•   
  •   

SportSala : « Les moments compliqués font partie de la vie »

07:50  13 janvier  2019
07:50  13 janvier  2019 Source:   sofoot.com

Décisif avec Nantes, Sala ne fait pas de la sélection argentine une "obsession"

Décisif avec Nantes, Sala ne fait pas de la sélection argentine une L'attaquant du FC Nantes est conscient de la qualité des nombreux attaquants de l'Argentine.

Sala : « Les moments compliqués font partie de la vie » © Fournis par Newsweb

Avant de défier Rennes, qu'il n'a encore jamais vaincu en huit confrontations toutes compétitions confondues malgré trois buts marqués, Emiliano Sala prend un peu de temps pour se raconter. Mais sans se la raconter, à l'heure où il représente toujours le deuxième meilleur buteur de Ligue 1.

Tu culmines à 1,87m, soit bien davantage que la majorité des attaquants du championnat de France. Mais outre ta taille, tu étais déjà au-dessus des autres quand tu étais petit ?

J'étais très mince, mais j'allais très vite ! Bon ma force, c'était déjà le travail et l'amour du but.

Mercato - Emiliano Sala poussé vers la Premier League et Cardiff ?

Mercato - Emiliano Sala poussé vers la Premier League et Cardiff ? L'attaquant du FC Nantes s'est rendu au Pays de Galles hier pour rencontrer l'entraîneur des Bluebirds. Mais il n'a toujours pas pris de décision. © Getty Emiliano Sala était au Pays de Galles hier, pour rencontrer Neil Warnock, l'entraîneur des Bluebirds. Une rencontre dont le but était de présenter le projet du club à l'actuel troisième meilleur buteur de Ligue (12 buts) et tenter de le convaincre de traverser la Manche. Un aller-retour à l'issue duquel l'Argentin n'aurait toujours pas pris de décision concernant son avenir, lui qui souhaiterait privilégier un club plus huppé en cas de départ.

Ta toute première équipe, c'est le Proyecto Crecer. C'est un gros club, une entité connue en Argentine ?

Non.

Quand j'étais petit, je ne changeais pas de crampons tous les quatre mois.
C'est dans une toute petite ville, où tout le monde se connaît, et le club joue dans une petite ligue. Un genre de championnat régional on va dire, dans lequel se confrontent des petits villages voisins.

Tu n'as pas forcément eu une enfance facile, ta famille n'ayant pas énormément de moyens. C'était compliqué de se fournir en chaussures de foot ou autre équipement pour pouvoir faire ce que tu aimais ?

Moi et mon petit frère, on n'a jamais vraiment manqué de rien. Nos parents ont toujours tout fait pour nous, mais on savait bien qu'ils redoublaient d'efforts et qu'on devait respecter ça. Donc je ne changeais pas de crampons tous les quatre mois. C'est clair que je ne pouvais pas avoir ce que je voulais quand je le voulais.

Mercato : Cardiff sur trois joueurs de Ligue 1

Mercato : Cardiff sur trois joueurs de Ligue 1 ​Cardiff est à l'affût de bons coups et cherche à trouver son bonheur en ​Ligue 1 ! Selon les informations de ​Sky Sports le club de ​Premier League serait donc sur trois joueurs évoluant dans le championnat français. ​ Cardiff City actuellement 17ème du championnat anglais veut se renforcer pendant cette fenêtre hivernale, et pencherait pour l'achat d'un nouvel attaquant. C'est le goleador argentin du​ FC Nantes, Emiliano Sala, qui serait - ...

Certains entraîneurs ayant voyagé en Argentine pour observer les centres de formation, comme Pascal Gastien que tu as d'ailleurs connu à Niort, notent que la concurrence est bien plus féroce qu'en Europe.

Si le foot n'avait pas marché, j'aurais continué les études et serait peut-être devenu professeur.
Que les jeunes se font presque la guerre sur les terrains...

Déjà, les installations, les équipements, le matériel et le confort global sont moindres. Après, on dit qu'on a beaucoup de tempérament... Et c'est vrai qu'on a tous une énorme envie, une grosse faim de devenir professionnel, d'être sélectionné pour faire des essais en Europe. On était très proche hein, mais disons que quand le match commençait et qu'on te regardait, chacun faisait son maximum. On se donnait à 150% pour être appelé.

Tu as passé énormément d'essais aux Girondins de Bordeaux avant de finalement être pris en 2010. Tu savais ce que tu voulais faire si ça ne fonctionnait pas avec le ballon rond ?

Les grands moments 2018 en photo: le come-back de Djokovic

Les grands moments 2018 en photo: le come-back de Djokovic Au trente-sixième dessous après Roland-Garros début juin, de retour sur le trône du tennis mondial cinq mois plus tard: Novak Djokovic connaît un improbable et spectaculaire renouveau depuis le début de l'été. Après deux ans de vicissitudes, entre coude douloureux et tête en vrac, le Serbe (31 ans) triomphe coup sur coup à Wimbledon et à l'US Open, ses treizième et quatorzième sacres en Grand Chelem. Autant que Pete Sampras. Après Roland-Garros, il s'est aussi imposé à Cincinnati et Shanghai et n'a perdu que quatre matches. Jamais, dans une même saison, un joueur classé hors du top 20 n'avait terminé l'année comme N.

Non, j'ai toujours voulu être footballeur. Si ça n'avait pas marché, j'aurais continué les études et serait peut-être devenu professeur. Un truc lié au sport, quoi.

