•   
  •   

Monde Crise sanitaire en Inde: le grand effondrement ?

11:30  26 avril  2021
11:30  26 avril  2021 Source:   rfi.fr

Inde : la deuxième vague de Covid-19 “est arrivée comme un ouragan”, pénurie d’oxygène

  Inde : la deuxième vague de Covid-19 “est arrivée comme un ouragan”, pénurie d’oxygène Alors que l'Inde est confrontée à un record de contaminations et de décès dus au Covid-19, l'oxygène commence à manquer !Reconnaissant que l'Inde et ses 1,3 milliard d'habitants livraient "une nouvelle fois une grosse bataille", M. Modi a demandé à ses compatriotes d'en faire davantage face au coronavirus afin d'éviter de nouveaux confinements dans le pays, en proie à une grave crise sanitaire liée à une virulente deuxième vague épidémique. "La situation était sous contrôle il y a quelques semaines encore et la deuxième vague est arrivée comme un ouragan", a-t-il dit.

Inde, Jammu, le 25 avril 2021, crémation d'une personne décédée du Covid-19: la douleur d'un proche. Les crématoriums en Inde tournent à plein régime avec de trois à quatre fois plus de défunts qu'en temps normal. © AP - Channi Anand Inde, Jammu, le 25 avril 2021, crémation d'une personne décédée du Covid-19: la douleur d'un proche. Les crématoriums en Inde tournent à plein régime avec de trois à quatre fois plus de défunts qu'en temps normal.

L’Inde pensait avoir surmonté le pire de la pandémie, lorsqu’une deuxième vague s’est abattue sur le pays. Les hôpitaux manquent de tout. Or, le Premier ministre Narendra Modi n’a qu’une priorité en tête, celle de gagner les élections, estime Jean-Joseph Boillot, économiste et spécialiste de l’Inde qui vient de publier « Utopies made in Monde, le Sage et l'économiste » aux Editions Odile Jacob. Le chercheur globetrotter dénonce une gabegie.

Covid-19. L’Inde en grande difficulté, la communauté internationale à son chevet

  Covid-19. L’Inde en grande difficulté, la communauté internationale à son chevet Face aux difficultés de l’Inde à juguler la progression du Covid-19, qui semble favorisée par la présence d’un variant très contagieux, de nombreux pays ont annoncé qu’ils allaient aider le sous-continent, dont les hôpitaux sont submergés. C’est une véritable « tempête » sanitaire qui s’abat sur l’Inde. La métaphore employée par le Premier ministre indien Narendra Modi pour décrire la situation de son pays face au Covid-19 est limpide : le système de santé du sous-continent est sur le point d’être balayé par une nouvelle vague épidémique.

RFI : Le système hospitalier indien est au bord de l’effondrement. Manque de lit, de médicaments et un marché noir florissant pour l’oxygène. Le désespoir, mais aussi la colère des Indiens embrasent les réseaux sociaux – est-ce que cette catastrophe sanitaire illustre, et je cite l’un de vos Tweets, « un régime hindouiste à la dérive » ?

Jean-Joseph Boillot : à la dérive, je ne sais pas, mais en tout cas, il est effectivement étonnant que l’on continue de reprendre des chiffres officiels, dont on sait qu’il faut les multiplier par 30 pour le nombre de cas, c’est-à-dire que plusieurs millions d’Indiens, chaque jour, sont atteints par cette nouvelle vague. Oui, il y a gabegie. Depuis le retour « à la normale », Narendra Modi ne pense qu’à une chose : les élections, les élections, les élections. Donc, il n’y a eu aucune préparation. Même en termes de vaccination, je suis très surpris de constater qu’en gros, moins de 5% de la population indienne a reçu les deux doses. Pour quelqu’un qui, depuis juin dernier, a joué de la diplomatie du vaccin, c’est assez révoltant aux yeux des Indiens. Beaucoup de mes amis meurent. Il y a une panique, il y a une catastrophe dont la responsabilité première, tout comme au Brésil avec Jaïr Bolsonaro, est liée, en Inde, à Narendra Modi et aux nationalistes fondamentalistes hindou.

Coronavirus : Nouveau record mondial de contaminations en Inde

  Coronavirus : Nouveau record mondial de contaminations en Inde Avec près de 350.000 nouveaux cas en une journée, du jamais vu au niveau mondial, le géant d'1,3 milliard d'habitants ne parvient pas à juguler la flambée épidémique © Rajanish Kakade La campagne de vaccination contre le Covid-19 en Inde, ici à Bombay. COVID-19 - Avec près de 350.000 nouveaux cas en une journée, du jamais vu au niveau mondial, le géant d'1,3 milliard d'habitants ne parvient pas à Face à la poussée spectaculaire de l'épidémie de coronavirus en Inde, qui a enregistré dimanche un record mondial de près de 350.

