•   
  •   

Sport Pitroipa : « Je ne suis pas aussi fragile qu'on ne le pense »

15:50  14 septembre  2018
15:50  14 septembre  2018 Source:   sofoot.com

Deschamps sur Lloris : "Ça ne change en rien ce que je pense de lui"

  Deschamps sur Lloris : En conférence de presse jeudi, Didier Deschamps a eu quelques mots au sujet de son capitaine, inculpé la semaine dernière en Angleterre pour conduite en état d'ivresse.En conférence de presse jeudi, Didier Deschamps a eu quelques mots au sujet de son capitaine, inculpé la semaine dernière en Angleterre pour conduite en état d'ivresse.

Jonathan Pitroipa © Fournis par Newsweb Jonathan Pitroipa

À 32 ans, l’ancien Rennais Jonathan Pitroipa s’est posé cet été du côté du Paris FC, en Ligue 2. L’occasion de jeter un œil dans le rétro pour voir une finale de la CAN, des dribbles et même des grilles de mots fléchés.

Quatre ans après ton départ du Stade rennais, qu’est-ce qui te ramène en France, au Paris FC ?

Le fait d’être passé ici en novembre dernier pour ma remise en forme m’a permis de découvrir le club. J’étais en fin de contrat aux Émirats, je revenais de blessure de la CAN (2017), c’était bien de travailler ici au sein d’une équipe. Ensuite, j’ai reçu une offre du Royal Antwerp où j’ai joué lors de la deuxième partie de saison... Cet été, les dirigeants du PFC m’ont demandé si j’étais intéressé, ça s’est fait. J’avais toujours un pied à terre à Rennes, en plus, ma femme a étudié en France, elle a des amis ici. Je voyage beaucoup pour les matchs internationaux et je passe toujours par la France. Et puis mon premier fils est né à Rennes...

Choupo-Moting : « Le PSG est un des plus grands clubs au monde »

  Choupo-Moting : « Le PSG est un des plus grands clubs au monde » Last minute. Le Paris Saint-Germain a officialisé tard hier soir l'arrivée d'Eric Maxim Choupo-Moting. Laissé libre par Stoke City, l'attaquant Last minute.

Pitroipa: « On fait rêver les gens au Burkina Faso »

À quoi ressemblait ton enfance à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso ?

« Mon père est très artiste : le dessin, la peinture... Il avait une société dans le domaine de l’art et il faisait aussi des mots fléchés, il en créait pour la presse. »
Moi, c’était foot à fond grâce à mon papa. Je connaissais le programme du championnat, et j’étais toujours à la maison à l’heure de partir au stade pour pouvoir le suivre. Lui, il supportait l’Étoile filante de Ouagadougou, et moi, j’étais pour ASFA Yennenga, car le frère de ma maman a joué dans cette équipe. C’étaient les deux équipes phares du championnat. Mon père est très artiste : le dessin, la peinture... Il avait une société dans le domaine de l’art et il faisait aussi des mots fléchés, il en créait pour la presse. Ma mère restait tranquille à la maison. J’ai une sœur et trois frères. Mon grand frère est artiste peintre, et un autre travaille dans le cinéma d’animation. Tout est venu du papa.

Venus Williams en admiration devant sa sœur

  Venus Williams en admiration devant sa sœur Battue 6-1, 6-2 par sa sœur Serena au troisième tour de l’US Open, Venus Williams a estimé que Serena avait joué son meilleur match contre elle, en 30 confrontations. La cadette des sœurs lui a répondu par un autre compliment. © Fournis par Media 365 venus serena williams Pour la 18eme fois en 30 confrontations, Serena Williams a battu sa sœur Venus vendredi au troisième tour de l’US Open. La cadette (36 ans) a infligé une correction à l’aînée (38 ans), ne lui laissant que trois jeux : 6-1, 6-2. Soit exactement le même score qu’en demi-finale sur la terre battue de Charleston en 2013.

Il y a un grand joueur qui t’a particulièrement marqué ?

« L’envie de réussir s’est vraiment manifestée en regardant la Coupe du monde 1998. »
Quand j’étais plus jeune, on n’avait pas accès aux chaînes qui retransmettaient la Ligue 1. Je regardais la Coupe du monde. Le grand joueur qui m’a marqué, c’est Zidane. L’envie de réussir s’est vraiment manifestée en regardant la Coupe du monde 1998... J’avais 12 ans. Cette année-là, il y avait aussi la CAN organisée chez nous, au Burkina. J’étais tout le temps au stade. Je rêvais de porter le maillot de l’équipe nationale. Ce que je garde en tête, c’est le match de la 3e place, on menait 3-0 et on s’est fait rejoindre au score (le match se finit à 4-4 et les Étalons s’inclinent aux tirs au but, N.D.L.R.). Je n’étais pas content du tout. (Rires.)

