•   
  •   

Sport Pinturault: « Le titre olympique ? Je le veux à tout prix »

17:50  22 octobre  2021
17:50  22 octobre  2021 Source:   sports.fr

« Je voulais des livres gratuits »…: les enfants jurés du Prix dimoitou se souviennent

  « Je voulais des livres gratuits »…: les enfants jurés du Prix dimoitou se souviennent Samedi 9 octobre se tiendra le Prix dimoitou au Mans à l’occasion du salon du livre « Faites lire ! » Nous revenons sur les parcours des enfants qui ont participé au prix depuis sa création en 2009. Troisième volet de notre série sur ce prix. © Archives Philippe Cherel, OUEST FRANCE Le Caennais Pierre-Louis Guillot, juré en 2009, à la remise du premier Prix dimoitou, « Pour tout l’or du monde » de Jean-Marie Defossez. Ils ont 12, 13, 16, 19 et 22 ans : Simon, Yaël, Elina, Perrine et Pierre-Louis ont tous participé au jury du Prix dimoitou.

Ski alpin – Pinturault : « Le titre olympique ? Je le veux à tout prix » © Fournis par Sports.fr Ski alpin – Pinturault : « Le titre olympique ? Je le veux à tout prix »

Alexis Pinturault affiche ses ambitions. Alors que la nouvelle saison de Coupe du Monde de ski alpin s'ouvre dès ce week-end, du côté de Sölden, le Français, vainqueur du dernier classement général, le 20 mars dernier, après un ultime duel avec Marco Odermatt, a répondu notamment à une interview d'Eurosport.fr, à l'occasion de la présentation des équipes de France, du côté de Romilly-sur-Seine. Cette fameuse nouvelle saison ne sera pas si anodine que cela puisqu'il s'agira, en effet, d'une saison olympique, avec les prochains Jeux d'hiver, programmés à l'occasion du mois de février 2022 et prévus du côté de Pékin en Chine. Désormais libéré, le Tricolore, aujourd'hui âgé de 30 ans, n'en reste donc pas moins ambitieux, même s'il se sait désormais attendu, du fait de son nouveau statut et de son bien à défendre.

Ski: Les ambitions élevées d’Odermatt

  Ski: Les ambitions élevées d’Odermatt Deuxième de la Coupe du Monde de ski alpin la saison passée derrière Alexis Pinturault, Marco Odermatt visera cette saison un globe de cristal ou une médaille olympique.La saison passée, le skieur suisse avait remporté trois victoires (géants de Santa Caterina et Kranjska Gora et Super G de Saalbach-Hinterglemm), contre une seule depuis le début de sa carrière en 2016. Si bien qu’il n’avait terminé qu’à 167 points d’Alexis Pinturault, qu’il avait inquiété jusqu’à la fin, le Français n’étant couronné que lors de l’avant-dernière épreuve. « Sur le moment je n'y ai pas pensé, parce que je voulais skier course par course et je n'ai pas laissé les émotions m'envahir, se souvient-il.

« Le gros globe, c'est toujours une quête »

D'ailleurs, Alexis Pinturault fait logiquement de ces prochains Jeux son objectif principal : « Un rêve, un défi et des émotions. » Avant cela, il y aura donc forcément la Coupe du Monde à défendre : « C'est un objectif que je n'ai plus forcément besoin d'aller chercher. Le gros globe, c'est toujours une quête. On sait à quel point il est difficile d'aller le quérir, le toucher du doigt. En posséder un, c'est difficile. Alors deux... Là, je peux me concentrer sur d'autres choses, d'autres ambitions, d'autres volontés. » C'est le 23 août dernier qu'Alexis Pinturault a rechaussé ses skis afin d'entamer la préparation de cette toute nouvelle saison, du côté de Saas-Fee en Suisse. Le Français possède le plus palmarès du ski français en Coupe du Monde. Reste à savoir s'il saura également étoffer celui qui est le sien, au niveau olympique : « Mon bilan aux JO est déjà excellent. Mais il me manque encore le fameux titre olympique. C'est l'objectif numéro un de ma saison. Je le veux à tout prix. »

Prix Goncourt : quand le succès vire au cauchemar .
La révélation du prix Goncourt est, comme chaque année un honneur inouï pour l’auteur récompensé. Ce mercredi 3 novembre il a couronné l’écrivain sénégalais Mohamed Mbougar Sarr pour « La plus secrète mémoire des hommes ». Pourtant, certaines belles histoires du Goncourt ont pu virer au cauchemar. Retour sur quelques ratés, plus ou moins excusables, du palmarès. Deuxième épisode de notre série consacrée au prix Goncourt. L’erreur est humaine, comme la réussite.

usr: 1
C'est intéressant!