Raconte-nous ton arrivée à Bordeaux. Les dirigeants t'ont promis quelque chose, ils t'ont assuré que tu jouerais en équipe première ?

Non, rien du tout.

Le meilleur moyen de traverser les moments difficiles est de travailler.
J'ai commencé en CFA 2 avec Patrick Battiston et Marius Trésor, et ça se passait bien. Je marquais pas mal de buts, et j'ai rapidement intégré le groupe de l'équipe première. J'ai fait mon premier match avec les professionnels à Lyon en Coupe de France (défaite 3-1 le 8 février 2012, N.D.L.R.), mais je continuais à évoluer avec la réserve. Moi, je voulais surtout jouer, continuer ma progression et prendre de l'expérience. Alors quand Orléans m'a appelé pour un prêt, j'ai tout de suite dit oui.

Mais quand tu reviens après une saison passée en troisième division (19 buts), la problématique est la même...

Les dirigeants bordelais considéraient que la marche était trop grande entre le National et la Ligue 1. Niort est arrivé, et je ne me suis pas posé la question : j'ai foncé.

Nantes débute bien l'année

Nantes débute bien l'année Pour son premier match en 2019, le FC Nantes a tranquillement dominé Châteauroux (4-1), vendredi soir, en 32e de finale de la Coupe de France. © Reuters Vahid Halilhodzic On avait laissé le FC Nantes sur une fin d'année 2018 tronquée, avec des reports en Ligue 1, une élimination frustrante en Coupe de la Ligue à Rennes (2-1) et une défaite sans déshonneur au Parc des Princes (1-0).

Ligue 2 donc, puis Ligue 1 avec un nouveau prêt à Caen... Chose étonnante, tous les coachs qui t'ont eu sont unanimes : tu joues chaque match comme une rencontre de Coupe du monde.

Je suis à l'écoute des personnes qui peuvent à mon sens m'apporter. Mais quand il s'agit d'autres personnes...
Même quand tu es prêté dans un autre club que celui auquel tu appartiens. Il ne t'est jamais arrivé d'avoir une baisse de motivation ou un petit coup de déprime lors de ce parcours assez difficile ?

Je ne nie pas que j'ai parfois passé des moments compliqués. Ça fait partie de la vie. Mais quand ça arrive, je me dis que le meilleur moyen de les traverser est de travailler pour justement continuer à progresser. J'ai toujours fonctionné comme ça, en restant discret et tranquille, en faisant ce que j'aime.

« Rester discret et tranquille », c'est effectivement une de tes forces. Notamment face aux critiques que tu as pu entendre sur ton jeu. Tu en as bavé, quand même ?

C'est quelque chose qui te touche, oui. Après, ça dépend de la façon dont sont formulées ces critiques. Et ça dépend aussi de qui les formule.

Je n'ai pas été approché par la sélection.
Moi, je suis quelqu'un d'assez ouvert et je suis près à écouter les conseils, je suis à l'écoute des personnes qui peuvent à mon sens m'apporter. Mais quand il s'agit d'autres personnes, je ne fais pas gaffe. Il y aura toujours des mécontents.

La France donne l'impression d'avoir du mal avec le profil d'attaquant que toi ou Olivier Giroud représentez. Tu penses que c'est mieux compris à l'étranger ?

Les grands moments 2018 en photo: l'Irlande s'affirme

Les grands moments 2018 en photo: l'Irlande s'affirme 2018, année verte! Huit mois après avoir conquis son troisième Grand Chelem dans le Tournoi des six nations, l'Irlande remporte la première victoire à domicile de son Histoire face à la Nouvelle-Zélande, double championne du monde en titre, le 17 novembre à Dublin (16-9). Pour s'affirmer comme le principal rival des All Blacks lors de la Coupe du monde 2019 au Japon (20 septembre-2 novembre). Où le XV du Trèfle, deuxième au classement mondial (derrière la Nouvelle-Zélande), tentera d'offrir une sortie en beauté à son sélectionneur Joe Schmidt, qui quittera son poste à l'issue de la compétition.

Ce profil est sans doute plus adapté à l'Angleterre ou à l'Allemagne, par rapport à l'intensité, au jeu mis en place. Donc oui, c'est peut-être mieux vu dans ces pays-là.

Depuis le début de la saison actuelle, tu as gagné en reconnaissance car tu fais partie des meilleurs buteurs de Ligue 1. Est-ce que ta notoriété a également augmenté en Argentine ?

Forcément. Être meilleur buteur argentin en Europe, on m'en a parlé. Surtout que je n'étais pas hyper connu au pays puisque je suis parti très tôt, à vingt ans. Mais je n'ai pas été approché par la sélection. En même temps, je suis conscient de la qualité et de la quantité des attaquants argentins existant dans le monde et dans les plus gros clubs d'Europe.

Mais ça reste dans ta tête...

Ce n'est pas une obsession, mais ça représenterait effectivement beaucoup de défendre les couleurs de mon pays.

À lire : le portrait total d'Emiliano Sala dans le numéro 162 de SO FOOT, toujours en kiosque.

OM, Jordan Amavi répond aux critiques des supporters : "Je peux les comprendre".
Critiqué pour ses performances depuis quelques mois, Jordan Amavi a répondu aux supporters et est revenu sur les explications après OM-Monaco.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!