Sport: L'Algérie chasse les Éléphants - - PressFrom - France
  •   
  •   

SportL'Algérie chasse les Éléphants

22:15  11 juillet  2019
22:15  11 juillet  2019 Source:   sofoot.com

L’Algérie prend les commandes

L’Algérie prend les commandes L’Algérie prend les commandes

L'Algérie chasse les Éléphants © Fournis par MoneyTag

Rapidement devant au score grâce à un but de Feghouli, l'Algérie a finalement dû attendre la séance de tirs au but pour écarter une Côte d'Ivoire travailleuse. Les Fennecs se vengent de 2015 et retrouveront le Nigeria en demi-finale dimanche.

Côte d'Ivoire 1-1 Algérie

Buts : Kodjia (62e) pour la Côte d'Ivoire // Feghouli (20e) pour l'Algérie.

Voilà plusieurs jours qu'il n'y en avait que pour lui : Baghdad Bounedjah, 27 piges et un coeur crocodile. Parce que tout le monde découvrait ce type refusant de « jouer en Europe » et parce qu'on ne se fait pas offrir des lauriers par Xavi pour rien. Pourtant, jeudi soir, Bounedjah a passé sa soirée dans les larmes et le mur ivoirien sur lequel s'est empalé l'Algérie, débarquée en force sur ce quart de finale, n'y est pour rien. Tout ça est la faute d'un penalty envoyé sur la barre de Gbohouo après la mi-temps, qui aurait pu permettre aux Fennecs de prendre un avantage quasi-définitif et de s'éviter les embrouilles. Des embrouilles finalement réglées par une séance de tirs au but angoissante. L'Algérie poursuit sa conquête.

L'Algérie poursuit son sans-faute

L'Algérie poursuit son sans-faute L'Algérie poursuit son sans-faute © Reuters/Amr Abdallah Dalsh L'A par Antoine Sabatier (iDalgo) L'Algérie a remporté son huitième de finale de la Coupe d'Afrique des Nations qui l'opposait à la Guinée (3-0). Un match globalement dominé où les Maghrébins n'ont jamais été réellement inquiétés par une équipe bien plus faible. Les Fennecs ont ouvert le score par Belaïli (24e) après un bon une-deux avec Bounedjah.

L'Algérie dribble les carapaces

Les paroles : « L’Algérie de nous fait pas peur. Si on met ce qu’il faut, il n’y a pas de raison de perdre ce match. » Les actes : si le coucher de soleil donne au début de rencontre un côté poétique, il fait surtout chauffer la trompe des Éléphants, au pas lourd depuis le début de cette CAN mais débarqués à ce quart de finale pour tout écraser. Du moins, c’était l’idée, ce qui a poussé Ibrahim Kamara à laisser Nicolas Pépé dans sa poche et à abattre la carte Gradel. L’effet ? D’entrée, la Côte d’Ivoire attrape la queue des Fennecs, laisse Mahrez échauffer Gbohouo et déguise Raïs M’Bolhi en sauveur sur un pétard allumé par Max-Alain Gradel mais éteint par le gardien algérien avec l’aide de son poteau.

En direct : Côte d'Ivoire - Algérie (0 - 1)

C’est tout ? Non, car les proboscidiens du général Kamara n’ont pas peur et cherchent à lancer pour de bon leur compétition, ce que Kodjia pense réussir à faire sur un centre de Zaha, en vain. Problème, si les Éléphants balancent sans aucun doute leur meilleure période du tournoi, l’Algérie sait éviter les carapaces et être incroyablement froide. Au quart de jeu, Mahrez, bien aidé par le gros boulot d’un Bounedjah de nouveau impeccable, souffle ainsi une première poussière dans les yeux de Gbohouo. Ce qui annonce la tempête : alors que le portier ivoirien vient juste de s’essuyer les mirettes, Bensebaini profite d’un ballon récupéré par Baghdad Bounedjah et laisse Feghouli faire sauter le couvercle (0-1, 20e). Youcef Atal, lui, quitte la soirée après un coup de Kanon alors qu’une seule question est dans la tête : comment stopper ces Fennecs ? En plein casse-tête, Wilfried Zaha s’embrouille avec Bensebaini alors que Gradel lâche deux boulettes maîtrisées par Benlamri et M'Bolhi. Oui, l’Algérie s’est lancée dans le funambulisme.

