•   
  •   

Sport Nucléaire-Le chef de la diplomatie iranienne à Bruxelles

06:30  15 mai  2018
06:30  15 mai  2018 Source:   fr.reuters.com

Le pétrole termine en nette hausse à New York

  Le pétrole termine en nette hausse à New York Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse vendredi sur le marché new-yorkais Nymex, dans l'attente de nouvelles concernant d'éventuelles nouvelles sanctions américaines contre l'Iran.Téhéran ne renégociera pas l'accord de Vienne de juillet 2015 sur son programme nucléaire, a réaffirmé le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, dans un message diffusé jeudi à l'approche du 12 mai, date de l'expiration de l'ultimatum lancé par Donald Trump.

L’Iran et l’Union européenne vont-ils poursuivre l’accord sur le nucléaire iranien malgré le retrait des Etats-Unis ? C’est tout l’enjeu de la visite du ministre des affaires étrangères iranien , Mohammad Javad Zarif, à Bruxelles mardi 15 mai. Il a rencontré dans la matinée la chef de la diplomatie

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, se rendra à Pékin, Moscou et Bruxelles pour discuter des moyens de sauver l'accord nucléaire après la sortie des Etats-Unis, a déclaré aujourd'hui à l'AFP son porte-parole.

Une semaine jour pour jour après la décision américaine de se retirer de l'accord de 2015 sur le nucléaire, le chef de la diplomatie iranienne rencontre mardi soir à Bruxelles ses homologues français, britannique et allemand, troisième étape de sa tournée internationale destinée à préserver ce texte.

"Rencontres substantielles avec mes homologues à Pékin et Moscou, en route pour rencontrer la haute représentante de l'Union européenne et les ministres des Affaires étrangères des E3 (pays européens signataires de l'accord-NDLR) à Bruxelles", a écrit Mohammad Javad Zarif sur son compte Twitter lundi soir.

Nucléaire iranien : le chef de la diplomatie iranienne en tournée pour sauver l'accord

  Nucléaire iranien : le chef de la diplomatie iranienne en tournée pour sauver l'accord L'Iran entame samedi à Pékin une vaste offensive diplomatique, qui conduira ensuite son ministre des Affaires étrangères à Moscou puis à Bruxelles. Objectif : tenter de sauver l'accord nucléaire abandonné par les États-Unis. Opération de la dernière chance pour Téhéran, déterminé à ne pas laisser mourir l'accord sur le nucléaire iranien. Le chef de la diplomatie iranienne Mohammed Javad Zarif va multiplier les déplacements : Pékin samedi Opération de la dernière chance pour Téhéran, déterminé à ne pas laisser mourir l'accord sur le nucléaire iranien.

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Zarif était à Bruxelles ce mardi pour rencontrer ses homologues français, allemand et britannique. Steven Blockmans from CEPS, Senior Research Fellow and Head of EU Foreign Policy Unit explained it to me: "L'accord sur le nucléaire iranien a

Avant sa visite à Bruxelles , le chef de la diplomatie iranienne , Mohammad Javad Zarif, se rendra à Pékin et Moscou pour discuter des moyens de sauver l’accord nucléaire .

"Nous allons bientôt pouvoir déterminer comment le P4+1 (Chine, France, Royaume-Uni, Russie + Allemagne) pourra garantir les avantages de l'Iran dans le cadre du JCPOA (autre nom de l'accord-NDLR) et préserver cette réalisation diplomatique sans précédent", a-t-il ajouté.

Depuis la décision de Donald Trump de se retirer de cet accord conclu en 2015, les discussions entre chancelleries se multiplient pour tenter de sauver ce texte qui encadre le programme nucléaire de Téhéran en échange d'une levée progressive des sanctions contre la République islamique.

"Il faut que l’accord soit maintenu dans toutes ses dimensions, y compris par l’Iran", a martelé le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian la semaine dernière dans Le Parisien. "Nous comprenons la préoccupation des Iraniens, celle de voir préservés les avantages économiques qui sont l’une des contreparties de l’accord."

L'accord de 2015 sur le nucléaire iranien peut rester viable-Le Drian

  L'accord de 2015 sur le nucléaire iranien peut rester viable-Le Drian La France a l'intention de rester partie prenante de l'accord sur le programme nucléaire de l'Iran et continue de penser qu'il peut empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian. Le ministre français, en visite à Dublin, a souligné l'importance de la lutte contre la prolifération nucléaire et estimé que l'accord de juillet 2015 signifiait que la non prolifération nucléaire était possible.

