•   
  •   

SportCopa Libertadores - "Le moment de prendre des mesures" pour l'entraîneur de Boca Juniors

18:40  07 décembre  2018
18:40  07 décembre  2018 Source:   msn.com

Copa Libertadores: River et Boca, dos à dos (1-1), vont en prolongation

Copa Libertadores: River et Boca, dos à dos (1-1), vont en prolongation River Plate et Boca Juniors, incapables de se départager dimanche au stade Santiago-Bernabeu (1-1) lors du temps réglementaire de la finale retour de la Copa Libertadores, ont été contraints de disputer la prolongation lors de ce match délocalisé en Espagne pour cause de violences. C'est Boca qui a ouvert le score sur un contre conclu par Dario Benedetto (44e) mais son voisin et rival de Buenos Aires a réagi par l'intermédiaire de Lucas Pratto (68e).

La sanction est déjà annoncée pour ces faits hors norme. Pour les excès de vitesse la loi prévoit leur gestion, soyez ferme et le civisme reviendra. Felicitations Mr Le Maire. C’est bien le moment de prendre des mesures fortes pour prevenir les comportements irresponsables qui nuisent a la vie et

Il revient aux Canadiens de prendre leur avenir en main en faisant des choix difficiles et déterminants – et non de se contenter de réagir aux Au cours des 150 dernières années, les dirigeants canadiens ont accompli de grandes choses pour notre pays grâce à leur vision, à leur audace, à leur courage et

Copa Libertadores - © Getty 25 November 2018 Penundaan laga selama 24 jam akhirnya gagal terwujud. Alasan keamanan membuat Boca Juniors meminta agar final leg kedua pada Minggu (25/11) kembali ditunda. CONMEBOL akan menggelar pertemuan di kantor mereka di Paraguay, Selasa (27/11), untuk membahas jadwal baru.Selengkapnya: Boca Juniors Tolak Main, Superclasico Kembali Ditunda

Après un nul 2-2 à l'aller sur le terrain de Boca Juniors, la finale retour de la Copa Libertadores, compétition la plus prestigieuse d'Amérique du Sud en matière de football, devait initialement avoir se tenir au stade Monumental de River Plate, à Buenos Aires. Sauf que le caillassage de l'autocar transportant l'équipe de Boca, provoquant la blessure de deux joueurs de l'équipe et ayant donné lieu à des violences au sein de la capitale argentine, avait provoqué le report de la rencontre, puis sa délocalisation à Madrid, et ce malgré l'opposition des deux clubs.

Copa Libertadores - La demande de Boca Juniors rejetée par le TAS

Copa Libertadores - La demande de Boca Juniors rejetée par le TAS S'estimant lésé par les faits graves survenus en marge de la finale de la Copa Libertadores, le club avait demandé sa victoire sur tapis vert.

Copa Libertadores - © getty images

À deux jours de cette rencontre tant attendue mais ayant quelque peu perdu de sa saveur et de son authenticité, au sein du mythique stade Santiago-Bernabeu, les deux meilleurs ennemis de Buenos Aires se sont exprimés dans des propos rapportés par le média ibérique El Pais, faisant part de leur honte ainsi que de leur tristesse de voir un tel évènement se dérouler de l'autre côté de l'Atlantique.

"Ils menaceront de mort ma fille, ma femme et toute ma famille"

En effet, l'entraîneur de Boca Juniors, Guillermo Barros Schelotto, a par exemple regretté que l'Argentine n'ait pas été en mesure d'assurer la sécurité d'un évènement si important pour l'image du pays. "Malheureusement, nous n'apprenons pas de nos erreurs, nous les répétons sans cesse et la victime, c'est l'image du football argentin et de l'Amérique du Sud. Aujourd'hui, nous devrions être en train de parler de la manière dont River et Boca ont ramené le football argentin au sommet (...) et nous parlons de la violence. Malheureusement, nous avons encore perdu", a-t-il lancé, amer.

Copa Libertadores: la Conmebol rejette à nouveau le recours de Boca Juniors

Copa Libertadores: la Conmebol rejette à nouveau le recours de Boca Juniors Le club argentin de Boca Juniors réclamait la victoire sur tapis vert à cause d'incidents violents avant la finale retour de la Copa Libertadores, mais la Conmebol a une nouvelle fois rejeté jeudi le recours. Après le Tribunal de discipline de la Conmebol la semaine dernière, c'est la chambre d'appel de la Confédération sud-américaine de football qui a réaffirmé que la Copa Libertadores serait attribuée sur le terrain, à l'issue de la rencontre River Plate-Boca Juniors, dimanche à Madrid.

Copa Libertadores - © Fournis par Perform Media Channels Limited River Boca Libertadores

"Nous avons besoin de temps et de matches de haut niveau qui se jouent en Argentine ou en Amérique du sud pour démontrer que nous avons mûri. Ce qui est arrivé il y a deux semaines arrive trop souvent et c'est lamentable. Cela doit changer. Il est préoccupant qu'on ne puisse pas jouer un River-Boca en Argentine. C'est le moment de prendre des mesures", a ensuite ajouté Guillermo Barros Schelotto, déterminé.

De son côté, Rodolfo D'Onofrio, le président de River Plate, a affirmé ne pas pouvoir lutter contre ces hooligans qui viennent gâcher le spectacle depuis de nombreuses années désormais, craignant pour sa sécurité ainsi que celle de sa famille. "Si je déclare publiquement que je ne veux plus qu'ils entrent dans le stade, ils menaceront de mort ma fille, ma femme et toute ma famille", a-t'il affirmé. Des propos qui témoignent d'une situation devenue plus qu'alarmante en Argentine, laissant surtout peu de place à l'optimisme quant à un avenir meilleur.

Argentine: Barros Schelotto quitte son poste d'entraîneur de Boca Juniors.
Guillermo Barros Schelotto et Boca Juniors, c'est fini. L'entraîneur de 45 ans, en poste depuis trois ans, a terminé son histoire avec le club argentin sur une défaite face au grand rival River Plate en finale de la Copa Libertadores, a annoncé vendredi le président du club, Daniel Angelici. Le contrat de Barros Schelotto, âgé de 45 ans, ancien attaquant de Boca (1997-2007), expirait en décembre et la décision a été prise de ne pas le renouveler.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!