•   
  •   

Sport Amavi, le gros coup de gueule de Villas-Boas

06:55  30 septembre  2019
06:55  30 septembre  2019 Source:   sports.fr

Ligue 1: Bouna Sarr, le "para-Thauvin" de Marseille

Ligue 1: Bouna Sarr, le A Marseille, la vie sans Florian Thauvin va se prolonger jusqu'en janvier, mais Bouna Sarr s'est glissé dans ses souliers, au poste de sa jeunesse. Il poursuit l'intérim à Monaco, dimanche (21h00) pour la 5e journée de Ligue 1. "Je rends service à ce poste, je dépanne", sourit celui que tous les supporters à Marseille appellent "Bouna". André Villas-Boas lui fait "confiance". "Bouna a bien joué à Nice (victoire 2-1) et contre Saint-Étienne (victoire 1-0), et même à Nantes (0-0). Je pense qu'on va continuer à lui donner ce rôle, il y est bien", salue l'entraîneur.

Les sifflets du Stade Vélodrome à l’encontre de Jordan Amavi n’ont guère été du goût d’André Villas-Boas, monté au créneau après le match nul concédé face à Rennes (1-1).

  Amavi, le gros coup de gueule de Villas-Boas © Icon Sport

Interrogé en conférence de presse à la veille de la réception de Rennes, André Villas-Boas avait longuement évoqué le cas Jordan Amavi, auteur d’un début de saison pour le moins contrasté avec plusieurs erreurs coupables venant gâcher des prestations encourageantes. Mais pour le technicien portugais, le choix était vite fait. "Niels (Nkounkou, ndlr) est encore trop juste pour jouer avec l'OM, il doit travailler encore. Et mettre un arrière droit à gauche, c’est quelque chose qui ne passe pas dans ma tête pour le moment. Alors je vais continuer à faire confiance à Jordan. Il a fait des erreurs c’est vrai mais je pense que ça va aller de mieux en mieux au fur et à mesure. C'est notre latéral gauche et il a toute ma confiance", avait-il ainsi assuré.

OM : Daniel Riolo décortique la tactique de Villas-Boas et donne ses pronostics

OM : Daniel Riolo décortique la tactique de Villas-Boas et donne ses pronostics Au micro de RMC dans l'émission l'After Foot, Daniel Riolo a fait part de son optimisme concernant l'Olympique de Marseille cette saison. Dimanche soir, l'AS Monaco et l'​Olympique de Marseille s'affrontaient dans le cadre de l'affiche de la cinquième journée de ​Ligue 1. Les hommes d'André Villas-Boas ont rapidement été mis en difficulté en concédant 2 buts. Cependant, l'OM est parvenu à renverser la tendance afin de revenir au score. Mieux que ça, le club phocéen s'est finalement imposé 4...

La première période disputée face à Rennes, dimanche, aura finalement suffi pour qu’André Villas-Boas révise son jugement et décide de renvoyer Jordan Amavi sur le banc afin de décaler Hiroki Sakai à gauche et descendre Bouna Sarr en défense couloir droit. La faute évidemment à la prestation confondante de l’ancien Niçois, autant en attaque, où il a multiplié les mauvais choix qu’en défense, où il a été à l’origine du but rennais encaissé. Mais pas seulement.

Mais tu tues un joueur, comme ça

André Villas-Boas

Les sifflets dont a été l’objet le latéral phocéen ont sans doute également pesé. André Villas-Boas est en tout cas monté au créneau pour condamner l’attitude du public du Stade Vélodrome. "Je n’ai pas apprécié les sifflets pour Amavi. Je ne comprends pas. Quand tu tues un de tes propres joueurs, tu tues l’équipe, a-t-il ainsi pesté dans des propos relayés par La Provence. Après, ça va se passer pour un autre joueur. Et après, encore un autre. Pour moi, ça, c’est intolérable. Je ne suis pas responsable du comportement des fans. Le fan représente tout ce qu’est l’OM. Je ne suis pas de l’OM, je suis du FC Porto. Mais je ne siffle pas un joueur de mon équipe. Je peux siffler le collectif mais pas individuellement faire d’un joueur, une cible."

Et l’entraîneur olympien de poursuivre en répétant son incompréhension et ce d’autant plus venant de la part de "fans incroyables". "Pour moi, c’est incroyable. Quand on a l’effectif qu’on a, petit, difficile, avec quatre joueurs titulaires blessés... Qu’est-ce qu’il se passe ? Les fans sont incroyables, ils nous ont poussé vers l’avant en deuxième mi-temps. Mais tu tues un joueur, comme ça. Je n’ai pas apprécié. Pour moi, ce n’est pas acceptable", a-t-il en effet renchéri, en colère contre ses propres supporters.

Villas-Boas défend Jordan Amavi après les sifflets du Vélodrome .
Amavide. Après le match nul entre Marseille et Rennes (1-1), dimanche soir, André Villas-Boas s'est arrêté en conférence de presse sur les sifflets descendus des tribunes du Vélodrome à l'encontre de Jordan Amavi. L'OM sauve les apparences au mental « Je n'ai pas apprécié les sifflets envers Amavi. Je ne comprends pas. Quand tu tues un de tes propres joueurs, tu tues l'équipe. Ensuite, ça va se passer pour un autre joueur, puis un autre ? Pour moi c'est intolérable », s'est froidement agacé le technicien phocéen, avant de rappeler la confiance qu'il avait en son latéral gauche.

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!