L'Algérie poursuit son sans-faute

L'Algérie poursuit son sans-faute L'Algérie poursuit son sans-faute par Antoine Sabatier (iDalgo) L'Algérie a remporté son huitième de finale de la Coupe d'Afrique des Nations qui l'opposait à la Guinée (3-0). Un match globalement dominé où les Maghrébins n'ont jamais été réellement inquiétés par une équipe bien plus faible. Les Fennecs ont ouvert le score par Belaïli (24e) après un bon une-deux avec Bounedjah. En seconde période Riyad Mahrez le joueur de Manchester City a marqué à son tour (57e) avant que qu'Adam Ounas ne close la marque (82e) sur un superbe centre de Youcef Atal.

Des hommes en larmes

Et se débrouille plutôt pas mal malgré le bourdonnement incessant des trompettes. Si bien que dès la fin du goûter, Bounedjah s'en va choper un penalty dans les pattes de Gbohouo. Maladroit, le phare d'Oran l'échappe sur la barre ivoirienne et laisse instantanément la Côte d’Ivoire creuser sa route vers l'égalisation. Pendant les travaux, Kodjia bute une nouvelle fois sur la défense algérienne alors que les flèches continuent de voler au-dessus de la tête de Bounedjah. Puis, la récompense : juste après l'heure de jeu, Jonathan Kodjia profite de la faible pression des Fennecs -et d'un M'Bolhi un peu mollasson sur le coup- pour se mettre pied gauche et égalise (1-1, 62e). Vexée, l'Algérie se remet à jouer plus qu'à attendre, à secouer le but de Gbohouo, voit de nouveau Mahrez entre les lignes mais aussi Bagayoko enfiler sa cape de héros.

Belaïli, étoile renaissante

Un schéma se dessine alors : l'Algérie pousse, joue, Belaïli envoie une cartouche au-dessus, Guédioura allume Gbohouo, mais la Côte d'Ivoire devient un mur sans réel couleur. Quitte à voir son portier se transformer en auto-tamponneuse devant Mahrez, remplacé en fin de match par un Ounas feu d'artifice. L'Algérie n'avait pas disputé de prolongations depuis 2010 mais cela n'empêche personne de refuser de la jouer et ce même si Kamara dégaine un vieux cauchemar des Fennecs : Wilfried Bony, double buteur lors du quart de 2015. Seuls frissons : une frappe envoyée au-dessus du but de M'Bolhi par Gradel, un ballon sauvé sur la ligne par Zeffane, une tête de Slimani sortie par Gbohouo et surtout un coup franc sexy de Delort. Résultat, l'Algérie et la Côte d'Ivoire se sont empoignés aux tirs au but et l'explication aura été à la hauteur avec un Atal en pleurs et dans les bras de Belmadi. Deux ratés (Dié, Bony) côté ivoirien, un côté algérien (Belaïli) : l'Algérie est en demi-finale et retrouvera le Nigeria dimanche.

L’Algérie l’emporte au bout du suspense

L’Algérie l’emporte au bout du suspense L’Algérie l’emporte au bout du suspense par Joffrey Peuchot (iDalgo) La sélection algérienne, dirigée par Djamel Belmadi s’est qualifiée après une bataille épique et une séance de tirs aux but haletante. Au cours d’une rencontre tantôt rythmée, tantôt décousue, l'Algérie a ouvert le score à la 20e minute (Feghouli) mais a raté le break sur penalty à la 48e (Bounedjah). La Côte d'Ivoire s'est accrochée pour revenir dans le match avec l'égalisation de Kodjia à la 62e minute.

Côte d'Ivoire (4-3-3) : Gbohouo - Bagayoko, Traoré, Kanon (Comara, 55e), Coulibaly - Kessié, Sangaré (Gbamin, 76e), Dié - Zaha (Cornet, 94e), Kodjia (Bony, 96e), Gradel. Sélectionneur : Ibrahim Kamara.

Algérie (4-1-4-1) : M'Bolhi - Atal (Zeffane, 30e), Mandi, Benlamri, Bensebaini - Guédioura - Mahrez (Ounas, 86e), Feghouli (Delort, 120e), Bennacer, Belaïli - Bounedjah (Slimani, 76e). Sélectionneur : Djamel Belmadi.

Résultats et classements de la Coupe d'Afrique des nations

Lire plus

CAN: l'Algérie mène 1 à 0 contre le Sénégal à la pause en finale.
79 secondes: c'est le temps qu'il a fallu à Baghdad Bounedjah pour trouver la faille et lancer idéalement l'Algérie, qui mène 1-0 contre le Sénégal à la mi-temps de la finale de la CAN-2019, vendredi au Caire. L'Algérie a déjà gagné la Coupe d'Afrique des nations en 1990, à domicile, tandis que le Sénégal ne l'a jamais remportée malgré une finale disputée en 2002. Lire plus

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!