•   
  •   

Sport Macron dément toute "ambiguïté" avec Philippe de Villiers

01:40  14 juin  2018
01:40  14 juin  2018 Source:   fr.reuters.com

Banque: pas de discussion de Société générale avec Unicrédit pour une fusion

  Banque: pas de discussion de Société générale avec Unicrédit pour une fusion La Société Générale a démenti lundi toute discussion de son conseil d'administration sur un rapprochement avec la banque italienne Unicredit, sur fond de rumeurs de presse sur le sujet. Le Financial Times, qui cite plusieurs sources proches du dossier, a affirmé dimanche que le patron d'Unicredit, le Français Jean-Pierre Mustier - un ancien de la Société Générale - avance l'idée depuis plusieurs mois, et que les administrateurs de Société Générale étudient aussi l'éventualité d'un rapprochement.

Emmanuel Macron a déclaré mercredi soir lors d'un déplacement en Vendée avoir des conversations "hautes en couleur" avec le souverainiste Philippe de Villiers et démenti toute ambiguïté et évoquant certaines convictions "irréconciliables".

"Il n'y a pas d'ambiguïté", a dit le chef de l'Etat français à la presse à son arrivée aux Herbiers (Vendée) pour une rencontre avec des chefs d'entreprises à laquelle participait Philippe de Villiers.

"Il est sur le plan personnel haut en couleurs, sur le plan des idées il est tout à fait d'une droite très conservatrice qui, comme ça ne vous a pas échappé, ne défend ni les mêmes valeurs ni les mêmes principes que moi", a-t-il ajouté.

France-Philippe dément l'objectif de sept milliards d'euros d'économies

  France-Philippe dément l'objectif de sept milliards d'euros d'économies Le Premier ministre, Edouard Philippe, a qualifié jeudi soir d'"âneries" les informations du Canard Enchaîné faisant état d'un objectif de sept milliards d'euros de réduction des dépenses sociales, tout en réitérant la volonté du gouvernement de rendre plus efficaces les prestations sociales. Selon l'hebdomadaire satirique, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a écrit à Matignon pour contester des économies de sept milliards d'euros qui lui étaient demandées sur les aides sociales sur la période 2021-2022, dans le cadre du plan Cap 22 de réduction des dépenses publiques.

"C'est quelqu'un - je le connais depuis 2016 - avec qui j'ai échangé et avec lequel j'ai des accords et beaucoup de désaccords", a-t-il poursuivi. "C'est quelqu'un qui sur le plan personnel a fait quelque chose au Puy du Fou qu'il faut reconnaître, avec qui on a eu des discussions hautes en couleur, mais qui porte des convictions - certaines qui sont irréconciliables et d'autres qui permettent une confrontation utile".

Les deux hommes s'étaient déjà officiellement rencontrés en août 2016 - Emmanuel Macron s'était rendu au Puy du Fou et avait alors déclaré qu'il n'était pas "socialiste" - et en mai 2017 au stade de France à l'occasion de la finale de la Coupe de France de football opposant Les Herbiers au Paris Saint-Germain.

Réduction des dépenses sociales : Philippe dément et évoque une "ânerie"

  Réduction des dépenses sociales : Philippe dément et évoque une Edouard Philippe a démenti jeudi toute velléité de l'exécutif de réduire de 7 milliards d'euros les dépenses sociales, qualifiant d'"ânerie" un article en ce sens du "Canard enchaîné".Edouard Philippe a démenti jeudi toute velléité de l'exécutif de réduire de 7 milliards d'euros les dépenses sociales, qualifiant d'"ânerie" un article en ce sens du "Canard enchaîné". "Vous avez cité vous-mêmes l'hebdomadaire satirique auquel on est tous probablement très attachés. Ca prouve qu'un volatile peut dire des âneries", a déclaré le Premier ministre, interrogé sur ce point par LCI.

"A chaque fois que vous venez en Vendée, ça se passe bien pour vous après, c'est un bonheur pour nous de savoir que c'est pour vous un porte-bonheur", a dit Philippe de Villiers lors de l'échange avec les chefs d'entreprises.

Devant la presse un peu plus tard, alors qu'il était interrogé sur les interrogations soulevées par son "amitié" avec le chef de l'Etat, il a déclaré qu'Emmanuel Macron était "assez grand pour ne pas être sous influence".

"S'il y a des gens qui croient qu'il va devenir souverainiste parce qu'il voit Philippe de Villiers, je les rassure tout de suite : Emmanuel Macron tient tout seul, sans col en amidon", a déclaré le créateur du parc d'attractions Le Puy du Fou désormais retiré de la vie politique.

"On a noué une amitié avec lui et son épouse, nous sommes des amis, et quand vous êtes amis, ce n'est pas pour cela que vous êtes alignés. Il n'est pas aligné sur mes idées, je ne suis pas aligné sur les siennes". (Marine Pennetier, édité par Nicolas Delame)

La cote de Macron et Philippe au plus bas dans le baromètre Ifop/JDD .
La cote de popularité d'Emmanuel Macron a reculé d'un point en juin, à 40% de satisfaits, et celle d'Edouard Philippe a cédé trois points, à 42% de satisfaits, ce qui représente pour chacun d'entre eux un plus bas dans le baromètre mensuel de l'Ifop pour le Journal du Dimanche (JDD). La proportion de Français satisfaits de l'action du chef de l'Etat a baissé de 10 points par rapport au mois de janvier et elle renoue ainsi avec un plus bas record depuis son accession à l'Elysée déjà atteint en août 2017.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!