•   
  •   

Sport Le pétrole chute à New York avec les tensions commerciales

22:45  11 juillet  2018
22:45  11 juillet  2018 Source:   fr.reuters.com

Le pétrole termine en nette hausse à New York

  Le pétrole termine en nette hausse à New York Les cours du pétrole ont terminé en forte hausse mercredi sur le marché new-yorkais Nymex après l'annonce d'un recul hebdomadaire des stocks américains de pétrole brut le plus important depuis septembre 2016. Les stocks américains de pétrole brut ont baissé de près de 10 millions de barils la semaine dernière avec l'augmentation de production des raffineries, tandis que les stocks d'essence et de distillats ont augmenté, a annoncé mercredi l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Les cours du pétrole ont chuté vendredi, à nouveau affectés par un regain des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis et l’ampleur de Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour le contrat de mai a cédé 1,48 dollar à 62,06 dollars.

Le pétrole , très volatil, termine en baisse à New York | REUTERS. 19/10/15. Morning Meeting: Après les tensions commerciales , c’est le risque politique allemand qui plane sur la Bourse.

Les cours du pétrole ont lourdement chuté mercredi sur le marché new-yorkais Nymex, le Brent lâchant quasiment 7%, sa plus forte baisse en une journée depuis près de deux ans et demi, avec l'aggravation des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Les Etats-Unis ont publié mardi soir une liste de produits chinois représentant 200 milliards de dollars (171 milliards d'euros) d'importations américaines que Washington pourrait taxer à 10% dans deux mois en l'absence d'accord avec Pékin. La Chine a prévenu qu'elle riposterait.

Autre facteur ayant pesé sur la tendance, la Libye a annoncé la réouverture de quatre terminaux pétroliers dont la fermeture avait divisé de plus de moitié la production quotidienne du pays.

Draghi redoute les effets économiques des tensions commerciales

  Draghi redoute les effets économiques des tensions commerciales Une escalade des tensions commerciales avec les Etats-Unis affecterait l'économie de la zone euro plus qu'on ne le pense à l'heure actuelle, a déclaré vendredi Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), selon une source proche du dossier. L'avertissement lancé par Draghi à l'adresse des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne réunis à Bruxelles réplique essentiellement ce que lui-même et d'autres grands banquiers centraux ont déclaré la semaine passée, à l'occasion d'une conférence de la BCE à Sintra, au Portugal.

Les prix du pétrole ont chuté lundi à New York , perdant plus de 3 dollars le baril dans un contexte de regain d'inquiétude pour la zone euro et de renchérissement du dollar, qui rendait l'or noir moins attractif.

Les cours du pétrole ont chuté vendredi, à nouveau affectés par un regain des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et alors que Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour le contrat de mai a cédé 1,48 dollar à 62,06 dollars.

Ces deux éléments, conjugués au raffermissement du dollar, ont éclipsé l'annonce d'une baisse de 13 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière, la plus forte depuis près de deux ans.

Le contrat août sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 3,73 dollars, soit 5,03%, à 70,38 dollars le baril. Il s'agit de sa plus forte baisse en pourcentage depuis le 7 juin 2017.

Au moment de la clôture du Nymex, le Brent chutait de 5,46 dollars (-6,92%) à 73,40 dollars, un recul d'une ampleur sans précédent depuis le 9 février 2016. (Jessica Resnick-Arnault Bertrand Boucey pour le service français)

Le pétrole termine en hausse à New York .
Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi sur le Nymex, profitant du recul du dollar et d'une baisse prévisible des exportations saoudiennes en août, autant d'éléments qui contrebalancent les effets négatifs des tensions commerciales entre Pékin et Washington. L'Arabie saoudite estime que ses exportations de brut diminueront d'une centaine de milliers de barils par jour (bpj) en août, le royaume voulant être certains de ne pas servir ses clients au-delà de leurs besoins, a déclaré jeudi son délégué auprès de l'Opep.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!