•   
  •   

Sport LEAD 1-May confortée à Westminster lors d'un vote sur le Brexit

23:50  13 juin  2018
23:50  13 juin  2018 Source:   fr.reuters.com

Le sort du Brexit suspendu au vote du Parlement de Westminster

  Le sort du Brexit suspendu au vote du Parlement de Westminster Les députés examinent mardi et mercredi en seconde lecture le projet de loi sur la sortie de l’UE. Toute l’attention est concentrée sur quinze amendements ajoutés par les Lords. © DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP Manifestation proeuropéenne aux abords du parlement britannique de Westminster, à Londres, le 11 juin. Le sort du Brexit, mais aussi le pouvoir du Parlement face à l’exécutif sont en jeu, mardi 12 et mercredi 13 juin à la Chambre des communes avec une série de votes déterminants pour la position de Theresa May dans la négociation du divorce avec les Vingt-Sept.

La Première ministre britannique, Theresa May, est parvenue mercredi à faire rejeter par la Chambre des communes le dernier des 15 amendements ajoutés par la Chambre des Lords, majoritairement hostile au Brexit, au texte qui définit les modalités de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Les députés britanniques rétablissent la date du Brexit

  Les députés britanniques rétablissent la date du Brexit La Chambre des communes a voté mardi contre un amendement au projet de loi sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne qui ne prévoyait plus de fixer de date pour le Brexit. Dans le texte initial voté en janvier par les députés, la sortie du Royaume-Uni avait été fixée au 29 mars 2019 à 23h00 GMT. Cette date avait été retirée par la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement, majoritairement pro-européenne. Elle a été rétablie mardi par une majorité de 326 députés contre 301.

Les députés ont soutenu la position du gouvernement qui entendait faire rejeter les dispositions susceptibles d'aller à l'encontre de sa feuille de route qui prévoit de quitter l'union douanière et le marché unique.

La dirigeante britannique était parvenue mardi à contrer une rébellion au Parlement sur ses projets de Brexit, au prix d'un compromis qui accorde aux parlementaires plus de contrôle sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

LEAD 1-Les députés britanniques rétablissent la date du Brexit

  LEAD 1-Les députés britanniques rétablissent la date du Brexit La Première ministre Theresa May a contré mardi une rébellion au Parlement sur ses projets de Brexit, au prix d'un compromis qui accorde aux parlementaires plus de contrôle sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.Après un débat serré, les députés de la Chambre des communes ont voté par 324 voix à 298 pour accepter une proposition disant que si le Parlement rejette l'accord final sur le Brexit, un ministre du gouvernement fera savoir comment le gouvernement prévoit de procéder dans les 28 jours.

Mercredi, les parlementaires ont voté contre le maintien du Royaume-Uni au sein de l'Espace économique européen qui offre un accès au marché unique aux pays qui acceptent les principes de la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux.

Le rejet de 14 des 15 amendements de la Chambre des Lords est une victoire majeure pour le gouvernement sur le projet de loi sur le Brexit, projet destiné à annuler la loi de 1972 par laquelle la Grande-Bretagne est devenue membre de ce qui s'appelait alors la Communauté économique européenne.

Il n'en a accepté qu'un qui prévoit de maintenir des relations avec certaines institutions européennes après le Brexit.

Les Communes, qui avaient voté le projet de loi en première lecture en janvier, doivent se prononcer au total sur une quinzaine d'amendements votés par la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement, majoritairement pro-européenne. Au total, le gouvernement va chercher à faire annuler ou modifier 14 des 15 amendements votés par les Lords. (Andrew MacAskill, Nicolas Delame pour le service français)

May remporte un vote crucial sur le Brexit aux Communes .
Theresa May a remporté mercredi un vote crucial à la Chambre des communes, qui a accepté sa proposition relative au droit de regard dont disposeront les députés britanniques sur les conditions de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.La Première ministre britannique est ainsi parvenue à vaincre une tentative d'élus de son camp conservateur favorables à l'UE visant à accorder davantage d'influence au Parlement.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!