d’accueil privilégiée. C’est en partie vrai, même si certaines autres régions ont elles aussi été mises à contribution. Les vagues se succèdent et, comme un symbole de son identité maritime, c’est souvent l’Ouest qui semble y résister le mieux.

« Les malades plus jeunes, sans avoir eu d’autres maladies, présentent à leur arrivée aux soins intensifs des cas plus graves », a fait valoir le Dr Rezende. Le nombre des patients atteints du Covid-19 qui se retrouvent en soins intensifs sans avoir eu d’autres maladies a atteint en mars près d’un tiers du total (30,3 %), selon l’étude, tandis que le nombre des malades du Covid-19 en réanimation a atteint le pourcentage record de 58,1 %. Le Brésil a enregistré 66.500 morts dues au Covid-19 au mois de mars, soit plus du double que le précédent record de juillet 2020.

Au Brésil, les femmes sont incitées à retarder leur grossesse à cause du Covid-19 .
Alors que le Brésil est devenu l'un des épicentres mondiaux de la pandémie de Covid-19, derrière les États-Unis et l'Inde, comptant à ce jour plus de 368.000 décès, les autorités du pays ont recommandé aux femmes de reporter dans la mesure du possible leur projet de grossesse, jusqu'à ce que le pic de la pandémie soit passé. Le nombre croissant de variants du virus qui se sont développés au Brésil –au moins 92– inquiète de plus en plus les professionnel·les de santé, et il semblerait que le variant P1, plus virulent et surtout plus transmissible que la souche classique, affecte davantage les femmes enceintes que les versions précédentes du coron

usr: 1
C'est intéressant!