En grandissant au Burkina Faso, quelle image avais-tu de la France ?

C’est vrai qu’en Afrique de l’Ouest, on regarde beaucoup plus la Ligue 1 que les autres championnats. Quand on rêve de devenir professionnel, on ne voit que la France. Moi, c’est ce que je me disais, mais malgré tout, je suis allé en Allemagne. Je suis passé à Auxerre pour faire deux à trois mois d’essai. Ils me proposaient de rester au centre de formation, alors qu’à Fribourg, on m’a proposé un contrat professionnel direct à 17 ans.

Griezmann : «Je suis de plus en plus proche du Ballon d'or»

  Griezmann : «Je suis de plus en plus proche du Ballon d'or» La course est lancée. À quelques mois de la remise du Ballon d'or France Football, Antoine Griezmann est déjà en campagne. Dans un entretien accordé à L'Equipe, le champion du monde s'est exprimé sur son désir de remporter le prix après «la saison la plus réussie de (sa) carrière». «J'y pense, surtout que je suis de plus en plus proche. Le Ballon d'or est une récompense prestigieuse, et pour un joueur, c'est le summum. Il n'y a pas mieux, pas plus haut.» L'attaquant de l'Atlético de Madrid espère faire partie des trois et se verrait même succéder à Cristiano Ronaldo.

Comment as-tu vécu ce déracinement ?

Pour tout jeune, c’est difficile de quitter son pays. J’avais été formé au centre de formation Planète Champions à partir de l’âge de 12 ans. J’étais interne, je rentrais pendant les vacances. Ça m’a formé mentalement à me dire que j’étais amené à quitter ma famille. Il y avait la barrière de la langue, mais en Allemagne, je prenais des cours. Et puis, des aînés m’ont beaucoup aidé : Wilfried Sanou (un international burkinabé), Soumaila Coulibaly et Boubacar Diarra (deux internationaux maliens). Grâce à eux, l’intégration s’est déroulée plus vite que je ne le pensais. Les entraînements, c’était intense. Moi, j’essaye toujours d’éviter les coups. Je ne suis pas aussi fragile qu’on ne le pense, mais mon jeu, c’est vraiment de dribbler et d’éviter les chocs.

En 2011, tu débarques en Ligue 1, au Stade rennais. Quelles sont les épreuves que tu as traversées pour en arriver là ?

L’Allemagne m’a beaucoup formé pour savoir ce que je voulais vraiment, comment travailler... La culture allemande est stricte : quand tu arrives en retard d’une minute à l’entraînement, tu prends une amende, peu importent les explications. J’ai passé trois belles années à Hambourg, où j’ai côtoyé de très grands joueurs. On a fait deux demi-finales de Coupe d’Europe. Jouer avec Van Nistelrooy et Zé Roberto... c’était une fierté pour un jeune joueur africain comme moi. Mais après sept ans en Allemagne, je sentais que je ne progressais plus. Il y avait trop de changements d’entraîneur, ça me fatiguait. Je voulais plus de stabilité, c’est pourquoi j’ai fait le choix d’aller à Rennes.

Emmanuel Macron n'en a pas fini avec l'affaire Benalla

  Emmanuel Macron n'en a pas fini avec l'affaire Benalla Dans une interview au Figaro, le président de la commission des lois au Sénat, Philippe Bas, n'a une nouvelle fois pas exclu d'auditionner Alexandre Benalla alors que la mission d'information sur ce collaborateur de l'Elysée reprend.Dans une interview au Figaro, le président de la commission des lois au Sénat, Philippe Bas, n'a une nouvelle fois pas exclu d'auditionner Alexandre Benalla alors que la mission d'information sur ce collaborateur de l'Elysée reprend.

Rennes, c’est le sommet de ta carrière en club ?

La première saison, j’ai pris beaucoup de plaisir. Julien Féret, Yann M'Vila, Yacine Brahimi, Jirès Kembo, Víctor Hugo Montaño, Tongo Doumbia... C’était une équipe vraiment costaude et technique, avec le coach Antonetti. En 2013, j’ai atteint un autre niveau, mais c’est dommage parce que la saison s’est mal terminée avec la blessure de Romain Alessandrini. Malheureusement, on a perdu la finale de la Coupe de la Ligue contre Saint-Étienne. Quelques semaines avant, je perdais la finale de la CAN avec le Burkina.