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Zarif a eu un premier entretien mardi à Bruxelles avec la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, pour parler de l 'accord sur le nucléaire dénoncé par Donald Trump, ont annoncé ses services.

L’Union européenne a décidé d’inviter prochainement à Bruxelles le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif pour discuter des récentes Il a notamment fait référence au fait que les Etats-Unis « se préparent à dénoncer l’accord sur le nucléaire iranien et donc à détruire un succès

"Nous souhaitons, nous, nous efforcer d’assurer à l’Iran la pérennité du cadre des engagements commerciaux et des investissements", a-t-il ajouté. "Cela implique d’avancer entre Européens dans les semaines qui viennent."

RÉUNION DES ENTREPRISES FRANÇAISES

Le rendez-vous de mardi soir à Bruxelles, auquel participera également la porte-parole de la diplomatie européenne Federica Mogherini, sera suivi mercredi soir par un dîner informel entre les 28 chefs d'Etat et de gouvernement européens à Sofia qui devrait être dominé par les différends entre l'UE et les Etats-Unis - le commerce et l'Iran.

"C'est un test de souveraineté pour l'Europe, il est important qu'elle puisse défendre ses intérêts", souligne-t-on à l'Elysée, quelques jours après un discours offensif d'Emmanuel Macron à Aix-la-Chapelle appelant à "faire de l'Europe une puissance géopolitique, commerciale, climatique, économique, alimentaire, diplomatique propre."

LEAD 1-L'accord de 2015 sur le nucléaire iranien peut rester viable-Le Drian

  LEAD 1-L'accord de 2015 sur le nucléaire iranien peut rester viable-Le Drian La France a l'intention de rester partie prenante de l'accord sur le programme nucléaire de l'Iran et continue de penser qu'il peut empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian. Le ministre français, en visite à Dublin, a souligné l'importance de la lutte contre la prolifération nucléaire et estimé que l'accord de juillet 2015 signifiait que la non prolifération nucléaire était possible.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, se rendra à Pékin, Moscou et Bruxelles pour discuter des moyens de sauver l'accord nucléaire après la sortie des Etats-Unis, a déclaré 23 Juillet 2018, 13:07 Le chef de la diplomatie russe en visite aujourd'hui sur la Syrie.

© John Thys, AFP | Le chef de la diplomatie iranienne Mohammed Javad Zarif va se rendre à Pékin, Moscou et Bruxelles pour tenter de sauver l'accord sur le nucléaire iranien .

Le rétablissement des sanctions américaines est également source d'inquiétude pour les grands groupes européens, notamment Airbus, les constructeurs automobiles français PSA et Renault, le groupe pétrolier Total et le pharmaceutique Sanofi.

Quelques heures avant la rencontre à Bruxelles, une réunion est prévue à Bercy à midi avec les entreprises françaises présentes en Iran "pour essayer au maximum de les préserver" des sanctions que les Etats-Unis souhaitent rétablir.

"Les Européens n’ont pas à payer pour le retrait d’un accord par les États-Unis", a souligné Jean-Yves Le Drian. "Entre Européens, nous devons mettre en place les mesures nécessaires pour protéger les intérêts de nos entreprises et entamer des négociations avec Washington sur ce sujet."

"Demain à Bruxelles nous discuterons de ce que nous pouvons faire pour aider les entreprises britanniques, les entreprises européennes à avoir confiance dans le fait qu’elles peuvent continuer à faire des affaires" en Iran, a déclaré à ses côtés son homologue britannique Boris Johnson à Londres lundi. (Marine Pennetier, avec John Irish, édité par Yves Clarisse)

L'Iran réclame des mesures pour sauver l'accord sur le nucléaire .
Les pays signataires de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 se sont réunis pour la première fois depuis le retrait des Etats-Unis vendredi à Vienne, où Téhéran a demandé aux Européens de lui faire des propositions économiques d'ici au 31 mai.Depuis la décision de Donald Trump, les pays européens concernés - France, Grande-Bretagne et Allemagne - cherchent un moyen de garantir à l'Iran qu'il continuera à bénéficier des retombées économiques de l'accord pour le convaincre de ne pas relancer son programme nucléaire - suspendu en contrepartie d'une levée progressive des sanctions internationales.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!