Le Bengale occidental est durement frappé par le Covid – or, le Premier ministre Narendra Modi s’entête à y organiser des rassemblements électoraux monstres pour y remporter la victoire, cruciale pour son parti BJP. Ne prend-il pas le risque que cette négligence se retourne contre lui et qu’il en sortira affaibli et décrédibilisé ?

Ce n’est pas parce que vous avez, sur les réseaux sociaux, un phénomène de révolte et d’indignation que vous avez nécessairement une sanction sur le plan électoral. Il faut deux conditions pour cela. La première est qu’il y ait une alternative, une relève. Or, la victoire probable du parti hindouiste BJP au Bengale occidentale s’explique, historiquement pour la première fois, par la division des partis de l’opposition. Ceci est aussi vrai à l’échelle de l’ensemble de l’Inde : il n’y a pas véritablement de relève et de capacité d’union des partis d’opposition.

Covid-19. Pourquoi l’épidémie est-elle hors de contrôle en Inde ?

  Covid-19. Pourquoi l’épidémie est-elle hors de contrôle en Inde ? Depuis plusieurs semaines, l’Inde est en proie à une très vive recrudescence de l’épidémie de Covid-19. Si les causes précises de cette flambée épidémique sont encore difficiles à cerner, plusieurs éléments ont clairement favorisé la propagation du virus dans le sous-continent indien. « La situation était sous contrôle il y a quelques semaines encore, et la deuxième vague est arrivée comme un ouragan. » Le 21 avril, Narendra Modi, le Premier ministre indien, résumait ainsi la façon dont son pays a vu réapparaître le Covid-19. Brutalement, après des semaines d’accalmie.Au début de l’année, le virus semblait presque oublié en Inde.

À lire aussi : Covid en Inde: la colère monte face à la gestion de la crise, Modi réplique

Vous ne vous attendez donc à aucune sanction dans les urnes ?

Ça pourrait marcher, cette idée de sanction dans les urnes, s’il y avait véritablement une énergie, une force notamment chez la jeunesse indienne. Or, vous y avez plutôt un phénomène de désespérance. On constate donc finalement un autre phénomène, connu dans les prises de pouvoir par des régimes néo-fascistes, c’est-à-dire que vous avez un leader charismatique qui fait croire qu’il va vous sauver du naufrage. Je crains, hélas, qu’avec Narendra Modi on soit dans cette configuration.

L’Inde se vantait comme « l’usine du monde » pour les vaccins, alors même qu’aujourd’hui, des centres indiens de vaccination ferment pour cause de pénurie – n’est-ce pas une énorme perte de face pour ce pays qui se présente pourtant comme une grande puissance régionale moderne ?

Ecoutez, une perte de face, je ne sais pas, mais vous allez avoir, bien sûr, une vision plus réaliste de ce qui a été ce discours sur la « diplomatie des vaccins », et de la capacité de l’Inde de faire face à la Chine.

Combien de temps dure l'interdiction de vol de l'Inde et quand les Australiens vont-ils rentrer à nouveau à la maison?

 Combien de temps dure l'interdiction de vol de l'Inde et quand les Australiens vont-ils rentrer à nouveau à la maison? L'Australie a fait une pause tous les vols directs d'Inde en tant que pays grappins avec une vague meurtrière de Covid-19 qui tue des milliers de dollars tous les jours. L'interdiction des voyages augmente également les restrictions sur les personnes qui cherchent à voyager en Inde. Alors que le gouvernement australien a fixé une date pour examiner les vols en pause, le Premier ministre Scott Morrison a laissé la porte ouverte à l'interdiction d'être prolongée.

Justement, la Chine, compte-elle tirer profit de l’échec indien ?

C’est pour Pékin probablement le renforcement de sa crédibilité.

La Chine livre des vaccins à tous les pays en développement. Le virus y est immédiatement contrôlé, testé, isolé. Il n’y a donc pas de reprise de l’épidémie en Chine. Donc voilà, cela montre tout simplement ce que je dis depuis des années, que l’Inde est un grand pays du point de vue démographique, mais qu’elle reste une puissance secondaire. Tant mieux, car si l’Inde était une superpuissance, alors cela pourrait présenter des dangers, et la montée des fondamentalistes néofascistes hindou me confortent dans cette idée-là. Donc, prenons l’Inde telle qu’elle est, telle qu’elle se présente.

À lire aussi : en Inde, face à la situation alarmante, l'UE et les États-Unis vont envoyer de l'aide

£ 1BN UK-Inde Trade Offres pour créer 6 000 emplois au Royaume-Uni .
Le Premier ministre a annoncé de nouveaux accords de commerce et d'investissement avec l'Inde d'une valeur de 1 milliard de livres sterling. © Getty Getty Images M. Johnson a déjà rencontré le Premier ministre de l'Inde lors du Sommet du G7 2019 , il comprend plus de 533 millions de livres £ de nouveaux investissements d'Inde au Royaume-Uni, qui devrait créer environ 6 000 emplois. Downing Street a déclaré que le nouveau partenariat "ouvre la manière" d'un futur accord de libre-échange UK-Inde.

usr: 2
C'est intéressant!