Flamzy : « On calcule à la fin, c'est la spécialité des Ivoiriens »

C’était la première fois que la sélection du Burkina Faso atteignait la finale de la CAN. Qu’est-ce qu’il en reste aujourd’hui, pour toi qui avais été élu meilleur joueur du tournoi ?

« J’ai des regrets concernant la finale de la CAN 2013 perdue contre le Nigeria. On était meilleurs. »
C’est une fierté. Même loin du pays, en Afrique du Sud, on sentait la ferveur. On sentait la population derrière nous. En quarts de finale contre le Togo, j’arrive à marquer sur corner de la tête, ça m’a beaucoup surpris. J’avais marqué de la tête à Fribourg sur des centres, mais sur corner non, c’était la première fois ! Pour la finale contre le Nigeria, j’ai des regrets. Je trouve qu’on était meilleurs. Mais le problème, c’est qu’on était émoussés après avoir joué deux fois la prolongation en quarts et en demies.

Sortir en région parisienne - Théâtre à Paris : Louise (Michel) attaque

  Sortir en région parisienne - Théâtre à Paris : Louise (Michel) attaque On pourrait coller sur l’affiche «Attention, spectacle fragile » tant le début de Cabaret Louise est tatonnant avec des chutes d’objet, des démarrages et redémarrages répétés. Mais c’est un leurre, évidemment. Joliment mis en scène par Marc Pistolesi (dont l’Ivo Livi avait été moliérisé en 2017), ...On pourrait coller sur l’affiche «Attention, spectacle fragile » tant le début de Cabaret Louise est tatonnant avec des chutes d’objet, des démarrages et redémarrages répétés. Mais c’est un leurre, évidemment.

Après Rennes, tu as passé trois ans aux Émirats arabes unis. Tu décris cette expérience comme « une luxueuse parenthèse ». Qu’est-ce que tu as vécu là-bas ?

Aux Émirats, on ne s’ennuie pas. Ce n’est pas un pays aussi fermé qu’on ne le pense. J’y ai vu beaucoup d’étrangers, beaucoup de gens en vacances. On est libres de faire ce qu’on fait. Les clubs, ils vont chercher des joueurs étrangers pour la performance. Au début, c’était compliqué de voir qu’on comptait sur un ou deux joueurs pour faire gagner toute une équipe.

Comment ça s’est terminé ?

« Avec mes qualités, on me dit que j’aurais pu faire mieux, moi aussi je me le dis. »
Je me suis fait une déchirure pendant le deuxième match de la CAN 2017. Je pensais que j’en avais pour un à deux mois, mais ça a pris presque six mois. Avec la carrière que j’ai eue, il a fallu retrouver ce côté plaisir, se dire : « Ce n’est pas encore fini... » J’ai passé deux mois sans club. Si j’avais eu 23 ans, je me serais posé des questions, mais là, j’étais tranquille, en sachant que mes qualités allaient revenir tout doucement.

Tu as des regrets concernant ta carrière ?

Avec mes qualités, on me dit que j’aurais pu faire mieux, moi aussi, je me dis : « Peut-être que j’aurais pu faire mieux. » Mais je n’ai pas de regrets concernant les décisions que j’ai prises. Maintenant, au Paris FC, j’espère retrouver mon meilleur niveau.

Pour conclure, tu peux nous raconter la genèse du « coupé-décalé Jonathan Pitroipa » ?

C’est Joskar et Flamzy, des artistes ivoiriens, qui ont voulu chanter pour moi après un match des éliminatoires du Mondial 2010, Burkina-Côte d’Ivoire (2-3). On jouait contre Kader Keita, Didier Drogba, Didier Zokora, Kolo Touré en défense ! Je fais un très bon match, tout le monde était impressionné. On me demandait : « Tu joues où ? », car la Bundesliga n'était pas aussi suivie à cette époque-là. Et quand la chanson est sortie, on l’écoutait dans le vestiaire de la sélection. En arrivant à Rennes, Jirès Kembo me fatiguait toujours avec cette musique. (Rires.)

Vidéo

Arsenal, Bernd Leno : "J'ai rejoint le club pour jouer chaque match" .
Bernd Leno a fait ses débuts en match officiel avec Arsenal en Ligue Europa ce jeudi contre Vorskla Poltava. L'Allemand souhaite jouer plus.Dans un entretien accordé à Standard Sport, Bernd Leno a affiché ses ambitions et espère jouer plus avec les Gunners : "Je suis venu au club pour jouer à chaque match. Mais je pense que pour déménager dans un plus grand club, un autre pays, il faut peut-être un peu de temps. C'est un peu frustrant mais je reste calme et travaille très dur pour m'améliorer".

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!